AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eon Blue Apocalypse [PV Robin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Lun 7 Mar - 1:41

Bon, je ne suis peut-être pas du genre "sorteux" mais je ne pouvais tout simplement pas manquer CE show. LE show. J'avais attendu au moins deux mois avant d'acheter les billets et je savais que je ne regretterais pas cette soirée. Bien sur j'avais hésité longtemps à inviter Kael. Il avait accepté. À mon plus grand bonheur, mon démon allait voir un peu ce que c'est que de voir un vrai band en live, la plus belle expérience, sincèrement, rien ne se compare à ça! Rien du tout. Voir les musiciens de ses propres yeux c'est aussi indescriptible que d'halluciner les notes de musique en jouant d'un instrument. J'avais jubilé toute la semaine, jusqu'à ce que Kael annule les plans, pas le temps, une grosse commande, blablabla. Bien sur je n'avais pas bronché, j'étais trop bouche bée, je n'avais rien compris mon cerveau avait tourné à Off. Je suis parti et me suis, une fois de plus, retrouvé chez nous à rouler des joints. Une activité parfaitement enrichissante en attendant que l'occasion se présente et que je trouve quelque chose à hacker. Il ne restait que trois jours au concert et je ne savais pas quoi faire, j'avais décidé de rester à jeun jusqu'au concert, donc durant une semaine... peut-être... je ne suis pas certain, et de faire le moins de connerie sur mon ordinateur pour éviter les emmerdes et une soirée gâchée, mais le temps avait passé si lentement, j'ai cru mourir d'ennui... 

Immanuel leva les yeux de son écran et soupira, il restait une bonne heure avant le concert qui avait lieu dans un petit bar à spectacle à deux coins de rue, un vieux hangar désaffecté qui servait maintenant de bar à spectacle, très sympathique comme endroit, il y était allé une ou deux fois déjà. Il avait le temps de s'y rendre et de boire un verre avant le show... Il se leva et enfila une veste par-dessus son chandail, puis un jeans troué aux genoux. Je suis certain que c'est propre... Puis lança ses lunettes sur son lit en se disant qu'une fois encore il allait se coucher dessus en revenant. Je vais devoir m'en acheter d'autres si je continu... Bah, c'est pas si cher quand on sait chercher un peu... Il sortit de chez lui lentement sans prendre le temps de barrer sa porte et traîna les pieds sur le trottoir en se dirigeant vers le bar, mains dans les poches, un joint derrière l'oreille et les yeux mis-clos, observant la rue éclairée par les lampadaires. Il n'en avait pas l'air, mais il jubilait, depuis le temps qu'il attendait de les voir! 

Immanuel prit place sur un banc et prit une bière avant de s'accouder au comptoir et d'observer l'endroit encore calme, quelques personnes étaient assises aux tables et parlaient en attendant le concert.


Dernière édition par Immanuel Blackson le Mer 9 Mar - 17:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Mar 8 Mar - 20:56

[HJ : Désolée pour le roman… L’inspiration était avec moi! En même temps, il fallait bien que je mette certaines choses à jour et en place. Wink]

Ça avait été un mercredi typique pour Robin : réveil pénible suite à une nuit d’insomnie, puis à un sommeil aux rêves peuplés de vampires où les militaires étaient à ses trousses pour le fusiller… Bon, ce rêve n’était pas forcément typique, mais ce genre de cauchemar était devenu monnaie courante depuis quelques semaines. Bref, c’est après s’être réveillé en sursaut, totalement éméché, qu’il s’était rendu à son boulot. Il avait évité au mieux ses collègues et, heureusement, Luce Leroy était absente cette journée-là. La seule réelle joie de sa journée avait été l’idée du spectacle du soir, attente à laquelle il s’accrochait comme à une bouée de sauvetage qui saurait l’éloigner loin des courants de la monotonie et des airs pop kitsch radiophoniques au son léché et suintant les stratos.

Bref, le jeune embaumeur avait une humeur massacrante et ne souhaitait parler à quiconque et c’est à peu près ainsi que se passa sa journée. Il préférait jouer dans sa tête les riffs de violon du fameux groupe. Robin avait découvert ce band depuis peu de temps, quelques mois tout au plus, et avait été tout de suite charmé par leur virtuosité et par l’impossibilité de leur apposer une étiquette de genre – parfois mélangés avec brio dans une même pièce. Ces musiciens étaient vraiment maîtres de leur instrument et savaient leur faire raconter toutes sortes d’histoire et transmettre une pléthore d’émotions sans prononcer le moindre mot… et ce, en enregistrement studio! Les entendre en live serait définitivement toute une expérience!

À la fin de sa journée, le jeune homme s’empressa de partir, le cœur plus léger qu’en matinée, libéré du fardeau de ses besognes et des conversations de comptoir. Une bonne dose de dopamine envahit son cerveau alors qu’il fit le tour de Ténébris en vélo, histoire d’aérer ses esprits un peu. Ses pensées virevoltaient et il se dit que Krimhilde aimerait peut-être le groupe qu’il allait voir… Finalement, quand le soleil descendit vers l’horizon, il rentra et s’installa, comme à son habitude, à son bureau. Personne ne lui avait écrit, pas même Lucy. En remarquant cela, il eut un pincement au cœur, surtout en songeant qu’il aurait aimé inviter Krimhilde au fameux concert. Il y avait pensé… vaguement, à peine, seulement furtivement, puis était vite passé à autre chose, se disant qu’il la connaissait depuis trop peu de temps et que, de toute façon, il n’aurait su la retrouver avant le début du show. Mais quand même. La nuitqu’il avait passé avec elle n’arrêtait pas de lui revenir en tête et de le tourmenter. Cela faisait déjà plus d’un mois qu’il l’avait rencontrée et il n’avait pas eu de ses nouvelles depuis… Il s’était plusieurs fois promis d’aller la voir, mais avait toujours abandonné, par crainte et lâcheté. Une fois de plus, il se promit de la retrouver prochainement… cette fin de semaine, au plus tard. Oui. Et il lui montrerait le Squat… enfin, autant que montrer se peut pour une aveugle. Et il pourrait peut-être lui poser des questions sur l’OM aussi… Peut-être même connaissait-elle cette Éloïse Galtier qu’il cherchait depuis déjà deux semaines. Oui. Il irait la voir.

En soupirant, Robin ferma sa boîte de messagerie sans rien envoyer et installa le filtre dont il avait confectionné le code complexe avec ses frères d’arme, changea son adresse IP, puis continua ses recherches. Au passage, il hacka le site du Ministère du Patrimoine, de la Mémoire et des Archives (MPMA) et on put y lire, sur chaque page traitant de l’histoire de Ténébris :

Placebo a écrit:
MPMA : Mensonges contre la Propagation des Mythes Avérés
PLACEBO.
Cause it’s all fake

Ça n’était pas quelque chose qui sautait forcément aux yeux ou qui empêchait d’accéder à une page. Son message se glissait dans le décor habituel du site et voulait surtout s’immiscer dans le subconscient des visiteurs du site, lequel n’était sûrement pas le plus fréquenté de tous, mais quand même. Il était souvent noté comme référence et était fréquemment consulté par bon nombre d’étudiants et de recherchistes. Les responsables de ces pages ne découvriraient sans doute pas tout de suite son petit tour de passe-passe et le message pourrait être lu par quelques âmes tombées là, idéalement plusieurs.

Finalement, il éteignit son ordinateur et s’allongea sur son lit dans le silence relatif que lui offrait son appartement. Ses voisins du dessus et du dessous semblaient en pleine discussion et en plein repas, ceux de gauche, en plein coït. Celui de droite était toujours aussi silencieux et ce n’est qu’en l’entendant sortir que Robin sut qu’il avait été là. Ce mouvement sortit le jeune homme de son air contemplatif; il regarda l’heure et songea qu’il serait bientôt temps d’y aller. Avant de partir, il envoya quand même un petit message à son amoureuse virtuelle où il lui partageait une vidéo du band et expliquait qu’il ne serait pas là de la soirée.

Une fois sur place, il dut sortir trois cartes – les trois seules valides en sa possession – certifiant qu’il était bel et bien majeur. Malgré cela, le portier sembla lui trouver des airs de jeune ado surdoué dans le trafic de fausse carte, car il ne le quitta pas des yeux jusqu’à ce qu’il soit hors de son champs de vision. Le même scénario se répéta quand il voulut commander quelque chose à boire. Un peu les nerfs à vif, il finit par lancer un : « Écoutez, vous voyez bien mes cartes, non? Votre portier m’a laissé entrer. Qu’est-ce qu’il vous faut de plus? Mon Attestation de naissance!? » Ne souhaitant pas que la situation dégénère, le barman finit par le servir avec un sourire contrit. Avant qu’il ne s’éloigne, Robin lui lança : « Souvenez-vous de mon visage : j’ai pas envie d’vous chanter le même refrain toute la soirée! » Le barman fit un « Oui, oui. » rapide, puis alla vite servir un autre client.

Grommelant dans son verre, le jeune hacker s’accouda au comptoir et se permit un regard circulaire dans le bar. Le matériel pour le concert était déjà sur scène et l’éclairage tamisé offrait une atmosphère relaxante. La musique qui sortait des hauts-parleurs était particulièrement forte, mais, au moins, les goûts musicaux du DJ plaisaient à Robin. À quelques mètres de lui se trouvait Immanuel, qu’il avait remarqué dès qu’il était entré.  Sa grandeur et sa couleur capillaire étaient simplement impossibles à manquer. Ils devaient habiter dans le même coin, car les deux hommes s’étaient déjà croisés plusieurs fois dans un périmètre restreint. Toujours aussi peu désireux de discuter avec qui que ce soit et de nouveau à cran, Robin avait évité de croiser son regard pour ne pas avoir à lui envoyer une espèce de salut conventionnel. Toujours dans l’espoir d’éviter une rencontre, il se dirigea également vers l’avant de la scène où, de toute évidence, il verrait mieux les musiciens, puis il s’assit seul à une table circulaire, les yeux toujours rivés sur les instruments et les ombres qu’ils projetaient. La salle se remplissait peu à peu; le spectacle commencerait bientôt…


Dernière édition par Robin S. Fury le Sam 12 Mar - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Jeu 10 Mar - 3:30

[Pas de trouble hahaha]

Je suis patient, très patient, mais je déteste attendre ailleurs que dans ma chambre. Attendre avec des gens autour de moi... Sans parler à personne. Je me sens comme dans un rpg où tous les gens autours ne servent qu'à me faire avancer vers mon but, mais sans toutefois tenter d'apprendre à me connaitre, savoir qui je suis, où je vais, je les croise quelques jours plus tard et ils m'ont déjà oubliés. Le barman par exemple : il m'aide à me saouler, mais demain il va m'avoir oublié. [Soupir] va falloir que j'aille fumer, avant de continuer à déconner de la sorte, j'ai encore le temps avant le concert je crois. Shit I hate that f*cking feeling. I can't wait 'till the end of the show i'll die for sure. Une carence en weed, je fais une carence voilà. God damn it. Une chance que nos pensées restent au fond de nous et que personne peut les entendre, qu'est-ce que je peux en penser des conneries des fois. Je pense que je vais aller fumer, non après... non! Dans le milieux, pendant l'entracte. Bonne idée ça... S'ils en font une, c'était écrit nulle part, je sais même pas combien de temps le show va durer. For f*uck sake. Je vais attendre, on va prendre une chance et puis, si je dois attendre jusqu'à la fin du show ce sera ça de gagner. 

Immanuel termina sa bière d'un trait avant de voir du mouvement dehors. Il observa la scène avec un certain intérêt et s'appuya sur le comptoir, menton au creux de la paume, un sourire amusé sur les lèvres. Au moins il y a du divertissement un peu avant le show. À leur place j'aurais fait pareil, he looks like a kid. Il fronça les sourcils en observant le pauvre qui se faisait tirailler par les doormen qui ne semblaient pas vouloir le laisser entrer. À l'habitude, Immanuel aurait intervenu, mais il n'en avait pas envie ce soir et quelque chose au fond de lui l'en empêchait. La vue du jeune homme le figeait sur son banc. Sa silhouette le maintenait en place, il ne savait pas pourquoi. Pas avant de le voir entrer. Ah, tout s'explique. Il plissa les yeux en observant son visage avant de détourner le regard et de se tenir droit comme une barre lorsqu'il s'arrêta au bar à côté de lui. La scène qu'il offrit fit frémir Immanuel qui pinça les lèvres en observant le barman. Ouf... il a du caractère pour sa taille. On dirait un petit chien qui jappe de la fenêtre du salon après tout le monde qui passe dans la rue... 

Il ne put s'empêcher de le regarder s'éloigner. Bien sur, il baissa les yeux un moment avant que ce dernier ne fut assis. Un soupir franchit ses lèvres et il passa ses mains moites dans son visage pâle. This is so wrong. I am so wrong. Il commanda une seconde fois à boire tout en observant le jeune homme. Ils s'étaient croisés quelques fois devant l'appart, sans jamais s'adresser la parole. What for? Qu'est-ce qu'on aurait pu se dire? sincèrement. Il se mordit la lèvre en le regardant de nouveau. Il ne savait pas exactement pourquoi il ne pouvait arracher son regard du jeune homme. Robin... Je crois. Il me semble que j'ai déjà entendu son nom... What shoul I do...? He doesn't look like he wants company.... Il pinça les lèvres. Comme lorsque je m'apprête à faire une connerie... Bien sur. Il commanda deux verres et resta longtemps immobile sur son banc. Jamais il n'avait été aussi timide. Ce n'était vraiment pas son genre d'être intimidé par quelqu'un, à l'exception de Kobin bien sur.  Immanuel prit une grande inspiration, l'air rebuté du jeune homme faisait augmenter son incertitude. This is not a good idea... Maybe it is, I can't know if I don't try... 

Il se leva et du haut de son [presque] deux mètres s'avança vers Robin qui faisait la gueule. Sans dire un mot Immanuel posa les verres et offrit un sourire qui se voulait moqueur au jeune homme. Ah mince... je ne l'avais jamais regardé aussi longtemps et d'aussi près...

-Pas besoin de me montrer tes cartes, je voudrais pas te rendre plus amer.

shut up, seriously. Don't make a fool of yourself in front of him. Not now. The first impression, remember. Un peu mal à l'aise de sa tentative maladroite il prit place devant lui en évitant son regard un moment.
-C'est la première fois que je te vois ici, fit-il rapidement en posant un furtif regard sur son joli minois.
 
Damn he's cute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Sam 12 Mar - 15:43

Robin observait absolument tout ce qui l’entourait. Il allait rarement dans des bars, d’autant plus celui-ci. Sans doute y avait-il déjà mis les pieds avec la gang du Squat quand il avait commencé à en faire partie, mais tout cela semblait appartenir à une autre époque tellement ses souvenirs étaient flous… Ouais, à l’époque, il avait d’autres priorités que de s’attarder sur le décor. Mais, là, il était bouche bée. On lui avait dit qu’il s’agissait d’un vieux hangar désaffecté qui avait été réaménagé en bar. Bien sûr, il s’était imaginé certaines choses, mais jamais ne s’était-il approché de la réalité.

Les murs de base avaient été conservés, ce qui voulait dire qu’ils ondulaient en forme triangulaire aux bouts plats.* Ce devait être pratique pour l’insonorisation du local! Puis, chaque cavité avait, en alternance, été peinte en rouge puis en noir, tandis que les morceaux proéminents étaient blancs ou gris aléatoirement. Cela donnait un effet particulièrement agréable aux yeux du hacker, sans parler des lustres, qui étaient des bases de roues de vélos un peu tordues. Et, sur le plancher, il y avait des motifs de taches noires et grises – le rouge aurait sûrement été trop gore, pensa-t-il – qui devaient s’avérer pratique quand il y avait un dégât : il passait inaperçu!

*
Les murs:
 

Par contre, autant ce qu’il voyait lui plaisait, autant ce qu’il entendait lui faisait hérisser les poils de bras – si peu qu’il en ait! Le tout était peuplé de rires gras ou nasillards, de voix aucunement en accord s’entrechoquant, de bruits de verres cognés ensemble ou simplement déposés sur la table, de raclements de chaises… et tout cela allait en augmentant. Vivement le début du spectacle! Et, quand il se dit cela, il perçut dans ce capharnaüm des bruits de pas au rythme saccadé, mais lourds et assurés, arriver dans sa direction. À peine eut-il le temps de fermer les yeux, soupirer et prendre une gorgée de son liquide alcoolisé qu’arrivait le colosse. Lui, déjà petit, et d’autant plus assis à cet instant précis, voyait Immanuel dans une dangereuse contre-plongée – dangereuse pour son cou. Aussi, sa carrure lui donnait-il une impression d’infériorité qui lui déplaisait au plus haut point.

En effet, Manu n’avait même pas encore ouvert la bouche qu’il avait fait mauvaise impression sur Robin… et cela s’intensifia quand il parla. Le jeune aux cheveux grisonnant lui lança un regard perçant d’injures mentales tout en lâchant un « Ha…ha. » totalement dénué de joie. Je voudrais pas te rendre plus amer.*C’est un peu raté, dude… Tu ferais mieux de t’asseoir : tu caches tout l’monde.*, réprima-t-il de lui rétorquer, avant que le géant ne finisse pas prendre place, au plus grand soulagement et désarroi de l’embaumeur. À cet instant précis, il comprit pleinement pourquoi il n’aimait pas particulièrement converser avec les humains, en général. Puis, il pouffa légèrement, en songeant au double sens de cette pensée.

Les deux hommes évitaient le regard de l’autre et Robin serait bien resté ainsi, à écouter le spectacle sans plus qu’un mot ne soit échangé entre eux, mais Monsieur-je-m’incruste-dans-ta-bulle en avait décidé autrement. Ainsi, Robin n’eut réellement d’autre choix que de se tourner vers son indésirable compagnon et de le regarder en pleine face. Son visage à lui exprimait une certaine lassitude, mais il fallait bien y regarder pour la détecter. Sinon, il semblait totalement neutre, surtout considérant l’éclairage effaçant les nuances. Celui de Manu avait un air indéchiffrable pour Robin.

« Ah.. Ça s’peut. », finit-il par dire, après avoir passé quelques secondes à observer son interlocuteur. Il ajouta aussi, encore après quelques instants : « Mais je pouvais pas manquer ce show. » Après ces quelques mots, le regard de Robin s’illumina pour la première fois depuis le début de cette boiteuse conversation. Ce après quoi, il but une bonne gorgée de sa bière noire. L’amertume attaqua alors ses papilles, puis laissa la place à une petite douceur acidulée. Après cela, le jeune homme prit soudain connaissance des verres sur la table et, désappointé, demanda à Manu : « T’attends quelqu’un? », tout en pointant les deux verres qu’il avait apportés. *Dites-moi que non, pitié!*


[HJ: Ah oui! Et, au fait, il serait important que tu traduises les bouts anglais. Tu peux faire une section "Spoiler" TRAD à la fin. Comme ça, s'il y a des personnes qui ne parlent pas anglais (ou pas très bien), elles pourront quand même comprendre tes posts. ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Lun 14 Mar - 17:26

[HJ: oh, je n'y ai pas pensé! Je vais le faire pour ce post et l'ajouter aux autres ultérieurement!]

Ses yeux avaient cette lueur terrible qui ferait reculer n'importe qui, même moi, surtout moi. Je déteste déranger, je sais comment on peut se sentir quand quelqu'un est dans notre bulle. Mais mon empathie envers lui était quelque peu inexistante en ce moment, sa façon de me regarder m'avait rendu légèrement las et m'avait quelque peu découragé. À le regarder j'aurais dû me douter de sa façon de réagir. Non, je savais comment il réagirait, j'imagine que je voulais tester un peu ma patience et la sienne. Son regard m'avait fait l'effet d'une aiguille directement plantée dans ma chair. Mais c'était moins désagréable qu'on pourrait le croire. Surtout que j'avais déjà eu à faire à ce regard. Je me souviens de l'avoir quelque fois croisé dans la rue et ses yeux étaient semblable à maintenant. Mais jamais auparavant ce regard m'avait affecté, puisqu'il n'était pas diriger vers moi à ce moment. En ce moment, je sentais toute la lourdeur de ce regard qui pèse une tonne. Ça me rendait encore plus las. J'avais l'impression que je ne saurais me lever avec un tel poids qui pèse ainsi sur moi. Et je n'avais pas envie de partir maintenant, je pense bien que malgré son air haineux j'avais une petite chance. Je ne pense pas l'adoucir ou le rendre moins acerbe, bien sur que non, et ce n'est pas mon but, s'il n'est pas heureux ce n'est pas mon problème ni ma faute. Je préfère croire que j'ai une chance d'au moins savoir, si un jour, ce serait possible d'oublier Kael. Même si Robin n'est pas du tout près d'être quoi que ce soit dans ma vie. Je ne m'explique pas bien. [soupir] Ce que je veux dire, c'est que je tente, pour une soirée, une seule, d'oublier le démon, l'ombre qui m'étouffe et m'empêche de voir autre chose que de la noirceur. Je ne pense pas vraiment que Robin puisse faire quoi que ce soit, surtout avec un air pareil, mais c'est bien là ce qui m'intéresse. Je m'explique: Kael a toujours le même air un peu faux et cache très bien et très souvent ce qu'il pense réellement. Robin me fait la gueule. Je n'ai aucune difficulté à voir que je dérange. Il ne fait pas semblant que ma présence le réjoui. Je me doute bien que si je réussi à le faire sortir un peu de son amertume, ce sera réel et non pour me faire croire que je suis intéressant. Peu importe.

La réelle raison... Je veux simplement profiter de la vie avant qu'il soit trop tard. Tout ce que j'ai dit plus haut est vrai. Mais au fond, tout ça finit par m'importer si peu. Comment ce genre de chose peu réellement avoir une portée quand la seule chose qui est réelle est la mort? Elle a de l'importance au moment présent, mais demain, je n'y penserai plus, car mes pensées seront tournées ailleurs, si loin dans un futur atrocement proche. Cette soirée, je ne risque plus d'y penser une fois que je serai étendu dans mon lit, car elle n'aura aucune répercussion réelle sur ma vie. Demain matin je vais me lever et la première chose à laquelle je vais penser n'est certainement pas ce qui s'est passé aujourd'hui. Je ne sais pas si je suis clair. I'm not sure if what i'm saying is weird... I just... I just want to... I don't know, I want nothing, I want f*cking nothing. Peace, give me peace for Christ sakes. If I have to die, I want to die in peace not in fear like a... like a pussy.* Bref. Je profite de la vie au jour le jour autant que je le peux en évitant de penser à demain. Alors ce soir je ferme les yeux pour une fois sur le vide de demain et j'essaye d'en profiter, qui sait ce qui va arriver ce soir? On ne peut le savoir si on n'essaye pas un peu.
 

Immanuel le regarda du coin le l'oeil un moment de son regard blasé avant de sourire. 

-Moi non plus, j'ai attendu trop longtemps, fit-il en tournant son visage vers le sien un court instant. 

Les allures enfantines du jeune homme le déstabilisaient. Il avait beau être majeur, il était impossible de dire son âge réel. À le regarder, il se doutait tout de même qu'il devait être un peu plus jeune que lui. Jamais Immanuel n'avait fréquenté quelqu'un de plus âgée. Non pas parce qu'il préférait les hommes plus jeunes, mais simplement parce que ça n'adonnait jamais. Il posa son coude sur la table et appuya sa joue contre son poing en observant la scène où les techniciens prenaient le temps de tout mettre en place. Bien que l'ambiance entre eux semblait incommodante et gênante, Immanuel n'était pas mal à l'aise. Il ne se sentait pas le besoin de converser durant des heures, juste être là en face du jeune homme le contentait amplement. 

Il prit un moment avant de baisser les yeux sur les verres posés en face de lui; il les avait presque oublié. Immanuel leva ses yeux fatigués en permanence sur Robin et un mince sourire, que l'on croirait, amusé étira ses lèvres pâles. 

-Non. Et toi?
Il prit l'un des verres et le porta à ses lèvres, il avait choisi un peu au hasard la boisson et fut surpris de son goût âpre et acidulé. Eh! il faut savoir ce surprendre des fois. Pas mauvais quand-même. 
 

TRAD:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Ven 18 Mar - 18:18

En attendant la réponse, qui prit son temps à venir, Robin se permit une autre gorgée de sa bière. En même temps, il se dit qu’il buvait de plus en plus ces derniers temps… et n’arrivait pas à réellement trouver cela mauvais. Mais il n’eut pas le loisir de s’y attarder davantage, car la voix de Manu le tira de ses pensées. À ses mots, Robin fronça les sourcils… deux verres et il n’attendait personne? Étrange bonhomme… En même temps, ce n’était pas une mauvaise idée, quand on voyait la masse informe de gens qui s’agglutinaient autour du comptoir.
Le jeune hacker s’était tourné vers le bar, comme l’air de chercher quelqu’un, mais il ne faisait qu’observer. Puis, se retournant vers la table, il soupira, se disant qu’il ferait peut-être mieux de commander un pichet complet la prochaine fois.

« Non. », répondit-il finalement, une petite moue au visage. Car, en fait, il aurait bien aimé être accompagné d’un-e ami-e, mais personne au Squat n’était disponible… et il avait été trop peasoup pour confronter la vampire aveugle qui occupait un peu trop ses pensées à son goût.

Sur la scène, les techniciens s’activaient à faire les branchements et les tests de son de dernière minute. Plus jeune, Robin s’était toujours demandé pourquoi ces types ne faisaient pas ces tests avant que la salle ne soit remplie de monde. Maintenant, plus instruit sur le sujet de la musique et de leurs ondes, il comprenait qu’une salle vide n’avait pas du tout la même acoustique. N’empêche, tout cela devenait particulièrement cacophonique à ses oreilles et il lui était difficile d’en faire abstraction. S’il avait fumé, il serait sorti en griller une. Là, maintenant. Au lieu de cela, il termina sa bière d’un trait et se leva sans un mot. Puis, il s’arrêta et regarda Manu. C’était la première fois qu’il le voyait de cet angle et cela lui plaisait. C’était rare, pour les gens de sa grandeur. Il profita de cet instant savoureux, un sourire en coin se dessinant sur ses lèvres, puis il dit :

« J’vais me chercher un pichet de noire. T’en veux? »

Quand il eut la réponse, il hocha la tête sans mot dire, puis se fraya un chemin jusqu’au bar. Sa petitesse avait au moins l’avantage de lui permettre de se glisser partout. Ainsi, il réussit même à devancer quelques personnes pour commander. La même scène qu’au début se produisit : ce n’était pas la même personne. Un peu exaspéré, Robin ressortit toutes ses cartes, puis, quand il vit le barman à qui il avait parlé au début, il le pointa, intimant sa collègue de lui demander confirmation.

« Oui, oui, sers-le. », fit l’employé, définitivement désireux de s’éloigner. Celle qui servait Robin eut encore un regard suspicieux, lui rendit ses cartes et lui demanda ce qu’il voulait. Puis, elle le servit et lui demanda combien de verres il nécessitait. Quand le jeune homme répondit « Aucun. », elle fut encore plus intriguée et il sentit le besoin d’expliquer qu’ils en avaient déjà. Cette réponse contenta la serveuse, qui le fit payer, puis passa rapidement à un autre client.

Maintenant les mains chargées, Robin se faufila plus difficilement entre les gens, qui ne semblaient pas avoir conscience de sa présence. Tout le monde sentait l’alcool, la fumée et parfois autre chose de moins légal. Toutes ces odeurs mêlées, jointes au brouhaha ambiant, donnaient envie à Robin de filer au plus vite, mais il se retint. Le show commencerait bientôt et il était presque rendu à sa table. Une fois arrivé, il déposa son butin et se laissa tomber sur son siège, avant de remarquer que son verre n’était plus là. Plus loin, il voyait un busboy, un cabaret plein de verres vides à la main.

N’en pouvant plus, le jeune homme lança un petit cri d’exaspération, les mains crispées autour de sa tête, puis soupira, pour faire descendre sa pression. Il posa ses yeux sur les verres de Manu et les pointa de son menton. L’air las et les sourcils froncés, il lui demanda : «  J’vais pouvoir t’en prendre un? » Il parlait fort, pour enterrer la musique que crachaient les hauts-parleurs. Le test de son était fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Mer 6 Avr - 0:10

[Désolée pour la longue pause, j'ai eu beaucoup d'ouvrage au travail -_-'] 

Immanuel regarda le jeune homme se lever et se tendit un peu en serrant les doigts de sa main droite, levant ses yeux d'oiseau de proie sur lui. Son sourire le désarçonna un moment et il resta interdit un moment avant d'inspirer un coup et de sourire à son tour avec nonchalance. 

-Volontiers, fit-il par la suite en levant son visage vers Robin. 

Il le regarda s'éloigner et s'amusa de le voir se débattre dans la foule. 

J'aurais peut-être dû y aller. En même temps... il est capable de se débrouiller. Je n'ai pas besoin d'intervenir à chaque fois qu'un "Midget" se perds dans une foule... Quoique... Il va finir par se prendre un coude au visage. Je pourrais me lever à cet instant, bien sur, mais mon grand corps est si lourd, je me sens étrangement tendu et engourdi. Tout est contradictoire en ce moment, j'ai le désir de me lever et de partir, mais en même temps je ne voudrais pas manquer... une telle chance? Dur de dire comment tout ça va se terminer. Je ne me souviens pas la dernière fois que j'ai été si nerveux. Non je ne suis pas nerveux, simplement un peu désemparé. Difficile d'expliquer la réelle raison... J'imagine que c'est la fatigue, sûrement que mon sevrage n'aide en rien. Décidément il est la cause. Je devrais aller fumer, ça m'aiderait à me détendre... Mais si je pars et qu'il revient, quelle emmerde... Je vais attendre qu'il revienne au moins. Je me demande s'il fume par contre, ça ne serait pas polie de ne pas l'inviter, mais qui sait comment il va réagir face à ça? S'il est un espèce d'écolo-antidrogue-antisexanormal-antijesaispasquellebullshitpouremmerderlepeuple... Peu importe, je n'ai pas à me torturer et à me donner un mal de crâne avec des questions sans intérêts. Il revient, on boit, je vais fumer et l'invite, il vient ou non, et je peux enfin me détendre. Le tour est joué. Reste à voir comment la soirée va se terminer, je ne suis pas pressé pour autant... Je crois. 

Immanuel vit la foule se pousser et un large sourire amusé étira ses lèvres. Il n'avait pas besoin de voir ce qui se passait pour savoir que Robin revenait les bras chargés. Il le regarda s'approcher de la table et glissa une mèche de feu derrière son oreille sans perdre son sourire. Il l'observa lorsqu'il fut assis et perdit son sourire en suivant son regard exaspéré. Il avait été si pris dans ses pensées qu'il n'avait pas vu le serveur partir avec leur verre. La voix de Robin perça soudainement le bruit sourd et Immanuel se pencha au-dessus de la table en plissant le front.

-HEIN?! OH OUAIS... C'ÉTAIT POUR TOI EN FAIT. 

Il se recula au fond de sa chaise et avala de travers en poussant l'un des verres dans la direction du jeune homme. Un silence suivit le tout et plus personne ne dit un mot. Immanuel retint son souffle et se tourna vers la scène avec de grands yeux brillants, jubilant sur son siège comme lorsqu'il est devant son ordinateur. Il réalisa soudainement qu'il n'allait pas avoir la chance de sortir prendre l'air avant le show, il allait devoir attendre l'entracte. Ses doigts pianotaient avec impatience sur le rebord de la table étrangement collante et ses lèvres étaient entrouvertes devant l'attente interminable. Il se retourna vers Robin et lui offrit un sourire enjoué en tirant le pichet dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Ven 8 Avr - 22:17

[HJ : Pas de problème, t’inquiète! Ta réponse m’a particulièrement inspirée, mais sinon, j’ai pas vraiment le temps d’écrire de RP pour une semaine et demi… Même si je me connais, et je sais que je vais venir quand même. x)]

Pour moi? Robin n’y comprenait plus rien... Son exaspération laissa rapidement la place à un air fortement interrogateur et perplexe… Pourquoi ce grand gaillard serait-il venu s’asseoir avec lui… avec un verre de bière… pour lui? Non, dans sa tête d’asexuel qui n’était, de plus, qu’extrêmement rarement objet de convoitise, cela ne faisait absolument aucun sens… Il ne fit aucun geste quand Immanuel glissa le verre dans sa direction. Il le regarda même comme s’il s’agissait d’un être étrange venu d’Ailleurs et qui lui inspirait de la peur, car inconnu : il n’avait plus aucun repère. Comment devait-il réagir? Le silence était particulièrement pesant

Pendant qu’un merci timide – clairement inaudible – se faufilait entre ses dents, le violoniste entendit les notes qu’il avait écoutées l’après-midi même. Un sourire se dessina finalement sur ses lèvres, mais il n’en perdit pas pour autant son état d’incompréhension. Son esprit logique avait besoin de résoudre cette énigme de manière rationnelle. Puis, le sourire de Manu lui fit perdre le sien… Il devait dire quelque chose, merde!

« Merci… » Oui… c’était tout ce qu’il avait trouvé à dire, encore. Mais, cette fois, pour être sûr de se faire entendre et ne pas avoir à répéter de nouveau, il s’était penché vers son compagnon de table et avait un peu haussé le ton, le tout avec une espèce de sourire franchement maladroit et crispé. Puis, il s’était retourné vers la scène pour apprécier pleinement ce qu’il écoutait, tout en empoignant finalement son verre, sans boire tout de suite. Une seconde de doute s’était immiscée dans ses pensées vigilantes… Il avait déjà vu des pubs contre la « drogue du viol » disant de ne jamais boire le contenu d’un verre dont on ne connaît pas la provenance. Et il ne savait ce que contenait son verre… Toujours plus crispé, il déglutit difficilement, puis reposa le contenant sur la table. Heureusement, il avait pris ses pilules dans la journée, alors qu’il était encore en pleine forme, ce qui l’empêcha sûrement d’être trop paranoïaque. Ce type, c’était son voisin, ils se connaissaient à peine, mais quand même… Ce n’était pas non plus n’importe quel quidam louche. N’empêche… Il y avait bien une scientifique de l’UDPH de l’autre côté de sa rue. On n’est jamais trop prudent…

« C’est quoi, comme bière? », demanda-t-il simplement, se retenant d’y aller d’un franc : « Y’a quoi là-dedans? » et évitant au possible de montrer ses inquiétudes.

En parallèle, les musiciens n’y allaient pas de main morte sur leurs instruments et ce qui en sortait plaisait particulièrement aux oreilles mélomanes de Robin, mais il était plutôt agacé de ne pas avoir l’esprit tranquille… Il aurait voulu se concentrer exclusivement sur la musique. Au lieu de ça, il était aux prises avec d’incongrus problèmes sociaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Jeu 14 Avr - 1:00

[hahahaha Manu qui essayerait de le droguer, je m'y attendais pas]

Étrangement, malgré mon excitation à être à ce concert et la présence de Robin à mes côtés, après avoir tant hésité à lui parler, un petit coin sombre de ma tête ne pouvait s'empêcher de se morfondre. Au départ, je n'y avais pas tellement porté attention. Ce voile de déception et de colère me hantait depuis que j'étais sorti de chez moi, mais je préférais faire comme si de rien était. Et voilà, que soudainement, ce sentiment m'envahit d'un seul coup. Commence comme une petite tumeur et se termine en cancer généralisé qui ma happe en entier. Mon corps au complet était submergé par cette parcelle d'ombre. Mon corps s'était crispé d'un coup et mon regard avait dû se perdre dans les vapes. J'étais censé y aller avec Kael. Que s'est-il passé déjà pour que je me retrouve seul une fois encore? Le travail il disait. Mais il y avait autre chose je le sais je ne suis pas con. Je l'avais cru lorsqu'il me l'avait annoncé, mais je doute. De plus en plus. Je ne suis pas du genre à poser beaucoup de questions et Kael n'est pas du genre à s'expliquer sur ses agissements. Je passais du bon temps pour une fois et voilà qu'il fallait que je pense à lui à nouveau. Je ne m'en sortirais probablement jamais. Vraiment. I was doomed. J'étais condamné. Je devais le voir dans un jour ou deux et je ne savais pas vraiment comment me sentir. Est-ce que j'avais hâte ou je craignais de passer une soirée avec lui? Je ne cessais de me poser la question.

Immanuel glissa une main dans sa crinière et effleura le petit joint caché derrière son oreille, discrètement. J'avais vraiment besoin de fumer, lorsque je me referme sur moi-même de la sorte, le mieux était que je me change les idées. Mais je ne pouvais pas sortir. Le show commençait et je ne voulais pour rien au monde manquer une seule note. J'ai donc décidé de rester sagement assis et de me concentrer sur la musique... et Robin. Adorable, vraiment. Et il ne doit sûrement pas le savoir, il n'a pas l'air d'être le genre à se vanter ou se regarder dans le miroir le matin pour s'admirer. Je peux le faire pour lui sans problème. 
Un mince sourire étira ses lèvres et il se retourna vers lui lorsqu'il entendit sa voix de gamin.

 -Pas de quoi. Fit-il en le regardant avec un peu plus d'attention.

Il se retourna vers la scène et s'imprégna doucement de chaque note qui vibrait dans ses oreilles attentives. 

Tout mon corps était en extase et je finis même par me perdre dans ce monde où seul ce groupe pouvait m'y conduire. J'étais si absorbé par ce qui se passait devant moi que je finis par oublier la présence des gens autour de moi. C'était la première fois que je voyais ce groupe en Live et je n'aurais jamais cru qu'ils étaient aussi bons. J'étais délicieusement surpris de la qualité du son et de la musique. Ils semblaient être faits pour jouer sur scène c'était réellement grisant. J'étais si imprégné par le show que j'en oubliai tous mes problèmes, la réalité de ma vie et qui J'étais. Je n'avais plus besoin de tout ça. Ça m'était inutile. Je n'avais plus besoin de vivre. Je n'avais plus besoin de me sentir vivant ou d'avoir une identité. Je n'avais plus besoin de connaitre les gens. De les voir et le entendre. Leur présence m'était égale. Tout ce dont j'avais besoin était cette musique. Mon corps me semblait si futile et inutile. J'avais l'impression qu'il pesait une tonne. J'avais le sentiment que mon corps faisait simplement m'empêcher de vivre. D'être libre. Mon corps m'empêchait de faire entièrement parti de ce monde qui s'ouvrait devant mes yeux au rythme de la musique. Je peux sembler fou comme ça. Mais je me sentais réellement mourir. J'avais l'impression que la faucheuse jouait pour moi et tentait de m'amener avec elle dans ce paradis musical. Mais comme chaque fois que je me perds dans de tels élucubrations, quelque chose de simple et d'anodin m'a ramené les deux pieds sur terre et plus brusquement qu'à l'habitude. 

Immanuel sursauta et failli renverser son verre. L'air ahuri il se tourna vers Robin et le regarda comme s'il venait de dire la pire des conneries. Le géant prit quelque seconde pour se remettre de sa stupeur et ricana pour se détendre plus que pour rassurer Robin. 

-Heuu c'est de la rousse. Rien de bien méchant. Ma préféré, je savais pas ce qui te plaisais, alors... Si tu la veux pas c'est correcte, je vais la boire. 

Un large sourire moqueur étira ses lèvres et il replaça une mèche rouge derrière son oreille tout en observant la scène du coin de l'oeil.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Sam 16 Avr - 16:10

[HJ : Mon p’tit Robin est un peu parano sur les bords, ‘faut l’pardonner. Razz]

Manu avait sursauté… peut-être Robin n’avait-il pas pris un ton suffisamment naturel et détaché? Ses traits tirés devaient avoir influencé le timbre de sa voix… qu’importe. Voilà le rouquin qui ricanait maintenant… Les sourcils froncés, le hacker clandestin se demanda ce que cela signifiait; était-ce un rire nerveux?

« Si tu la veux pas, c’est correct, je vais la boire. »

Ce fut au tour de Robin de rire nerveusement en secouant la tête. Non, vraiment, il était trop impliqué dans ses histoires antigouvernementales… Il fallait qu’il sorte un peu de sa bulle, qu’il fasse confiance aux gens. Là, il assistait à un spectacle et prenait un verre tranquillement avec son voisin. Point… enfin.

« Non, non, ça va. J’voulais juste savoir : j’suis quand même difficile, niveau alcool. Mais une rousse, c’est amplement dans mes goûts. », en offrant un grand sourire, qui se voulait le plus franc possible, au grand rouquin.

Dans un coin de sa tête, il se dit quand même, que s’il se passait des trucs louches ce soir, il en saurait la provenance, puis il empoigna fermement le verre, comme pour se convaincre du contraire, et en prit finalement une grande gorgée… *Ah ouais, pas mal du tout!* Ses sourcils se levèrent de stupéfaction face à la saveur qui se répandait sur ses papilles. Pour une rousse, elle avait du mordant!

« Wow… Bon choix! », lâcha-t-il, avec un sourire en coin, tout en levant son verre vers son compagnon de table.

Au même moment, les musiciens entamèrent en cœur un subtil crescendo, ponctué de notes violentes. Robin ne put s’empêcher de se retourner vers la scène. Après avoir pris une nouvelle lampée de son breuvage, il ferma les yeux et se laissa envoûter. Malgré qu’il ait écouté cette composition des centaines de fois, le groupe arrivait encore à le surprendre. Ils utilisaient même des objets usuels pour en faire sortir des sons incroyables, paraissant être distordus. Plus le morceau avançait, plus les instruments – et autres objets utilisés comme tels – semblaient suinter de larmoiements… jusqu’à l’éclatement final. Un concert de bruits éclectiques, simulant une explosion, la fin de la tension tenue au moins cinq minutes de temps. Comme un soulagement, le silence suivit, puis les applaudissements et les cris de joies s’élevèrent. Des gens se levèrent de leur chaise. Robin, désarçonné, sortit difficilement de son espèce de transe. Il avait complètement oublié où il se trouvait, ses inquiétudes et questionnements concernant Manu, sa bière et les spotlights, lesquels l’aveuglèrent presque quand il rouvrit finalement les yeux en les clignant à plusieurs reprises.

Il se tourna vers son voisin avec une expression de plénitude au visage. Ce groupe… mais ce groupe! Complètement sans mot, il ne fit que sourire jusqu’aux oreilles, tout en applaudissement, puis il se joint aux éloges collectives et lança un cri à son tour. Le spectacle ne faisait que commencer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Dim 17 Avr - 17:33

Je me suis senti soulagé lorsqu'il prit enfin la bière et y goûta. J'avais craint une certaine réticence, je sais que l'on ne se connaissait pas beaucoup, mais je tenais tout de même à partager un verre avec lui. Et lui offrir m'avait pris tout le courage du monde. J'exagère un peu, mais ce n'était pas dans mes habitudes d'aborder les gens en premier et encore moins de leur offrir à boire. Alors j'étais plutôt réjouit qu'il accepte et apprécie la bière. Je ne sais pas comment expliquer ce qui s'est passé par la suite au moment où la chanson s'est mise à jouer. Je me suis retourné vers lui qui observait la scène avec de grands yeux brillants et mon coeur s'est emballé. J'ai dû me mordre la langue pour éviter de le regarder comme un prédateur. C'est seulement lorsque je me rendis compte qu'il venait de fermer les yeux que j'ai osé un oeil vers lui à nouveau. Cette chanson... elle était l'une des mes favorites et je savais qu'à partir de ce soir je ne pourrais que l'associée à Robin. Elle allait atrocement bien avec son visage blême et son air fragile. Il dégageait quelque chose de si fort. Il avait l'air si tranquille en ce moment, mais je voyais que ce n'était pas comme ça à l'intérieur de lui, quelque chose semblait l'agiter en permanence. Un peu comme moi. Et ça m'attirait. Je ne pouvais détourner le regard, je sentais le besoin de détailler chaque parcelle de son visage pâle entouré de mèches grises qui prenaient les reflets des projecteurs. Même détendu et s'imprégnant de la musique, il avait l'air triste. C'était étrangement fascinant et beau à voir. J'ai l'air d'un vrai psychopathe si on regarde ça d'un certain point de vu, mais il me ressemblait tellement tout en étant si différent que j'étais complètement captivé par son visage angélique. J'ai dû, évidemment, détourner les yeux une fois la chanson terminée. L'agitation de la foule m'avait extirpé de ce que je qualifierait d’envoûtement. Simplement pour rendre le tout un peu... "magique". Peu importe.  

Immanuel se leva à son tour, dépassant toute la foule d'une bonne tête et un large sourire étira ses lèvres. Je savais que je ne regretterais pas d'être venu... Il se tourna vers Robin quand il senti le regard de ce dernier sur lui. Un frisson parcouru sa peau quand il accrocha son regard. Le sourire franc et heureux de Robin lui donnait l'air d'un enfant. Immanuel perdit son sourire et figea un moment, pantois. 

Ah non... Jamais je n'aurais cru qu'un sourire pouvait rendre quelqu'un si... si... beau n'est pas le terme exact, j'irais peut-être plus avec attirant, mais ce n'est pas tout à fait ça non plus. Mais ce que je tente de dire... Son sourire m'a tellement stupéfait que j'avais déjà oublié le groupe et que j'ai eu peine à m'asseoir lorsque la seconde chanson commença, j'ai eu beaucoup de mal à détourner les yeux et effacer mon air ahuri de mon visage. J'espère qu'il n'a rien remarqué... 

Il bu d'un trait son verre et le remplit à nouveau en se pinçant les lèvres et évitant de poser un regard rempli de sous-entendus et de désir en direction de Robin. Une fois le deuxième verre terminé il osa lever les yeux sur son voisin de table et un sourire étira ses lèvres. La deuxième chanson était beaucoup plus agitée que la première et le batteur se donnait corps et âme, fascinant Manu qui jouait depuis qu'il était jeune.

-Je joue de la batterie depuis longtemps, mais je n'ai jamais réussi à faire ce qu'il fait... avoua-t-il en regardant le batteur avec envie et stupéfaction. 

J'ai eu beau essayer, jamais je n'ai atteint un tel niveau de perfection. Je ne suis pas quelqu'un de jaloux, bon nous le sommes tous un peu, mais je suis plus jaloux du talent des autres. Surtout en musique. En couple je ne suis pas vraiment jaloux, inquiet et anxieux peut-être, mais pas jaloux. Mais pour la musique. J'envie ce batteur depuis que j'ai découvert ce groupe, vraiment, après les avoir découvert je pratiquais jouer et nuit pour réussir au moins à me rapprocher de ce qu'il fait, mais je n'y arrive pas, pas encore. La guitare est peut-être plus mon truc. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Mar 19 Avr - 18:02

Robin n’eut jamais conscience du malaise qu’il faisait sentir à son acolyte de table, encore moins qu’il lui faisait de l’effet. Il était beaucoup trop euphorique pour remarquer ce genre de chose, beaucoup trop concentré sur le band pour s’attarder aux mimiques des gens autour.  Il avait finalement laissé tomber cette histoire d’alcool et de drogue du viol. Néanmoins, il posa un léger regard interrogateur sur Manu quand celui-ci resta debout, alors que presque tout le monde était assis et écoutait les premières notes de Midnight Sun. Pour Robin, l’air ahuri du géant était dû à la justesse et la force des musiciens… et il pouvait définitivement le comprendre! Alors, quand il remarqua être regardé, il lui fit simplement un sourire en coin, complice. Puis, il empoigna son verre et se mit à boire lui aussi… mais définitivement moins vite. Il fut d’ailleurs surpris de la descendante de son voisin. Il fallait dire qu’il pouvait sûrement en prendre plus que lui, mais quand même… Robin finit son verre quand Immanuel terminait également son deuxième.

Habituellement, cette chanson ne durait que 2-3 minutes, et elle aurait ainsi dû être arrivée à échéance, mais ces virtuoses s’étaient lancés dans un jam, l’étirant comme si elle n’aurait jamais de fin. Le batteur était le centre de l’attention, mais Robin préférait se concentrer sur la bassiste et les violonistes – un homme et une femme. La batterie était une merveilleuse percussion, oui, mais le violoniste qu’il était était davantage attiré par les instruments à corde. Comme un écho à cette pensée, le grand rouquin y alla d’une révélation sur ses aptitudes en batterie.

« Ah ouais? On pourrait jammer, un d’ces quatre! Ça m’fera changement de mon violon sur écouteur! », s’exclama le violoniste, près de l’oreille du batteur, puis il but une grosse gorgée de son troisième verre de bière. S’il continuait ainsi, il serait vraiment saoul en sortant du bar.

« Mais… elle est où, cette batterie? Sûrement pas dans ton appart’… non? » *À moins qu’il ait un drum électrique et qu’il puisse le brancher sur écouteurs, comme moi…*

En face d’eux, les membres du groupe bougeaient d’un bord à l’autre de la scène, échangeant leurs instruments entre deux riffs. Estomaqué, Robin ne put détacher ses yeux de la scène… Décidément, ils étaient complètement timbrés… mais il adorait ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Ven 22 Avr - 0:02

Je ne m'embarquerai pas, ici, dans une longue pensée interminable et philosophique sur ma vie et ce qu'elle me livre jours après jours sans que j'en demande d'avantage. Simplement. Je suis heureux. Sa proposition est venue me chercher, vraiment. Je n'avais pas l'occasion de jouer souvent avec quelqu'un, j'avais quelques connaissances avec qui j'allais boire parfois et avec qui j'avais la chance de jouer de la musique, mais c'était rare et aucun d'eux ne m'intéressait. Oui, comme amis et musiciens, mais je parle d'un intérêt plus... personnel, intime et que je n'oserais avouer à haute voix, ni à lui [Robin], ni à Kael, ni réellement à moi-même. Je préférais cacher mes sentiments au fin fond de mon âme et tenter de les oublier surtout si je savais que tout ce que je voulais était impossible. Mais bon, je venais de dire que je n'allais pas me perdre dans des explications à ne plus finir. Donc. J'étais réellement heureux que Robin me propose de jammer. Tout d'abord, je mourrais d'envie de jouer de la musique avec quelqu'un d'autre et il prévoyait me revoir. Quoi demander de mieux? Mais je devais faire attention et être prudent, tout en restant le plus zen possible, il n'avait pas à savoir comment je me sentais face à lui, je ne voulais surtout pas le bousculer ou lui faire peur. 

Immanuel sourit en coin et hocha la tête doucement, satisfait. Il se tourna vers Robin et l'observa un moment. Il était vrai que le jeune homme avait un petit look de violoniste mélancolique. Immanuel prit son verre et le termina avant de le remplir pour la troisième fois. 

Ce devait être Mon quatrième ou cinquième verre déjà, je ne prenais jamais le temps de conter, mais je sentais l'alcool se répandre dans mon corps gigantesque, m'aider à me détendre, j'était jovial comme je ne l'avais jamais été, grisé par la bière et l'ambiance qu'il y avait dans le bar, tout y était, tout était là pour me rendre heureux et me faire oublier ma vie de malheur. Et, cerise sur le gâteau, Robin était là, assis devant moi, me parlait et m'invitait à jouer avec lui un des ces jours. J'étais, ironique, aux anges. Je sentais mon sourire fendre mon visage, je devais avoir l'air vraiment idiot, mais cette joie était incontrôlable et irritante, vraiment. J'étais agacé par ce sentiment envahissant et qui me rendait presque inconfortable puisque je ne savais vraiment ce que c'était ni comment le contrôler. 
Immanuel se pencha à son tour en ricanant. 

-Elle est chez mes parents malheureusement. Je n'ai plus de place à mon appart, les autres instruments prennent toute la place, émit-il d'une voix forte en gloussant.

Il prit un moment pour écouter le dernier solo de batterie avant la fin de la chanson et se tourna vers Robin à nouveau, un mince sourire, cette fois, sur son visage pâle, encadré par de longues mèches rouges. 

-Est-ce que tu joues d'un autre instrument? demanda-t-il avec curiosité, pas que je n'aime pas le violon, au contraire, mais par simple curiosité. 

Il ramena son verre à ses lèvres pour en boire quelque gorgée tout en ne quittant pas le jeune homme des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Sam 23 Avr - 18:23

Oui, Robin avait proposé, de but en blanc, à son voisin de jammer avec lui. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas joué avec quelqu’un d’autre et il espérait pouvoir ainsi retrouver ce qui le faisait tant vibrer dans la musique. C’était d’ailleurs un peu jalousement qu’il regardait le groupe s’amuser sur scène. En observant autour de lui, il se demanda s’il y avait d’autres personnes pensant la même chose, s’il y avait d’autres musiciens esseulés et envieux.

Pour Robin, l’alcool ne faisait qu’exacerber ses émotions du moment. Ainsi, puisqu’il était de bonne humeur, cette humeur paraissait à son meilleur plus il buvait. Influencé par la descendante de son voisin de table, il termina son troisième verre peu après que lui, son quatrième. Il serait définitivement saoul ce soir, se dit-il en s’en versant un autre. Il buvait de plus en plus ces derniers temps et cela n’était rien pour le rassurer quand il s’y attardait vraiment… ce qui était loin d’être le cas cette nuit. En entendant ricaner à sa droite, Robin se tourna vers Immanuel et pencha son oreille dans sa direction et ce qu’il lui dit piqua sa curiosité… Il avait donc tant d’instruments? Quoique… si son appartement était aussi petit que le sien, il n’en fallait pas beaucoup pour remplir l’espace.

N’osant poser la question, il reporta son attention sur la scène et écouta lui aussi le drum. Même si ce n’était pas particulièrement son domaine, il savait reconnaître là un talent inouï. Sous les tonnerres d’applaudissements, Manu lui adressa de nouveau la parole, forçant l’homme aux cheveux grisonnant à pencher encore la tête vers lui, si près qu’il pouvait même sentir son souffle.

« Oh… non. Je me suis concentré sur cet instrument depuis tout petit… ‘Remarque, je pourrais sûrement me débrouiller avec une guitare et une basse… un alto aussi, c’est clair. C’est à peu près la même chose, au fond. »

Il se tut quelques instants, laissant les spectateurs et spectatrices en liesse se rasseoir. Le guitariste du band prit alors le micro pour la première fois et adressa quelques mots au public, de sa voix ténébreuse et suave : « Salut, Bar de Minuit! J’espère que vous aimez votre soirée jusqu’à présent, car ça n’fait que commencer, aha! Et voici… Between Walls! »[/color], ce après quoi il nomma rapidement les musiciens alors que commençait déjà les premières notes de violon. Robin était aux anges! Décidément, ils avaient fait une excellence sélection!

« En même temps, les multi-instrumentistes m’ont toujours fasciné… enfin, les personnes jouant plusieurs instruments… pas forcément en même temps… même si c’est aussi fascinant quelqu’un qui joue plusieurs instruments en même temps… enfin, t’as compris? », lâcha-t-il en un souffle avant de rire un peu jaune. L’alcool lui montait au cerveau et il perdait un peu ses mots… ou en fait, non, il lui déliait la langue plus qu’autre chose. « En tout cas… et toi, tu joues quoi, comme instrument? Qu’est-ce qui prend tant de place chez toi? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Mer 27 Avr - 18:40

La musique, elle peignait les murs de ses notes enivrantes et me donnait envie de soupirer d'aise et de fermer les yeux pour en absorber chaque parcelle, chaque petite vibration. Mes yeux étaient lourds. C'était le signe évident que je commençais à être grisé par la bière. Mon cinquième verre n'attendit pas le quatrième. Je venais de terminer le pichet et mon humeur accroissait avec les effets de l'alcool. Je ne voulais pas terminer maintenant. Je n'ai pas besoin de l'alcool ou de n'importe quelle autre substance pour me sentir détendu et être bavard, mais ça pouvait toujours aider. Surtout lorsque la personne n'est pas pour me déplaire. Je ne pouvais déloger mon regard de son profil lorsqu'il se tournait vers la scène et lorsqu'il reposait ses yeux sur moi, je ne me sentais pas capable de regarder autre chose que ses yeux aux allures indescriptibles. Ils me fascinaient. Vraiment. Cette lueur un peu triste et sombre au fond de son regard qui faisait comprendre à celui qui voulait bien prendre le temps de scruter ce regard affligé, à quel point son passé ne pouvait pas être si jovial que ça. Peut-être même pire que moi? Bon, mon passé n'est pas si mal, vraiment, c'est plutôt... maintenant que tout se joue. Mais c'est un peu comme si ma rencontre avec Kael avait tout effacé ce que j'avais vécu avant et que maintenant il ne me restait que ce goût de fer au fond de la bouche. Bitter-sweet. Aigre-doux. Oui. Un peu étrange et indescriptible. La contrebande, la drogue, les sentiments contradictoires, le besoin de fuir, de ne pas regarder en arrière. J'avais le désir de fuir, mais rester et ne pas bouger en attendant que tout ce qui devait se passer se passe était une option qui n'était pas pour me déplaire malgré le ton un peu funèbre de la chose. Bref, je ne savais pas ce que je voulais. Je ne l'ai jamais vraiment su. Enfant, tout était si simple et facile. Jamais je n'avais de choix difficiles à faire ce n'était jamais un ou l'autre c'était les deux. Jamais noir ou blanc, souvent gris et doux comme un ciel nuageux. Et donc, en ce moment. Il m'était difficile de ne pas me sentir mal de flirter ainsi avec une personne qui, tout d'abord, ne devait pas avoir les mêmes goûts que moi et qui ne devait pas être intéressé du tout. J'étais subtile tout de même, mais pas assez pour qu'il ne se rende compte de rien, à moins de simplement ne pas y porter attention. Mais je ne voulais pas faire autre chose. Oui, je voulais aller me coucher. Mais j'étais ici, autant mieux en profiter. Surtout que je suis confus un peu, l'alcool n'est pas pour m'aider dans mes divagations. Je devais donc me contenter de passer une belle soirée avant d'aller me coucher, la tête bourdonnante, les murs qui tournent et le corps engourdi. 

Immanuel se retourna vers Robin et posa ses grands yeux sombres sur lui avant de sourire. En effet, la technique est à peu près semblable. Il hocha la tête et se pencha vers lui à son tour.

-C'est semblable oui, disons que l'archet en moins peut être déstabilisant au départ, mais on s'y fait vite, la manière de placer les doigts est la même. 

Il ricana et entreprit de terminer son verre avant de jeter un oeil au pichet vide. La voix de Robin le fit détourner les yeux qu'il posa sur lui, attentif. Un nouveau sourire étira ses lèvres pâles. Il ricana et hocha la tête.

-Oui je comprends, je dois avouer que quelqu'un qui joue plusieurs instruments en même temps est assez impressionnant, fit-il un large sourire moqueur sur les lèvres. 

Immanuel se redressa sur sa chaise avant de froncer les sourcils pensivement. Il se frotta le menton d'une main en levant les yeux vers le plafond.

-Hummm... J'ai un métallophone qui prend vraiment beaucoup de place dans mon salon... j'ai deux guitares accrochées au mur de ma chambre... j'ai des tambours, trois de différentes grosseurs au pied de mon lit. Il ferma les yeux un moment sans cesser de froncer les sourcils, un sourire étira ses lèvres. J'ai un violon dans mon salon sur le rebord de la fenêtre je crois... j'ai aussi un clavier dans mon salon et j'ai une basse accrochée au-dessus de mon lit! Les autres instruments sont chez mes parents. 

Un large sourire étira ses lèvres. Le temps de tout ranger mes instruments... ça m'a pris au moins une journée pour tout faire entrer et tout placer pour que ça prenne le moins de place possible dans mon appartement. Je dois avouer que certains instruments avaient à peine été touchés et servaient plus comme commode pour mon linge qui s’amoncelait partout dans mon salon et ma chambre. Ma guitare rouge était la seule que je touchais au moins une fois par jour. Un cadeau. Je l'aimais et l'aime encore vraiment beaucoup, elle est étrangement différente, ses sons sont purs et extatiques. Je ne sais pas vraiment comme l'expliquer, il faut l'écouter pour comprendre, c'est enivrant et exaltant. Peu importe. Le point est que j'adore la musique et cette guitare. Je pourrais même montrer un peu à Robin s'il veut... 

Immanuel se leva et agrippa le pichet.

-Je reviens, fit-il sans perdre son sourire. Il se tourna vers le bar et soupira. Souhaite-moi bonne chance.

Et il s'engouffra dans la foule en liesse, qui pour une des rare fois, ne s'écartait pas sur son chemin, malgré son imposante stature. Sa stature, et son style, c'est bien tout ce qu'il avait d'imposant. Il réussi tout de même à glisser son grand corps au travers de la foule agglutinée au milieu de la salle. Une fois son but atteint il commanda un autre pichet et la galère recommença et cette fois c'était bien pire avec les mains pleines. Il eut le bonheur de s'échapper une lampée de bière sur le torse. F*ck! Immanuel soupira et perdit son sourire rapidement, il avait beau être patient, il n'aimait pas être mouillé et collant, surtout qu'il aimait beaucoup ce chandail... Son chandail noir avec une tête de lion aux allures d'un dessin en encre de chine et aux couleurs pastelles. Il se dirigea vers la table en montrant les dents, une fois devant sa chaise il se laissa tomber tout en soupirant d'agacement.

-Bon ce n'était peut-être pas la meilleur idée du siècle, lâcha-t-il tout en frottant son chandail, un large sourire s'étirant à nouveau au milieu de son visage blanc. 

Il resta songeur un bon moment tout en remplissant leurs verres et se pencha vers Robin. 

-Si tu veux je te montrerai la guitare, c'est essentiellement la même chose, mais il y a quelques petites différences.  

Il se recula pour le regarder dans les yeux, son verre dans une main, l'autre pianotant distraitement sur la table. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Ven 29 Avr - 18:58

Immanuel ne laissa à peine le temps à Robin de se remettre de son étonnement qu’il se levait pour remplir le pichet vidé depuis peu. Déjà, le violoniste n’avait aucune idée de ce qu’était un métallophone; ensuite, il était complètement subjugué de savoir que tant d’instruments soient joués par une seule personne et qu’ils aient pu être placés dans un même appartement, lequel était immanquablement plus grand que le sien : il n’avait pas de salon, lui.

C’est en songeant à tout cela que Robin observa son voisin s’éloigner dans une foule qui refusait visiblement d’être dérangée… En même temps, il pouvait comprendre : cette chanson méritait d’être pleinement écoutée! Avec un sourire en coin de voir ce géant un peu mal pris, il finit par se retourner vers la scène pour apprécier le spectacle. Les violonistes se donnaient la réplique pendant que la basse et la batterie s’harmonisaient pour donner un effet planant. Entretemps, il termina son cinquième verre.

Immanuel finit par réapparaître à ses côtés et l’embaumeur n’eut d’autres choix que de se tourner vers lui pour constater l’ampleur des dégâts… et il ne put retenir un rire franc et un peu taquin : « Hahaha! En effet… Être petit a quand même ses avantages. ». Puis, il lui adressa un clin d’œil espiègle. Le sourire aux lèvres, il regarda leurs verres se faire remplir, prit le sien et écouta la proposition de son voisin.

« Eh, avec plaisir! », lui répondit-il, après quoi il leva son verre et dit : « À la musique! », alors que Between Walls s’achevait, toujours sous les cris des fans en délire.

[HJ : Pff. Ce rhume réduit décidément mes capacités d’écriture… J’me rattraperai au prochain, promis!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Mer 8 Juin - 0:28

[hahahha j'aime ton post t'inquiètes! et je te dois des excuses, j'ai été absente longtemps, mais ce n'était pas du tout prévu x.X Je vais me forcer promis!]

Je ne pourrais expliquer pourquoi je fus si heureux qu'il accepte ma proposition de lui montrer la guitare. J'imagine que... en fait je m'imagine bien des choses, mais savoir que j'allais me retrouver seul avec lui durant quelques heures me fit frissonner. Je ne pouvais m'empêcher de sourire, je devais avoir un air idiot, mais c'est le prix à payer lorsqu'on est heureux et sous les effets de l'alcool. Et je trouvais aussi qu'être petit devait avoir des avantages, je ne sais pas si être mignon en était un pour lui, mais pour moi... Il devait réellement m'arriver sous le torse. Je trouvais cela attirant en quelque sorte. Pour la première fois de ma vie je me sentais protecteur envers quelqu'un. Je savais que je n'étais plus celui qui était protéger, mais celui qui pouvait offrir du réconfort et de la sécurité à un autre. Bon, peut-être pas, comme je le disais déjà, je ne sais pas ce qu'il aime, s'il est attiré par les hommes ou non et si j'ai quelque chance de l'intéresser, mais le fait de me savoir supérieur et protecteur me plaisait et me donnait envie d'essayer... enfin. Non. L'alcool m'enlève vraiment toute inhibition, je devrais me calmer un peu. Laisser les choses se faire d'elles-même. Je ne devrais pas le brusquer, maintenant que j'ai réussi à l'approcher et lui parler, on prévoyait même de se revoir, je devais simplement être patient. 

Et son clin d'oeil. Je n'y avais pas vraiment porté attention, mais maintenant que j'y repense. Je ne pourrai plus m'enlever cette image de la tête, ça avait été si naturel, furtif et franc. J'ai beau dire que je me sens supérieur à lui, je sais bien que ce n'est pas vrai. Je ne suis pas celui qui charme, mais celui qui est charmé. Et depuis la première fois que je l'ai vu. Mais je ne m'en offenserai pas, je ne suis pas la personne qui a le plus de charme sur cette terre, alors pourquoi ne pas profité de celui des autres? 

Immanuel ricana et leva son verre.

-À la musique! fit-il à son tour.

Les musiciens s'inclinèrent et la salle se vida lentement, c'était l'entracte déjà. La soirée avait passé si vite. Immanuel soupira et un mince sourire étira ses lèvres. Il termina son verre puis se tourna vers Robin.

-Je ne regrette pas d'être venu... 


Il se leva lentement et étira son grand corps en soupirant d'aise. Ses oreilles bourdonnaient et sa tête tournait, il se sentait terriblement bien. Le rouquin pinça les lèvres et posa ses yeux sombres sur le jeune homme. 

-Je pense que je vais sortir un peu, il fait chaud ici. Il ricana et pencha la tête sur le côté. Tu m'accompagnes? 


Il passa ses mains dans son visage et tira ses cheveux vers l'arrière sans perdre son sourire béat. Lorsqu'il poussa la porte la nuit l'accueillit avec son habituelle douceur et il prit une grande inspiration en offrant son visage à la brise fraîche. Il prit son joint coincé derrière son oreille et le glissa entre ses lèvres avant de chercher son briquet qu'il croyait avoir laissé dans ses poches. For f*ck sake. J'attendais de sortir pour fumer depuis le début de la soirée. Il soupira en roulant les yeux au ciel. Une chance que la bière est bonne. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Jeu 9 Juin - 14:05

[HJ : No problemo, j’étais patiente! Wink]

Leurs verres tintèrent et, comme un coup de gong, sembla annoncer la fin de la première partie. La salle se vidait peu à peu pendant que Robin buvait les premières gorgées de cette nouvelle bière. Un peu déconcerté par cette pause arrivée trop vite, il observa les gens autour de lui, se demandant s’il souhaitait faire comme eux ou non. Autant il avait envie de sortir et prendre un peu d’air, autant il ne souhaitait pas particulièrement se joindre à la mêlée et au brouhaha. Finalement, son voisin de table prit la parole et se leva, ce qui attira l’attention de Robin. Avant même de poser ses yeux sur Manu, il remarqua le verre vide sur la table et ne put cacher sa surprise… son verre à lui n’était même pas à moitié vide! Sans penser une miette que sa consistance à lui ne lui permettait pas de boire autant que le grand rouquin, il entreprit de finir son verre. Ce fut chose faite quand Immanuel lui proposa de sortir.

« Avec plaisir. »

C’est seulement quand il se leva que le violoniste sentit pleinement tout l’alcool qu’il avait ingéré. Il dut se tenir subrepticement à sa chaise pour avoir un bon équilibre. Prenant une bonne respiration, il avait entamé un mouvement vers la sortie quand il vit le pichet sur la table. Il voulut demander à Manu s’ils ne feraient pas mieux de l’emporter avec eux, mais le géant était déjà trop avancé pour entendre quoi que ce soit. Finalement, le contenant fut laissé là où il était. Après tout, les gardes ne les laisseraient sans doute pas sortir avec de la boisson.

Quand il sortit, ce fut la brise qui l’accueillit… accompagnée d’un brouhaha immense. Tout le monde était agglutiné autour de la porte. Heureusement, son voisin dépassait tout le monde d’une bonne tête et il ne risquait donc pas de le perdre de vue. En le voyant apporter un joint à ses lèvres et chercher inutilement du feu dans ses poches, Robin fouilla dans sa propre poche et en sortit un briquet qu’il lui tendit, un peu par réflexe. Même s’il ne fumait plus vraiment lui-même, ce genre de situation arrivait si souvent au Squat que c’était devenu une habitude. Il transportait toujours un briquet, pour les autres. Pendant que Manu allumait le joint en question, Robin se leva sur la pointe des pieds, dans le but un peu dérisoire de lui chuchoter à l’oreille : « Dis… Ça t’dérange si on va plus loin… », mais, l’alcool aidant, il perdit un peu pied et dut se raccrocher au bras du grand rouquin, puis il observa furtivement autour de lui. « Y’a trop de monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Ven 10 Juin - 15:50

Il faudrait que quelqu'un m'explique un jour cette vilaine habitude que les gens ont d'essayer de parler par-dessus les autre. C'est agaçant à la fin, tout le monde cri et il faut croire que laisser les autres entendre nos rires est une priorité lorsqu'il y a foule. Je ne comprends pas. Je tente toujours d'être si discret lorsque je suis avec un large groupe que chaque mots criés par l'un et plus fort par l'autre me déconcertent. Je sursaute à chaque rire qui ressemble, selon moi, plus à un cri d'animal en rute et qui a besoin de se faire remarquer par tous. Mais c'est moi. Je me sais bien différent des autres, pas nécessairement en bien ni en mieux, mais tout de même différent. Et j'ai du mal à tolérer cet égoïsme qui est, malheureusement, bien humain. Pourquoi parler par-dessus tout le monde et en même temps? Pourquoi ne pas simplement écouter et discuter calmement? bon, l'alcool et le plaisir de la soirée y sont pour quelque chose et je ne peux pas en vouloir à des gens qui s'amusent et qui profitent pleinement de leur soirée, je ne suis pas si borné quand-même. Mais ils m'agacent. Je ne suis pas du genre agressif, je me considère même très passif, mais j'ai mes limites et plus je bois, plus la limite est courte. Et j'ai cru comprendre que je n'étais pas le seul à ne pas être à l'aise en présence d'autant de gens.

Immanuel regarda Robin avec surprise avant de sourire. Il alluma distraitement son joint tout en observant d'un oeil hagard les gens qui s'agglutinaient devant la porte d'entrée. Il prit une bonne bouffée qu'il souffla par son nez tout en soupirant d'aise. La morsure de la fumée lui donna des frissons grisants et il ne put retenir un petit sourire satisfait. Il avait parcouru la ville pour trouver cette sorte et il n'était pas déçu du détour et d'avoir dépensé autant pour une si petite quantité. 

Immanuel perçu un mouvement à sa droite, Robin tentait par quelque moyen de se rendre jusqu'à lui et il dû se pencher pour entendre ce qu'il avait à dire. Les gens parlaient fort et ses oreilles bourdonnaient, il avait du mal à saisir les paroles du jeune homme. Ses cheveux rouges tombaient sur ses épaules et le vent les balayaient devant son visage illuminé par le bonheur. Il allait demander à Robin de répéter lorsqu'il le sentit s'accrocher à lui. Par réflexe, il entoura son dos d'un bras et posa son autre main sur sa hanche. Sa tête était penchée vers lui et son visage assez près du sien pour qu'il comprenne ce qu'il lui dit. Immanuel parcouru l'endroit des yeux à son tour et hocha la tête.

-Je me disais la même chose, fit-il en souriant en coin. 

Les gens les entouraient ici et là et ne semblaient pas les voir. Le grand rouquin agrippa la main à Robin et se redressa lentement. Il se fraya un chemin dans la foule sans le lâcher et le tirait derrière-lui, le gardant le plus près possible, s'assurant de ne pas le perdre dans le groupe de joyeux lurons qui n'avaient certainement pas tous leurs têtes.

Une fois à l'écart il soupira et passa une main dans ses cheveux en levant les yeux vers le ciel sombre. Un sourire amusé étira ses lèvres et il regarda Robin un moment.

-Quelle épreuve... Si ça te dérange pas on va attendre qu'ils soient tous rentrer avant de retourner à l'intérieur. 

Il ricana avant de remarquer qu'il n'avait pas lâcher Robin. Immanuel pinça les lèvres et détourna les yeux pour cacher son malaise. Il eut tout de même du mal à lui lâcher la main et s'éloigner de lui.

Laissez-moi vous expliquer un peu... Ce qu'une personne comme moi peut ressentir à cet instant précis, durant ce moment, ce court laps de temps. Devant cet infime événement anodin, sans importance dans ma vie, mais qui a cette manière de m'affecter et de me bouleverser. Le tenir contre moi, son visage si près du mien et son regard intense... sa main dans la mienne, je n'avais pas pu me retenir, je ne pouvais me résoudre à simplement me frayer un chemin en me disant qu'il me suivrait. J'avais sentis le besoin de le protéger et de le garder près de moi, m'assurer qu'il était en sécurité. Il est si petit, je ne pouvais pas le laisser là. Je me sentais mal d'une certaine façon de le traiter de la sorte, il ne devait pas être bien plus jeune que moi. Mais j'ai déjà expliqué tout ça. Je ne me pense pas supérieur à lui, bien au contraire, s'il me demandait quoi que ce soit en ce moment, je me savais bien aucunement en mesure de le lui refuser. C'est probablement pour cela que je veux m'assurer qu'il est en sécurité. Je n'avais jamais eu ce rôle de protecteur avant ce soir. 

Mais ce n'est pas ce que je disais en fait. La proximité de son corps et son visage m'avaient fait l'effet d'un feu puissant qui coule dans mes veines et enflamme mon corps en entier. Sur le coup je ne l'avais pas remarqué, mais maintenant que j'avais le temps d'y penser, je réalisais à quel point ce petit moment était extatique et enivrant. J'avais encore l'impression de sentir son souffle contre ma peau et sa main logée dans la mienne. J'aurais bien aimé que cela dur un peu plus longtemps, juste un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robin S. Fury

avatar

Age : 24 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : employé aux pompes funèbres

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Dim 12 Juin - 19:59

Robin se laissa tirer à-travers la foule sans broncher, mais il avait quand même ressenti un certain malaise en sentant la main de Manu sur sa hanche. Il n’éprouvait peut-être aucun désir sexuel, il n’était pas non plus ignorant des mouvements qui y sont associés. Malgré qu’il essayait de se persuader que cette position n’avait été liée qu’à leur promiscuité et à son trébuchement, il n’arrivait pas vraiment à s’en convaincre. Et, plus il y pensait, plus il pouvait concevoir que Manu fasse partie de la communauté LGBT+.

La suite des événements semblait vouloir donner raison à ses soupçons : une fois qu’ils étaient arrivés en-dehors de cet attroupement, le grand roux ne lâcha pas pour autant la main de Robin. Ce dernier ne dit rien, trop sonné par ce qu’il croyait avoir découvert, mais il fixa ses yeux sur leurs mains jointes. La voix de Manu lui parvint difficilement, et si ses pensées n’avaient été ailleurs, il aurait vraisemblablement ricané à cette remarque : si ça le dérangeait! Mais, voilà, ses pensées étaient bien loin du spectacle et du bourdonnement des voix…

Le grand hacker en prit apparemment conscience, car il délia finalement ses doigts, l’air mal à l’aise, et s’éloigna de Robin… et cela n’était rien pour calmer ses craintes… Alors qu’il ne portait habituellement aucune attention à ce genre d’élément, les signes de malaise semblaient illuminés au néon. Il n’avait aucune idée sur l’attitude à adopter dans pareille situation… Il se tenait habituellement assez à l’écart pour ne pas attirer l’attention des gens autour… ou alors ces personnes se taisaient-elles et il n’en savait jamais rien, ou à peu près. Déjà, au Squat, on connaissait son asexualité, si bien que toute nouvelle personne en était informée, pour éviter des malentendus.

Mais, maintenant, face à une personne plus ou moins inconnue et qui ne lui avait aucunement dévoilé d’attirance, outre peut-être par quelques signes non-verbaux, que devait-il faire? Se couvrirait-il de ridicule en parlant soudainement de sa propre orientation sexuelle, créerait-il un malaise encore plus grand? Se trompait-il? Oui… il était quand même probable qu’il se trompe… non? Il pouffa finalement.

« T’inquiète, ça m’dérange pas… En même temps, j’dirais pas non à une salle vide à notre retour. », puis il se permit un sourire en échangeant un regard plein de non-dits avec son voisin. En effet, Robin avait sans doute été agoraphobe dans une autre vie… les foules lui donnaient habituellement des maux de tête et il désirait s’en éloigner au plus vite. Sauf dans quelques situations particulièrement, notamment dans les spectacles de musique, où il arrivait à se dire que c’était pour une bonne cause.

Puis, ses yeux se posèrent sur le joint. Il y avait si longtemps qu’il en avait fumé… Ça faisait, quoi?,  quatre ans? Peut-être un peu plus. Pourtant, l’odeur de la drogue lui titillait les narines et il se dit furtivement qu’il aimerait bien en prendre une bouffée, juste pour sentir encore cette sensation de légèreté… L’alcool rendait son cerveau spongieux et il aimait se sentir ainsi. Il avait l’impression de flotter un peu… juste un peu. Avec ses récentes craintes, il était retombé, et plutôt vivement. La mari lui paraissait à présent salutaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t311-robin-s-fury-rebelle-schizo-furieux-en-cours#4940
Immanuel Blackson

avatar

Age : 27 ans
Race : humain
Lieu d'habitation : centre-ville
Métier/Occupation : Pirate informatique pour l'UDPH

MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   Lun 24 Oct - 17:56

[HJ: Je suis enfin de retour! Mon dieu je suis tellement désolée de ne pas avoir donné de nouvelles!]

Cette pause interminable, ce moment de silence, d'attente. Ce moment qui me sembla durer indéfiniment. J'avais vu dans ses yeux, ce malaise, cette incompréhension, ce doute. Et son silence m'avait fait courber l'échine et me pesait maintenant. Son rire m'avait déconcerté certes, mais ne m'avait pas rassuré. Car je savais maintenant que chaque chose dite ou faite allait créer encore plus de doute, de soupçons. Que chaque fois que j'allais ouvrir la bouche, j'allais devoir me surveiller pour ne pas faire de double sens, que chaque fois que j'allais le toucher, même si c'était un accident, allait me procurer ce malaise inexplicable et indomptable et que j'allais craindre de le voir s'esquiver avec la peur que j'aille trop loin ou que... Et puis quoi encore? Si je devais m'inquiéter chaque fois que quelqu'un a des doutes, je ferais mieux de mourir maintenant... Je ne pourrais pas vivre ainsi, je cache trop de choses et les gens finissent toujours par se douter qu'il y a quelque chose... Toujours, car personne n'est totalement transparent n'est-ce pas? Même si c'est ce que je tente d'accomplir, même si je tente d'être le plus invisible possible, il y aura toujours des yeux pour se poser sur moi et toujours un regard pour pénétrer mon âme. Je ne peux pas m'échapper et de toute manière, je n'ai nulle part où aller.

Peu importe. Son rire m'avait certes déconcerté un peu, il était arrivé si tard après un moment de malaise, malgré que ça ne me rassura pas, je me suis calmé peu à peu, je devais profiter de cette soirée, et peu importe ce qu'il pouvait bien penser me concernant, il y avait peu de chance que je le recroise ou que je lui reparle, non? Je ne vois pas vraiment... Après ce moment, maintenant qu'il doutait, ça m'étonnerait qu'il veuille se retrouver seul avec moi de quelle manière que ce soit. Je ne voudrais pas lui faire peur non plus, alors je ne peux pas vraiment me montrer insistant et puis, ce n'est pas comme si je perdais quelques chose, puisqu'il ne s'est rien passé, non? Une belle soirée, un beau souvenir en bonne compagnie et puis c'est tout...


Immanuel sourit en coin tout en acquiesçant.

-Ça ferait ma soirée, émit-il en expirant, sans perdre son sourire.

Il sentit Robin s'éclipser à nouveau et se perdre dans ses pensées. Ils leur arrivaient souvent de s'éloigner ainsi et Immanuel s'amusa à le regarder ainsi, lui qui faisait cela si souvent, il savait maintenant de quoi il avait l'air lorsqu'il était complètement déconnecté du monde extérieur et ce que cela pouvait faire aux autres. Ou peut-être pas, car ce que cela lui faisait de voir Robin dans cet état de méditation, bon méditation est un grand mot, mais je trouve que c'est quelque chose qu'il lui sied bien lorsqu'il se perd dans ses pensées. Mais vraiment... ce que ça me fait de le voir ainsi, avec ses yeux toujours brillant et perdu dans un monde que lui seul connait et a accès. Je ne sais pas... ses traits se meuvent  de telle sorte qu'il me permet presque de savoir à quoi il pense, et c'est amusant de le voir s'exposer ainsi sans gêne, sans vraiment s'en rendre compte.

Robin se tourna vers lui et Immanuel ne put retenir un petit ricanement. Il prit une bouffé qu'il extirpa vers le ciel sombre avant de passer le joint à Robin, le regardant du coin de l'oeil, un sourire niait sur les lèvres. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas fumé quelque chose d'aussi fort. À l'habitude, la marie ne faisait que le calmer un peu, mais là, il se sentait comme sa première fois, c'était plus que grisant, plus que merveilleux. Sa bouche était pâteuse il sentait son corps se détendre, tellement qu'il se sentait léger, près à s'envoler. Il ne touchait plus le sol. Ses membres ne pesaient plus rien et il avait l'impression que tout le poids du monde qui pesait sur ses épaules disparaissait. Il était libérer de tous doutes, tous maux et tout stress.

Il se tourna vers Robin, ses yeux brillaient de béatitude. Il était dans un tel état de contentement. Il prit une grande inspiration et leva ses yeux vers le ciel, encore plus beau avec ses étoiles scintillantes et cette lune si blanche. Il entrouvrit les lèvres redécouvrant le ciel qu'il craignait tant habituellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eon Blue Apocalypse [PV Robin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eon Blue Apocalypse [PV Robin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» rapport de bataille apocalypse
» Codex Apocalypse
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Obscure Clarté :: Le Centre Ville :: Base de Loisirs-
Sauter vers: