AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Lun 31 Aoû - 14:07

“Comme il vous plaira.” Dit-elle calmement.

Elle aurait préféré le dégager de la pièce sans traîner et ne plus avoir affaire à lui. C’est vrai que le Commissaire n’était pas un mauvais bougre en soit. Il ne savait pas grand chose, obéissait aux ordres d’en haut et elle le tolérait parce qu’il ne prenait pas beaucoup d’initiative et demeurait un être prévisible. Avoir un taureau à la tête de la brigade n’était pas dans son intérêt, elle préférait celui là qui était beaucoup plus facile à contrôler. Pourtant, à sa grande joie, il nota que l’odeur entêtante du formol avait un effet sur lui et laissa deviner une sortie proche. Elle aurait même put en sourire, si elle en avait été capable.

Pourtant, la situation trop belle pour être vraie, changea et prit un tour pour le pire. Elle fit volte-face vers Robin sans comprendre ce qu'il venait de dire. Ça n'avait absolument aucun sens ! L'ange avait déjà remarqué qu'il n'était pas dans son état normal mais elle ignorait que sa psychose était si grande. Son visage se décomposa lorsqu'elle le vit se précipiter sur le corps et, elle eut juste le temps de faire un pas en avant que son employé avait déjà découvert le corps.

“Robin ! Du respect pour les morts !” lâcha t-elle sèchement en le voyant retourner le corps de l’ange si violemment.

Comment osait-il !? Ce sale humain traiter le corps d'un ange de la sorte !! Il n'avait pas le droit et elle allait l'étrangler pour ce qu'il avait fait ! Luce en aurait bien été capable et n'aurait pas hésité une seconde si le Commissaire ne s'était pas avancé pour se tenir à ses côtés. Toute frustration avait disparu de ses traits et une incompréhension profonde avait emplit son visage et elle n'eut d'autre choix que de miner son expression bien qu'une nuance de choc plane sur son profil.

“Ces cicatrices ne sont pas récentes.” dit-elle comme une évidence consciente que son processus devait avoir prit fin à présent.

Le policier et elle-même eurent bien différentes paroles suivant cet événement mais Robin semblait tellement focalisé sur l'homme qu'il l'avait oublié totalement. Pas pour longtemps pourtant parce qu'il se tourna vers elle avec un air accusateur. Bon sang... Il en savait trop... Le représentant des forces de l'ordre se tourna vers elle l'interrogeant sur ce qui se passait chez son employé et elle ne pouvait le lui expliquer. Hochant la tête par la négative, elle laissa de simples mots s'échapper mais absentément, elle n'était pas vraiment sûre de ce qui se passait de toute façon.

“Il n'a pas prit ses médicaments...” commenta t-elle tout bas.

Elle s'avança vers le corps d'Eléonor contente de voir les cicatrices cautérisées mais ne ressentait aucune compassion pour ce qui arrivait à son employé. Elle n'avait pourtant pas d'autre choix que de l'aider. Il pourrait l'exposer et elle devrait alors entrer dans l'esprit du Commissaire et ça elle désirait l'éviter. En revanche, entrer dans la tête de Robin était nécessaire. Elle était complètement bloquée et elle devait le calmer psychiquement afin d'espérer qu'il garde le silence. Elle laissa ainsi son esprit s'approcher de celui du jeune homme ne sachant aucunement comment il allait réagir et accompagna les mots à la pensée.

“Robin, je ne tolère pas une telle attitude. Regarde moi. Tu vas te calmer et m'attendre dans mon bureau. Immédiatement.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Ven 4 Sep - 3:40

Robin n'avait évidemment pas eu l'impression de manquer de respect envers la jeune défunt, convaincu de faire tout cela pour son ben, pour que la raison de sa mort ne soit pas tue sous le couvert d'un secret d'État. Malgré tout, quelque chose clochait... et il n'arrivait pas à trouver quoi.

«Il n'a pas pris ses médicaments...

Ces paroles parvinrent difficilement à ses oreilles, mais quand elles se frayèrent un chemin jusqu'à son esprit, il explosa. En effet, le schizophrène, aucunement conscient de son état du moment, n'y voyait là qu'un prétexte pour couvrir de ridicule ce qu'il disait, pour mettre ce qu'il savait désormais sous le masques de pures fabulations.

«Non, et alors? Les maladies mentales n'empêchent pas d'être lucide et de saisir les fourberies quand elles nous passent sous le nez!»

Il en avait trop dit, il s'était laissé emporté, il le savait. Le regard assassin de l'ange noire le lui confirmait. Et ses paroles tombèrent comme une masse dans son cerveau, écrasant toute tentative de révolte. Cette voix autoritaire de mélangeait aux autres que Robin entendait depuis déjà un bon moment. Lui, si réfractaire d'ordinaire, peinait à tenir tête à cette entité intruse. Malheureusement pour lui, sa psychose avait baissé ses gardes mentales et Luce Leroy réussit à lui faire voir raison... du moins à sa façon.

Le comportement du thanatologue changea du tout au tout. Ses tremblements nerveux se calmèrent, sa mâchoire se décrispa, ses mains se détendirent et il osa même lever les yeux pour les plonger dans ceux de sa patronne. Cette dernière pouvait y lire une soumission anormale, mais surtout temporaire. Le hacker n'oublierait pas si facilement ce qu'il avait vu. Finalement, il articula calmement: «Bien.», en baissant de nouveau la tête, puis sortit d'un pas lent.

«Ouf... Vous devrez me monter comment vous vous y êtes prise!», s'exclama le Commissaire époustouflé devant tant d'autorité respecté, et bien sûr ignorant tout de sa facticité. «Mais... hum, hum... Ne croyez-vous pas qu'il vaudrait mieux sortir à notre tour?», ajouta-t-il, en faisant référence aux produits chimiques toujours plus envahissants pour ses voies respiratoires.

Pendant ce temps, Robin montait les escaliers quatre à quatre et, plus il s'éloignait, plus il reprenait possession de ses moyens. Ce fut la rencontre avec Alexandre au tournant d'un corridor qui s'en chargea complètement.

«Oh! C'est l'temps d'la pause pour toi aussi? Cool! On pourrait p't-être la passer ensemble... Pis? C'pas trop dure, travailler avec Leroy?», débita-t-il en suivant son interlocuteur, qui n'avait cure des désirs de ce collègue intrusif.

«Non. "C'pas cool".», dit-il, répondant à toutes les questions et remarques en même temps. Puis, en arrivant devant le bureau de leur patronne, il conclus: «Tu comprendras que certains n'ont pas le temps de prendre de pause. Ou pas l'droit... N'importe.», ce après quoi il ouvrit la porte et entra, faisant fi de son collègue sonné devant tant de colère et d'indifférence qui repartait en grommelant un «Ah ben... p'tain. Deux minutes d'perdues!»

Une fois la porte fermée sur cet antre, l'embaumeur commença par s'assoeir sur le siège d'invité ou de puni... m'enfin, bref. Il s'assied donc en face du bureau, dans le but d'attendre sagement et patiemment sa patronne, mais le rythme de la pendule accrochée au mur lui rappelait trop fortement le temps qui passait. Puis, un éclair de lucidité le transperça. Il avait devant lui un ordinateur, lequel contenait forcément des tas de données fort utiles pour ses recherches...

Tic. Tac. Tic. Il devait se décider rapidement. La conversation entre Luce Leroy et le policier ne durerait sans doute pas éternellement. Tic. Puis, mû d'une soudaine conviction, il se leva d'un bond et sauta sur la chaise de la gérante. Tac. Évidemment, l'appareil était en veille et était protégé d'un mot de passe que jamais Robin n'aurait pu deviner ni hacker en si peu de temps. Il farfouilla rapidement dans sa poche arrière et mit la main sur un objet aussi dangereux que précieux, son arme cybernétique personnelle. Tic. Tac. La clef USB alla se brancher à la tour et le jeune homme ne put qu'espérer que le virus inoffensif que contenait son petit camarade irait se loger quelque part parmi les fonctionnalités, puis qu'il pourrait accéder à quelques informations à distance. Tic. Tac. Il ne la laissa là qu'une minute et demi, jugeant se laps de temps suffisant, et trop peureux d'être pris sur le fait, puis retourna à sa place. Tic. Déjà, il ne comprenait pas pourquoi il restait encore là à attendre le sermon. Qui sait si elle ne le tuerait pas sur le champ? Tac. En même temps, en ne prenant pas la poudre d'escampette, il pourrait toujours feindre à son tour l'innocence, jouer à son tour les cartes du zèle et de la folie... Tic. Tandis que s'il fuyait comme un voleur, tous les soupçons ne pourraient que peser sur lui. Tac... Tic... Tac... Robin fixait les aiguilles de l'horloge, préférant centrer son attention là-dessus que sur le bruit des pas qui résonnaient dans le corridor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Lun 7 Sep - 11:49

Complètement surprise, elle sentit les défenses de Robin tomber en flèche. Il venait de perdre toute volonté de défense et elle n’avait aucun mal à se fondre dans ses pensées. L’ordre qu’elle lui avait soumit mentalement et à haute voix avait attiré son attention sans effort. Alors que le regard de son employé se vidait, elle entendit elle aussi les multiples voix qui baignaient l’esprit de l’humain. Il entendait des voix... Elle savait bien sûr de quoi retournait la maladie mentale de Robin mais elle ne s’y était jamais intéressé parce qu’il était humain et n’avait aucun intérêt. La surprise se peigna sur son visage alors qu’il acquiessait et quitait la pièce.

Elle sentait le lien qu’elle avait créé se réduire de pas en pas et bizarrement, elle ne s’en réjouit pas. Rentrer dans les pensées d’une personne n’était pas chose aisée et la fatiguait comme n’importe quelle occupation sportive. Les esprits des humains étaient tellemennt pleins de questions, de passé et de futur qu’elle s’y perdait. Pourtant, l’esprit de Robin était focalisé sur le présent et tellement chaotique qu’elle s’y était sentie bien, chez elle en fin de compte. Luce n’entendait pas de voix à proprement parlé mais elel sentait de temps en temps une envie ou une pulsion qui la poussait au pire, qui la confortait dans l’idée que faire du mal n’était pas si mal que ça.

Pour elle, tout le monde était complètement fou ! L’humanité avait perdu la boule et tirait les créatures en bas avec eux. Robin, de par son handicap mental, lui avait semblé parfaitement normal et sain d’esprit, presque familier. Une bonne chose en découlant d’une autre elle n’aurait pas à s’occuper du Commissaire. Ce dernier devait avoir des pensées bien sinistres et démoralisantes, pleins de crimes et de meurtres agréables qu’il gâchait avec des sentiments telles que la justice, la compassion et le travail bien fait envers les familles et les victimes. Complètement démoralisant.

“Il est mon employé et non pas suspect en garde à vue.” Dit-elle simplement en retour à son exclamation. “Il est irrationnel par moment mais certainement pas dangereux. Ce n’est pas difficile de le calmer.”

Le Commissaire n’avait bien sûr aucune idée de ce qui c’était passé. Pauvre humain aveugle et sans imagination qu’il était. Elle hôcha la tête à sa dernière suggestion tout en lui demandant d’attendre une minute. Au passage, elle retira l’aiguille qui injectait la solution d’embaumement aux deux corps, plaça une compresse sur les deux ouvertures et alla enfermer les victimes dans des frigos en attendant que la police vienne les chercher. Le Représentant des Forces de l’Ordre l’assura que le camion de transport serait bientôt là et elle quitta la pièce en emportant son nécessaire à embaumement. Elle avait enfermé dans un linceul dur les écarteurs, son scalpel et la plume afin de les faire nettoyer et disparaître. Maxime s’en chargerait.

Sur le chemin vers son bureau, le Commissaire échangea avec elle les formules d’usage tout en lui assurant que les corps seraient bientôt de retour. A son tour, elle le salua tout en lui conseillant fortement de contacter les familles des victimes qu’il lui enlevait. Après tout, ce n’était pas son travail. Arrivée seule dans son bureau, elle alla s’installer sur sa chaise et laissa sa sacoche à ses pieds. N’accordant aucun regard à Robin, elle appela tout d’abord sa réceptionniste au téléphone.

“Carine, appelle les Saint-Côme, Marchal et DePeretti pour le Commissaire, il a des choses à leur dire et s’ils rappellent pour moi, prend les messages.”

Alors qu’elle raccrochait, l’ange ne nota aucune différence avec son bureau, elle ne savait donc pas que son employé lui avait refilé une virus informatif. S’il pensait trouver des informations intéressantes, il serait déçu car elle ne prenait jamais aucune note ni ne laissait jamais de preuve électronique de ses activités. Elle ne notait jamais rien en fait et se contentait de stocker des données papiers à l’OM jamais plus. Au pire, il aurait accés à son historique internet et deviendrait incollable sur le métier de Dirigeant de Pompes funèbres. L’ange noire s’appuya sur le dossier de son fauteuil de bureau tout en reportant son attention sur son employé.

“Bien, à quand remonte la dernière fois que tu as prit tes médicaments ?” lui demanda t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Mar 8 Sep - 22:07

Robin s'était attendu à une explosion de fureur digne de celle qu'il avait perçue dans le regard et dans la voix de Luce Leroy, mais cette dernière ne s'occupa même pas de lui en entrant. Il écouta attentivement ce qu'elle dit à Carine, tentant d'y déceler un message codé révélant que ses doutes étaient fondés, mais il ne réussit qu'à se fâcher de ne pouvoir entendre ce que ce foutu commissaire leur dirait.

Puis, finalement, elle lui accorda son attention. Étrangement, elle ne semblait pas fâchée, bien que son air froid ne l'ait pas quittée... Elle était donc si convaincue qu'il n'avait pas été lui-même dans sa crise de colère? Robin n'était pas pour se plaindre, car cela lui faciliterait même la tâche de paraître innocemment ignorant de leur culpabilité évidente. Néanmoins, il trouva cela vexant, car non, lui-même n'avait toujours pas pris conscience de la coupure qui s'était opérée dans son état. Encore un peu dans la brume, il associait le silence dans sa tête à la distance qu'il avait mis entre lui et les victimes.

"Hum... Deux jours. Peut-être trois."

Non, il ne le savait plus; il ne faisait pas le compte. Pour lui, ces produits pharmaceutiques étaient à ingérer le moins souvent possible. Et si ça n'était pas de sa chère Lucy qui lui remettait les idées en place, peut-être aurait-il cessé totalement de les prendre.

"Pourquoi?"`
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Mer 9 Sep - 15:16

Non, pas d’explosion, pas de colère, pas de cris ni exclamations. Le Commissaire n’était pas loin du bureau et elle voulait éviter d’attirer l’attention le plus possible. De plus, ce n’était pas professionel. Il était en ce moment même en train contacter les familles et des éclats de voix n’auraient pas aidé sa tâche ni la réputation de l’ange. Elle gardait ainsi son calme olympien ayant décidé que la meilleure chose qu’elle puisse faire soit de nier tout en bloc. L’épisode des ailes n’avait tout bonnement pas existé, pas de cicatrices, pas d’écarteurs, pas de potions. Robin avait perdu le fil en bas et fait une crise de parano poussée, c’est tout.

“Parce qu’on m’a posé des questions à ton sujet, trop de questions à mon goût.” Dit-elle en regardant un instant par la fenêtre.

Il est vrai que le Commissaire avait montré un intérêt bien trop appuyé pour son employé alors qu’ils revenaient de la salle d’embaumement. Les simples explications qu’elle lui avait donné précédemment n’avait pas suffit à calmer la curiosité d’un flic dans l’excercise de ses fonctions. Cela la contrariait. Elle avait beau ne pas porter Robin dans son cœur, ce n’était pas une raison pour discuter de sa vie avec une personne qu’elle n’appréciait pas. Il était son employé après tout et elle se devait de le protéger au moins sous cet angle là.

Elle se tourna lentement vers lui, tout en détachant ses cheveux. Elle ne les avait relevé que pour son travail d’embaumement, elle n’avait donc pas à continuer de porter une pince plus longtemps.

“Je n’aime pas que l’on discute mes choix ou mon jugement, surtout de la part des forces de l’ordre et encore moins lorsqu’il s’agit d’un de mes employés.” Ajouta t-elle en passant sa main dans sa chevelure légèrement ondulée.

Elle n’allait pourtant pas pousser cet acte jusqu’à montrer de la compassion ou prendre des nouvelles de Robin. Tu vas bien ou tu te sens mieux ne lui ressemblait pas du tout. C’est pourquoi elle se reprit à montrer une expression plus froide et dure. Elle ne l’excusait de rien et certains de ces actes restaient répréhenssibles, certains plus que les autres. Si ils avaient été seuls dans la pièce alors qu’il se précipitait sur la jeune Marchal, son sang n’aurait fait qu’un tour et il aurait payé pour s’en être prit à une ange.

“Par contre, c’est la première et dernière fois que tu retournes un corps sur lui-même si violemment et que tu me parles comme tu l’as fait en bas.” Lança l’ange noire avant de conclure. “C’est compris ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Mer 9 Sep - 16:16

Robin, n'étant plus mû par cette espèce de force d'action et de parole que lui avait procuré sa psychose vers la fin, se sentait comme un écolier en faute qui aurait été envoyé au bureau du directeur... Certaines images persistent, et avec elles, un lot d'émotions parfois non-désirées. Aussi, bien qu'il aurait voulu tenir tête à sa patronne, il ne pouvait se le permettre stratégiquement parlant... Il devait se repentir et faire comme s'il n'avait jamais voulu être aussi impulsif. Ainsi, ne dit-il rien pendant que l'ange noire lui débitait sa colère calmement.

Cela dit, à sa dernière phrase, il pâlit presque autant que ses cheveux... Cette action qu'il avait commise, il était sûr qu'elle était celle à faire sur le coup, mais il se rendit compte, en rétrospective, qu'elle avait été définitivement démesurée. Lui d'ordinaire si calme et doux avec ses "patients", avoir été si brusque le laissait mal... Qu'est-ce qui lui avait pris, bon sens!? Dans le silence total, les yeux fixés sur ses mains, il commençait à réellement considérer qu'il ait pu être sous l'effet de sa schizophrénie. Habituellement, il n'était pas particulièrement dangereux ou violent, mais le dernier épisode le laissant sans voix: s'il s'était laissé pleinement allé, il aurait pu finir par attaquer la rousse... N'avait-il pas senti le désir viscéral de la réduire en purée dans une atroce souffrance? Soudainement, il eut peur de lui-même, ou du mois de cette facette de lui sur laquelle il n'avait pas vraiment le contrôle...

Sans lever la tête, il finit par répondre un "Compris." timide qui laissait entendre qu'il ne comptait plus tenir tête à sa patronne - du moins pour l'instant - et qu'il était bel et bien repentant. Luce Leroy n'avait jamais entendu Robin aussi soumis et contrit, et ce n'était plus en raison d'un contrôle mental. Finalement, il leva ses yeux bleus vers elle et osa demander: "Qu'ai-je fait au juste?" Il voulait savoir, avoir une porte d'entrée sur son Mr Hyde, entendre son récit de l'extérieur... Il n'était plus tout à fait sûr de pouvoir se fier sur ses propres perceptions... mais de là à croire entièrement ce que la Leroy lui raconterait, il y avait quand même une marge. Il ferait le tri ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Jeu 10 Sep - 12:09

Robin n’était plus le fier jeune homme qui lui tenait tête et faisait son petit numéro de colère. Il était passé de fauve à chaton en quelques minutes. D’ordinaire beaucoup moins docile, elle était désarçonnée par son comportement et ses réactions. Se n’était pas normal qu’il reste aussi calme et penaud et elle en vint à se demander si elle n’était pas allée un peu loin avec lui. Lors de leur contact phychique il était possible quelle ait laissé une marque chez lui, quelque chose qu’elle ne pouvait reprendre, comme une empreinte de son ordre. Avec tout ce qui touchait à l’esprit, on devait agir avec la plus grande douceur. Un mot de travers et le résultat n’était plus le même... Mêler mot et pensée en même temps alors qu’elle l’envoyait dans son bureau avait peut-être été de trop pour les pensées de Robin et les conséquences se faisaient sentir maintenant.

Qu’avait-elle fait ? ... Qu’avait-il fait ? Quoi ?! Il ne s’en souvenait pas ?

“Tu ne t’en souviens pas ?” demanda t-elle sans cacher sa surprise.

Elle passa sa main sur sa nuque en soupirant suite à cette révélation. Bon, au moins son état allait l’aider à cacher les réelles raisons de son trouble. Le fait qu’il l’avait vu découper un corps et l’apparition de la police aurait pu expliquer cette crise, comme si cela avait été un élément déclencheur.

“Autant que je puisse en juger, tu as eu un épisode psychotique. Tu étais irrationnel et divaguait, comme si tu entendais d’autres personnes te parler.” Expliqua t-elle. “J’ai même cru que tu allais devenir violent mais tu t’es repris. Au moins cette fois-ci.”

Ayant elle-même des capacités psychiques, elle s’intéressait aux maladies de l’esprit et savait à peu près de quoi Robin était atteint après avoir elle-même entendu ces voix. Elle n’en était pas sûre n’étant pas médecin, n’ayant jamais eu vocation à aider les autres et les soigner. Pourtant, cette maladie avait donné une dimension assez agréable à son employé. Elle ne le voyait pas comme un mal, pas comme quelque chose dont il devait guérir, c’était juste une part de lui. Elle ne tolèrerait pas qu’il se comporte ainsi avec elle mais elle n’allait pas le pousser vers une guérison non plus, ni essayer de le raisonner en expliquant qu’il était un danger pour lui-même et les autres. Ça, elle n’en avait cure.

“Je te l’ai dit, cela ne peut plus se reproduire. Jamais, et j’insiste sur le jamais. Si tu peux continuer sans médicament alors fais-le, sinon agis.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Sam 21 Nov - 14:01

[HJ: Deux mois plus tard dans les maritimes... Me revoilà! Very Happy]

Le jeune thanatologue tendit l’oreille à ce que lui racontait sa patronne… et il fut déçu. Déçu devant tant d’éléments vagues, devant si peu de justesse. Il avait eu une phase psychotique, oui. Il avait failli avoir des accès de violence, oui… Tout ce qu’elle lui disait, il en avait conscience lui-même! Il voulait des détails, car c’était avec ceux-ci seulement qu’il saurait reconstruire le casse-tête. Mais il n’osa reposer sa question pour avoir des précisions.

Il écouta à peine les ordres qui suivirent, mais capta l’essentiel : prends tes médicaments. Il soupira et baissa la tête. Décidément, aujourd’hui était une perte totale : de temps, d’estime, de moral… Fermant les yeux, il respira calmement et sentit le réel besoin de disparaître… de Ténébris bien sûr, mais surtout de ce bureau qu’il ne pourrait quitter sans se compromettre. La fureur qui l’avait habité laissait maintenant place à un désarroi sans nom se concentrant d’abord sur sa maladie mentale qui l’affligeait, puis divaguant sur tous les autres aspects de sa vie : son emploi dirigé par une gérante chiante, son implication clandestine dont il ne voyait plus l’aboutissement possible, sa relation virtuelle qui le coinçait entre mensonges et confidences… D’un coup, il désira que le policier l’eût amené avec lui pour le tuer, comme d’autres résistants avant lui.

Un cil tombé dans son œil le ramena à la réalité et il n’eut d’autre choix que de se frotter l’œil en question avant de reporter son attention sur Luce Leroy. Après avoir pris une respiration, il articula : «J’agirai.», laissant totalement indéfinie l’action qu’il poserait. Puis, il se leva sans aller plus loin. Droit comme un piquet, il fixait intensément son interlocutrice, avec un visage sans expression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Jeu 17 Déc - 15:46

Elle n’allait bien sûr pas lui faire la grâce de lui donner des détails ou de lui faire se souvenir d’éléments qu’il aurait pu oublier. Autant le laisser dans le noir, et ce, le plus longtemps possible. Pourtant, ce n’était pas la peine, mais bien un désarroi profond qu’elle lisait sur le visage baisé du jeune homme. Pour un peu, elle n’aurait été surprise de le voir verser une larme. Si une certaine compassion aurait pu envahir le commun des mortels, il n’en était de rien pour elle. Elle se moquait royalement des peines de cet humain qui lui avait manqué de respect et avait maltraité le corps d’un ange.

Humm… C’est vrai qu’il n’était pas vraiment en état de faire des embaumements et elle ne voulait pas se risquer à le renvoyer au sous-sol et le plonger dans cet univers et ces odeurs qui pourraient l’aider à se rappeler. Entendant un bruissement de gravier au dehors, elle vit la voiture du Commissaire filer dans l’allée à un rythme d’enfer. Se jurant d’empêcher cet individu de faire irruption chez elle sans y avoir été invité, elle reporta son attention sur son employé.

Ce dernier avait repris un visage de marbre, impassible et silencieux. Elle aimait ces traits sur lui, ça le déshumanisait presque, le rendant comparable à de la pierre. Elle esquissa un sourire sans le vouloir faisant mentalement une comparaison entre elle et lui et trouvant des similarités avec l’humain et la jeune ange de sa jeunesse alors qu’elle n’avait encore quelques plumes. Se forcer à rester sans expression alors que soit la table elle s’enfonçait une fourchette entre la peau et les ongles. Lui aussi criait intérieurement, pas le même cri qu’elle mais, ils avaient en commun de garder le silence tout en entendant l’écho de leurs propres hurlements résonner à leurs oreilles.

Sans même y penser, elle appuya sur un des boutons de son combiné et contacta son assistante.

“Fais venir… Alexandre… dans mon bureau, tout de suite.”

Au fond d’elle, l’ange savait bien que Robin n’était pas en état pour l’embaumement mais elle n’était pas non plus assez charitable pour le renvoyer chez lui, même si ça voulait dire économiser un salaire. Il y avait du travail à faire et elle comptait bien le revoir d’ici à la fin de la journée pour juger de sa santé mentale. Le savoir -malade-, comme aurait pu dire un médecin humain, l’intéressait au plus haut point. En vérité, la normalité pouvait être d’un ennui mortel !

Retenant la leçon sur la capacité d’Alexandre à ne pas comprendre ce qu’on lui demandait, elle attrapa un bout de papier d’une pile et en raya 4 noms avant de se lever. Contournant son bureau et Robin, elle ouvrit la porte de son bureau juste à temps pour voir un Alexandre haletant se figer sur place et elle lui tendit le papier avant qu’il ait eu l’occasion de prononcer le moindre mot.

“Des corps en plus, partage les avec les autres mais je les veux préparer et au frais d’ici à la fin de la journée.”

Son dernier mot en fut presque coupé par le bruit de la porte qui claquait sur le visage idiot d’Alexandre qui prendrait quelques secondes pour comprendre pleinement ce qu’elle venait de lui dire. Se plantant devant Robin, elle attrapa un calepin vierge et un stylo près de son téléphone et lui tendit.

“Fais-moi un inventaire de ce que nous avons en stock à ce jour. Outils, instruments, produits, linge. Tant que tu es dans la réserve, tu peux écouter ta musique mais pas en salle stérile. C’est compris ?”

Sa requête allait certainement le surprendre et il allait se rendre compte que la liste qu’elle avait donné à Alexandre était sans aucun doute sa charge de travail du jour qu’elle venait de passer à d’autres.

[HJ : Décidément, Alexandre est un souffre-douleur XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Mar 29 Déc - 22:56

[HJ: Oui! Pauvre Alexandre!]

Le crissement des pneus à l’extérieur le fit à peine tressaillir. Robin n’avait vraiment plus qu’une seule envie : partir d’ici au plus vite, mais détaler comme un lapin devant sa prédatrice n’était pas dans ses plans. Il attendit donc, toujours droit et impassible, qu’elle lui dise la suite des choses… qui comportaient Alexandre. Merde de merde! Il n’avait pas eu assez à supporter aujourd’hui? Il devrait encore se farcir la présence de cet emplâtre! Son regard vide lançait intérieurement des couteaux à sa gérante pendant que le fameux collègue se ruait devant sa porte. Le thanatologue observa les moindres gestes de celle qu’il imaginait morte et comprit vite que la liste de noms était celle de ceux à embaumer dans la journée.

Par contre, il eut besoin de quelques instants supplémentaires pour bien assimiler l’information les concernant… Ainsi donc, elle refilait sa charge de travail à ses collègues… et ce, si tard dans la journée. Déjà que Robin n’était pas forcément la personne la plus appréciée du personnel, il serait carrément détesté en ce jour! Se mordant la lèvre inférieure, il retint un juron. Non pas que l’opinion qu’il inspirait à autrui lui tienne à cœur, mais cette marque d’injustice ne pouvait le laisser indifférent. Au moins, lui, il avait été informé de cette nouvelle besogne en matinée, pouvant ainsi réorganiser son temps en conséquence… Mais les autres, ils devaient déjà être bien avancés et ne feraient que bâcler leurs derniers embaumements. Argh. Le perfectionniste en lui s’époumonait à en perdre la voix.

Mais il ne fut pas laisser en reste. En effet, ce transfert n’impliquait malheureusement pas qu’il rentre chez lui… mais seulement qu’il effectue une tâche encore moins plaisante… Ou peut-être si, en fait. S’il avait droit à sa musique, même partiellement, ce pouvait déjà être mieux.

« Y a-t-il des priorités, une liste à suivre? », demanda-t-il, toujours de marbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Ven 8 Avr - 8:24

Elle n’allait bien sûr pas le renvoyer chez lui. Rien de pire que de perdre un employé en milieu de journée. Peu lui importait ce que les autres allaient dire. Elle se fichait royalement des frictions entre employés tant que le travail était bien fait et, bien entendu, elle s’assurerait elle-même que les embaumements supplémentaires soient fait correctement. La réputation de son entreprise, son nom, se jouait sur chaque corps qui passait dans sa chambre froide. Il était hors de question qu’Alexandre et les autres bâclent leurs tâches du jour, elle y veillerait.

“Tu trouveras le dernier inventaire dans le placard jaune. Là où on range les doubles des bons de livraisons.”

Elle ne lui expliqua même pas en quoi ça pouvait l’aider, après tout, c’était l’évidence même. S’il suivait la liste du dernier inventaire, il pourrait faire une comparaison entre le stock de la dernière fois et celui d’aujourd’hui et le tour serait joué.

“Qu’est-ce que tu att… ?” commençât-elle avant d’être grossièrement interrompue par son interphone.
- Maître d’Argent pour vous, il monte. L’informa Carine.

Il était temps… Son avocat avait bien pris ses deux heures pour venir et ils avaient à faire ! Si ils l’avaient échappé belle aujourd’hui, ce ne serait peut-être pas le cas dans le futur et elle avait devoir travailler avec lui pour éviter toute interruption à son travail. L’enlèvement d’un corps quel qu’il soit l’horripilait au plus haut point mais qu’ils lui aient pris un ange, alors là, elle aurait pu clouer au pilori le Commissaire pour son impudence. Aussi figurativement que littéralement. Il aurait été cocasse de le voir immobiliser sur la Grand Place à la merci de la populace.

Qui sait, peut-être un jour en viendrait-elle à s’occuper de lui pour de bon. Après tout, ça faisait un moment qu’elle n’avait pas ajouté un policier gradé à son tableau de chasse et elle lui réservait une place de marque, il aurait pu en être fier.

Reposant son regard sur son employé, elle tiqua de le voir toujours devant elle, droit comme un i avec une expression indéfinissable sur le visage. Étrangement, cela lui fit perdre de sa superbe et elle fronça les sourcils. Si d’ordinaire elle lui aurait juste envoyé un order sec, bref et cassant pour le faire déguerpir, quelque chose l’en empêcha. Peut-être était-ce ce contact psychique de toute à l’heure, la crise qu’il venait de faire, son expression toute changée ou autre chose mais, les mots lui manquèrent. Pour la première fois, elle ne savait que dire. Son avocat entra ainsi dans son bureau, comme à son habitude sans frapper, et découvrit une atmosphère de plomb dans la pièce. A ce moment-là seulement retrouva-t-elle l’usage de la parole.

“Robin, laisse-nous.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Jeu 14 Avr - 16:09

Robin nota mentalement ce qu’il devait faire, mais ne se précipita pas à l’extérieur. Une certaine lassitude, mêlée à sa frustration, l’empêchait de bouger. Il se sentait particulièrement lourd et tout mouvement lui paraissait un effort démesuré. Il hocha seulement la tête, pour montrer qu’il avait compris, mais c’était tout. Et, cela, semblait agacer sa patronne, laquelle commença une phrase de reproche sur son immobilisme, avant d’être interrompue.

Ainsi, le fameux avocat d’Argent était enfin arrivé. En entendant ce nom, Robin revit quelques scènes de ce qui s’était passé au sous-sol : Alexandre partant en courant, Mme Leroy commençant son embaumement par le dos, les cicatrices, sa gérante voulant le garder à distance… et sa voix, résonnant non seulement dans ses oreilles, mais dans son cerveau également, comme si elle était provenue de deux sources différentes… Il avait beau avoir été en état de psychose, il ne pouvait se résoudre à croire que tout ce qu’il avait vu, fait et entendu était le fruit de son imagination. C’était tout simplement impossible : il y avait inévitablement des parcelles de vérité… Mais lesquelles? Et comment les trier?

Fixant son regard sur sa patronne, il fronça les sourcils. Elle avait une étrange expression sur le visage, une espèce de sourire sadique… non pas qu’il ne l’avait jamais vue ainsi, mais le jeune hacker voyait cette expression d’un nouvel œil depuis qu’il avait entendu sa voix cassante dicter ses pensées. Sans qu’il ne sache vraiment comment l’interpréter, cela dit. Son faciès à lui était par contre indéfinissable, mêlé entre neutralité, inquisition et lassitude, et cela sembla particulièrement dérouter la Leroy quand elle le regarda de nouveau. Le tictac de l’horloge continuait de donner à la cadence de ce lourd silence. Ni l’une ni l’autre n’osait l’anéantir et Robin aurait pu trouver drôle de ne recevoir aucun ordre s’il avait eu le cœur à rire.

Finalement, le fameux avocat fit irruption dans la pièce sous le coup de 13h43 et cela sembla délier la langue de sa mégère de gérante. Malgré tout, l’ordre avait perdu du ton sec qu’elle lui réservait habituellement, ce qui ajoutait à l’étrangeté de son comportement. Cela troublait Robin, mais il n’en laissa rien paraître. Jetant un coup d’œil au cadran, il prit finalement conscience de l’heure tardive, ainsi que de son estomac creux… Sa psychose et son travail avaient pris tellement de place dans son esprit, qu’il en avait oublié la notion d’appétit…et ce, même quand Alexandre lui avait parlé de prendre une pause en le croisant dans le corridor. Cela ferait bientôt cinq heures qu’il était à l’ouvrage et méritait sa pause, comme tout employé-e.

Pour toute réponse à sa gérante, il lui fit une espèce de révérence, qui sonnait tout aussi fausse que l’ordre qu’il avait reçu, et fit un pas vers l’arrière. Il fit de même devant Maître d’Argent, qui, lui, ne connaissait pas ou si peu le jeune thanatologue et ne put donc déceler l’incongruité de son comportement.

« Je pars en pause-dîner d’abord. », dit-il finalement, à l’attention de l’ange noire, puis passa l’encadrement de la porte sans attendre d’approbation.

Ses pas résonnaient lourdement dans le corridor vide pendant qu’il se dirigeait vers la salle des employés. Une fois sur place, il poinçonna, prit rapidement son téléphone intelligent et se mit de la musique dans les oreilles, tout en envoyant un message à texte à son ami et ancien mentor, Hugo :

Robin a écrit:
‘Va falloir qu’on s’voit ce soir. Y’a des trucs drôles qui s’passent à ma job.

Il sortit son repas et le mit au four micro-ondes, puis continua de texter tout en mangeant. Il n’écrit rien que les services secrets puissent interpréter et Hugo ne lui posa pas de questions pour en savoir davantage non plus, comprenant facilement le double-sens de « drôle».  Ils échangèrent seulement sur ce qui se passait au Toit pour tous, sur l’enfant d’Hugo et sur des sujets légers qui permirent à Robin de se changer les idées, même si ses interrogations n’avaient été que mises de côté temporairement. D’ailleurs, dès qu’il retourna dans l’ambiance acerbe des chambres froides, ses pensées eurent tôt fait de l’y rejoindre. Malgré tout, il avait ses écouteurs et réussit ainsi à se concentrer autant qu’il le pouvait sur son travail en se donnant un rythme régulier. Le nouvel inventaire avançait rapidement et il était plutôt fier de lui. Son moral reprenait du galon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Luce Leroy

avatar

Race : Ange noir
Lieu d'habitation : Une maison du lotissement
Métier/Occupation : Pompes funèbres/ Nettoyage de scènes de crime et Vice-Présidente de l'OM

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Mar 3 Mai - 15:30

Se sentait-elle liée à lui, étrangement c’était peut-être vrai. Elle avait vu un aspect de Kobin plus profond, plus intime que la plupart des relations qu’elle entretenait avec l’humain moyen. Leur contact psychique bien qu’à sens unique l’avait marquée et la psychose de son jeune employé l’avait rendu un peu plus intéressant. Pourtant, ce dernier décida de faire encore dans la dentelle et, après lui avoir fait une révérence ridicule, sorti en lui faisant bien comprendre qu’il allait déjeuner avant. Décidément, il faisait tout pour attirer ses foudres ! Elle se demandait bien ce qui la retenait de l’étranger à mains nues !
 
Courroucée, elle se mit à son bureau et alluma la télé qui trônait sur un des murs. Elle avait l’habitude de regarder ce que les veilleurs de nuits avaient fait durant leurs heures de travail mais il était bien clair qu’elle le faisait également de jour. Elle entra le code pour les consulter et changea de caméras sur l’écran afin de trouver Robin qui entrait salle de repos. Elle aurait arrêté de regarder immédiatement si le jeune homme n’avait pas pris le soin d’envoyer un message avant de mettre son plat au micro-onde. Selon elle, ça voulait dire que ce message était plus important que de se nourrir ce qui piqua sa curiosité. Elle se leva, et repassa les images plus lentement.
 
Toutefois, à cette distance, elle ne pouvait pas lire ce qui apparaissait sur son écran, même en ce tenant juste devant le touchant presque de son nez.
 
- Un problème, Madame ?
“Un seul ?” lui répondit-elle sarcastiquement.
 
L’ange pinça les lèvres, très irritée de ne pouvoir déchiffrer ce texte. Elle reprit une expression neutre tout en éteignant la télé. Il lui fallait tout simplement attendre, rien de plus. Certains des membres de l’Organisation Monstrueuse était des petits génies de l’informatique et ils arriveraient certainement à rendre l’image plus lisible et trouver un angle de vu plus adéquat. Patiente, elle attendrait. Peu préoccuper de faire patienter son avocat, elle se tourna vers lui, attrapa son sac à main et lui fit signe de la suivre.
 
“Allons déjeuner.” Fut tout ce qu’elle lui dis.
 
Luce n’avait cure de l’avoir fait conduire depuis le Centre-Ville juste pour sortir immédiatement après son arrivée. Tout comme se lavait-elle les mains de l’utiliser comme chauffeur. En chemin, elle commença à la consulter sur les interférences de la police et du moyen de les contrer. Cette conversation se poursuivit tout le long de leur repas, dans un restaurant chic où ils s’étaient installés dans une salle privée. De retour, certaines pistes avaient fait leur apparition et bien que cela demande du travail, c’était un sacrifice qu’elle sommait son avocat de faire. Il était hors de question que la police fasse à nouveau interruption dans son travail et prenne un corps qu’elle avait elle-même commencé à embaumer.
 
A nouveau assise à son bureau, elle chercha, avec l’aide des caméras, son jeune employé. Il était dans une salle d’embaumement et… et… L’ange se leva d’un bloc d’un signe rageur tout en éteignant l’écran et se rua au sous-sol, ses employés l’entendaient arriver de loin et lui faisait place, craignant ses foudres. Elle arriva dans la chambre où Robin de trouvait et s’avança vers lui. Lorsqu’elle fut tout près, elle lui enleva un de ses écouteurs, le faisant glisser pour qu’il pivote à l’écart de son oreille et qu’il puisse ainsi l’entendre.
 
“Pas en chambre stérile.” Lui dit-elle d’un ton de reproche en attrapant ensuite la liste qu’il avait commencé à écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t310-luce-leroy-termine#4930
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   Jeu 12 Mai - 18:38

[HJ : En fait, les écouteurs de Robin sont comme on les voit dans la signature (à droite) : plutôt volumineux et placés comme une passe sur sa tête. Alors, Luce ne peut pas lui en arracher qu’un à la fois. ._.]

Robin avait retrouvé sa bonne humeur en se retrouvant ainsi seul, avec pour seul bruit ambiant la musique à ses oreilles. Il arrivait définitivement mieux à se concentrer qu’en présence de la mégère qui lui tenait lieu de patronne. Après avoir fini l’inventaire des outils, il relut ses listes pour s’assurer de n’avoir rien oublié… Oui, tout y était. Bien.

La prochaine salle était la salle d’embaumement. Il aurait préféré passer à une autre tout de suite, mais se dit que, plus vite il finissait la chambre stérile, plus vite il pourrait remettre ses écouteurs sur ses oreilles. Il quitta donc la salle à outils, au milieu d’une chanson de dix minutes, puis arriva, trop vite à son goût, devant la porte. Il hésita un peu. La chanson finissait dans moins de trois minutes… Il ne pouvait quand même pas attendre qu’elle se termine pour se mettre au travail, mais ne pouvait se résoudre à l’arrêter alors même que le quatuor à cordes se lançait dans un crescendo! Il finit donc par entrer, jeta un coup d’œil à l’intérieur et ne vit qu’une collègue en plein embaumement. Elle avait à peine levé les yeux sur lui, trop concentrée sur son travail. Robin lança un regard sur sa gauche, là où s’alignaient de petits crochets prêts à recueillir sarraus et autres, et se dit qu’il accrocherait ses énormes écouteurs et son appareil à cet endroit dès que la chanson serait finie : ni vu ni connu. Il ne restait que deux minutes avant la fin du morceau.

Satisfait de sa décision, il se dirigea vers les armoires contenant les produits nécessaires à la thanatopractie, y jeta un coup d’œil rapide, hocha la tête en voyant l’ordre qui y régnait et commença à lire la liste d’inventaire pour cette section. Il eut à peine le temps de finir d’écrire la date que ses écouteurs lui étaient arrachés de la tête, coupant complètement le violoncelliste dans son élan. Sous le choc du silence soudain, Robin se tourna vivement vers la trouble-fête et comprit la raison de sa présence avant même qu’elle ne lui lance son reproche.

Merde et re-merde! Il restait juste trente secondes à la chanson et, après, il allait remettre ses écouteurs sur les crochets, comme un bon petit employé bien sage! En plus, il n’avait même pas encore touché à un seul produit! Elle l’avait donc suivi sur les caméras? Il ne sut déterminer ce qui le frustrait le plus : qu’il n’ait pas pu finir d’écouter le morceau, qu’elle l’ait suivi, qu’elle ait ainsi fait irruption dans sa bulle ou qu’elle fasse preuve d’un si grand zèle à son égard… Elle avait décidément le don de lui gâcher ses journées! Se retenant de lui lancer un juron en pleine figure, il lâcha seulement un « Je sais. » catégorique entre ses dents, avec l’air de celui qui n’avait pas besoin qu’on lui dise quoi faire. « Il restait juste trente secondes et j’allais le ranger. », ajouta-t-il sur le même ton arrogant, en pointant le mur à côté de la porte, « Vous remarquerez aussi que mes mains souillées par ces ondes indésirables n’ont encore touché aucun produit. », puis il reprit ses écouteurs rageusement. Sans grand espoir, il risqua un regard sur l’écran de son lecteur et constata amèrement que la chanson suivante était commencée. Les lèvres pincées par la fureur, il l’éteint et fit signe à sa gérante qu’il souhaitait passer pour ranger les objets indésirables, avec un sourire coincé qui se rapprochait davantage d’une grimace.

Derrière lui, il sentait le regard de sa collègue dans son dos. Il était clair que l’embaumeuse avait maintenant perdu sa concentration, trop intriguée par ce qui se passait à deux mètres d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV Luce] L'embaumement et ses (dé)plaisirs
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» You grow, you grow like tornado. { Luce & William [X]
» [Rang 2]Plaisirs charnels et joie de la victoire: 2e match d'arène pour Pertti
» Luce
» Dans l'antichambre des plaisirs interdits [Nemetoria Loreia Ovidia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Obscure Clarté :: La Banlieue :: Le Cimetière-
Sauter vers: