AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Ven 13 Fév - 0:04

Cela faisait au moins trois semaines que Raphaëlle avait appris la nouvelle qui l'avait chambouler. Son patron était porté disparu, probablement mort. Elle avait refusé d'y croire. Elle avait revécu ce moment comme l'annonce de la mort de Archie. Au final, elle avait fait la seule chose qu'elle savait faire quand elle était triste, se refermer sur elle-même. Et encore une fois avec ses cobayes.

C'était toujours étrange la relation qu'elle avait avec eux. C'est un peu comme s'ils étaient ses seuls amis, les seuls à la voir aussi faible. Lorsqu'elle faisait des crises d'angoisse pendant la pleine lune, sa vampire veillait sur elle. D'ailleurs, c'était peut-être une raison qui faisait qu'elle était proche d'eux... Tous détestaient les loup-garou.

Elle avait pleuré pendant deux semaines. Personne ne pouvait rentrer dans cette partie des cellules. Une chance pour elle que son psy soit enfermé avec elle. Il lui avait aussi fallu beaucoup de temps pour la convaincre d'enfin sortir. De toute façon plus elle tardait, plus les risques de défoncer les barrages aussi. Et leur confond allait disparaître. Aucun autre scientifique n'allait venir avec du pop corn et des films naze a regardé, dont raffolait le banshee. Plus de pochette de sang humain prise à l'infirmerie pour la vampire, fini les algues rouges et les parties d'échec complexes. Certes, ils aiment bien raphi... mais il fallait avouer qu'ils étaient mieux ici qu'ailleurs. La contre-partie ? Prendre soin d'elle et l'aider dans son travail...

Depuis une semaine, elle était sorti de cette zone confinée. Elle n'avait plus vraiment goût à rien. Mais elle n'avait pas le droit d'en finir. Elle avait promis. Au final, elle était en colère contre Archie. Il lui avait promis de toujours être là pour la protéger, Daniel avait prit le relais à sa façon. Même si elle n'avait jamais vraiment eu de rapport cordiaux avec lui... elle l'adorait. Ce n'était pas comme avec son père, il n'y avait pas cette complicité forte entre eux, mais il la laissait faire ce qu'elle voulait aussi, tant qu'elle apportait des résultats. Elle n'avait eu aucun soucis pour qu'il devienne son patron c'était dans la continuité des choses. Mais accepter que Flosham devienne son boss... elle était pas sûr de le vouloir. Il allait se heurté a son insubordination continuellement. Espérons, que pour la rouquine, il sache faire preuve de patience.

Alors que Raphaëlle marchait dans les ruelles piétonnes pour se rendre à la bouche de métro la plus proche, elle leva les yeux au ciel. Elle avait oublié de regarder ses précieuses étoiles. La lune était loin d'être ronde. Elle poussa un soupir triste. Ah la beauté d'un ciel étoilé... rien ne pouvait surpasser ça. Elle avait étudié l'astronomie par passion. Elle n'en avait pas besoin au quotidien. Mais elle était fascinée par ça. Dire que la plupart des astres qui illuminaient le ciel avait déjà disparus au moment où elle pouvait enfin les admirer. Poétique et étonnant à la fois. Le froid hivernal avait déjà bien commencé. Il ne neigeait pas, mais la température avoisinée sûrement les deux ou trois degré.

Vêtue de sa capeline rouge-écarlate, elle n'avait pas trop froid. Ses talons raisonnaient sur les pavés de la ville. Elle ne se doutait pas une seule seconde qu'elle n'était toute seule dans la ruelle sombre...

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM


Dernière édition par Raphaëlle Focifère le Jeu 7 Mai - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Tyee Amarok

avatar

Race : Loup Garou
Lieu d'habitation : une cabane dans la forêt
Métier/Occupation : Médecin, Secrétaire général de l'OM

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Mer 18 Fév - 22:12

Un jour de congé en pleine semaine, cela ne pouvait arriver à tout le monde, seulement à ceux qui travaillait de jour comme de nuit, le samedi et le dimanche. Seulement, le commun des habitants de Ténébris était capable d'utiliser ce jour de congé pour se reposer, pour faire du sport, pour vivre en famille ou avec des amis ou alors pour faire du shopping. Tyee ne faisait pas partie de cette population. De jour comme de nuit, en semaine ou en week end, au travail ou en dehors de l'hôpital, il utilisait tout son temps pour une seule cause, celle de la liberté de sa meute et de sa propre vengeance. Si aujourd'hui, il n'était pas rentré au sein de la forêt, c'était pour la même raison.

Maintenant, Ty était en plein milieu de Ténébris, dans les ruelles sombres de la nuit tombante. Il suivait une ombre qui venait à peine de sortir d'une porte cachée, soit disant condamnée. Il avait tout de suite pensé que c'était une entrée cachée à l'arrière des bâtiments de l'UDPH. Mais, sans carte d'admission, il lui aurait été impossible de passer sans déclencher la moindre alarme, qui l'aurait amené directement dans la gueule du loup. Enfin, pour le coup, qui aurait emmené le loup directement dans la ligne de mire des soldats de l'organisation humaine la plus détestable qui soit.

Bref, le petit chaperon rouge était sortie il y a quelques minutes à peine. Il était temps. L'alpha avait attendu toute la journée dans un coin. Il l'avait suivi le matin-même depuis son appartement dans les quartiers miteux de la ville jusqu'à son travail. Depuis, elle n'avait pas bougé, elle y était restée cloîtrer toute la journée. A l'ombre, longeant les murs des bâtiments, il marcha dans ses pas à une centaine de mètre de distance. De loin, il l'observait, ses yeux ambrés luisant de détermination dans l'obscurité de la ruelle.

Tyee avait mis du temps à mettre en route les décisions qu'il avait prises du haut de l'immeuble de la commère de l'OM. Il avait véritablement trouvé le temps de les appliquer qu'après avoir appris la nouvelle de la disparition de Vasseur. Il pensait que toutes les informations qu'il pourrait récupérer sur cette peste étaient bonnes à prendre. Il ferait peut être une pierre deux coups en découvrant qui était le nouveau commandant de l'UDPH, s'il la jouait fine.

A un instant, le loup sentit une autre présence dans les parages. Il huma l'air, ne quittant pas l'humaine des yeux. D'autres bêtes s'approchaient sur leur droite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t79-tyee-amarok
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Sam 21 Fév - 11:59

Raphaëlle regardait toujours les étoiles avec admiration. Elle reconnaissait les astres et les constellations. Elle s'était arrêtée pour ne pas se prendre un obstacle pendant qu'elle n'aurait sûrement pas manqué, vu sa grande maladresse. Un bruit de poubelle la fit sursauter. Elle se retourna le coeur battant. Un petit animal miaula. Rassurée, elle éclata de rire se penchant pour le caresser. Tout sauvage qu'était le félin, il se jeta à ses pieds en ronronnant, pendant qu'elle parcourait avec douceur son pelage rugueux. Le gros matou avait tout du chat de gouttière. Borgne, avec des cicatrices. Il devait se battre souvent et fuir les humains. Mais elle était différente, elle était capable d'approcher les bêtes les plus sauvages et de les faire se plier à sa volonté. Elle ignorait même qu'elle avait fait cela avec un grand méchant loup...

Soudain, le pelage du félidé se redressa, il bondit sur ses pattes en feulant avant de détaller tel un lapin coursé par un chien de chasse... CHIENS ! Quand la scientifique leva les yeux, deux gros molosses sombres, en face d'elle, grognaient. Terrorisée, elle ne put réagir tout de suite. Elle se surprit à chercher Vasseur du regard pour qu'il la protège. Mais elle était horriblement seule dans cette ruelle déserte. Et lui horriblement (soit disant) mort. S'il avait été là, comme son père avant lui, peut-être aurait il débarqué de nul par pour la sauvée... Et Jonas alors ? Il lui avait dit que jamais il la laisserait. Mais non, il était partit tôt ce soir, il avait, sans aucune difficulté, réussit à séduire la nouvelle comptable, une grande brune à la peau mate. Il était sûrement occupé à s'amuser... Elle devait se rendre à l'évidence, il n'y avait personne pour elle, encore une fois !

Toute tremblante, comme si la température avait chuté de vingt degré, elle se redressa lentement. Ne pas faire de geste brusque. Elle serrait les dents tellement fort, qu'elle avait mal à la mâchoire. Elle ne devait pas hurler, sinon ils la mangeraient. Elle voyait un peu flou. Un important flot de larmes coulait de ses yeux bleus. Elle déglutit, se tourna, et partit en courent. Elle courait à en perdre haleine, ne regardant pas derrière elle. Elle entendait les chiens aboyer derrière elle, grogner, mais surtout, qui la suivaient de très près.

Elle ne savait pas où elle allait. Comme si elle avait le diable au corps, elle s'enfuyait le plus loin possible. Elle tomba plusieurs fois, mais se relevait aussi tôt et repartait. La peur l'handicapait vraiment. Elle qui était si intelligente était incapable de réfléchir. Elle ne cherchait rien d'autre que de creuser la distance entre eux. Alors qu'elle montait sur un des petit ponton qui bordait le fleuve de la ville, elle glissa une première fois, gardant difficilement l'équilibre. Elle attrapa le garde fou pour se redresser. Mais celui-ci était vraiment très bah. Une barrière décorative, rien de plus. Enfin debout, elle se tourna vers les deux énormes cerbères ! Ne voyant qu'eux. Elle recula d'un pas... et tomba en arrière, se cognant les mollets contre la rambarde. Elle plongea vers l'arrière, la tête la première.

Un gros 'plouf' sonore annonça ce qu'il arrivait à la rouquine. Pas un seul cri ne sortit de sa bouche. Aucun. Quand elle rentra en contact avec l'eau glacée, elle ne réagissait plus. Elle ne savait pas nager, ses vêtements trop amples aurait de toute façon, entravé ses mouvements. Alors qu'elle coulait à pique, elle ne se débattait pas. Pourquoi faire de toute façon ? Elle n'allait pas se battre pour rester en vie, alors qu'elle n'en avait aucune envie. Alors que le fond l'attirait, ses poumons s'emplir d'eau. Enfin... elle ne sentait plus la peur, ni la douleur, ni d'angoisse... cette fois c'était fini...

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Tyee Amarok

avatar

Race : Loup Garou
Lieu d'habitation : une cabane dans la forêt
Métier/Occupation : Médecin, Secrétaire général de l'OM

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Mer 25 Fév - 21:43

Les événements qui suivirent s'enchaînèrent à une telle vitesse que Tyee n'eut pas le temps de vraiment comprendre ce qui se passa. D'abord, un félin entra sur la scène et se laissa caresser par la rouquine avec arrogance. Il n'aimait pas les chats. Ces animaux étaient en général dédaigneux, solitaire et ne vivait que par besoin. L'indien s'approcha alors dans la pénombre, projetant son aura de canidé vers l'animal qui le sentit et s'enfuit. Seulement, il n'était pas le seul animal qui se trouvait dans le coin. Deux chiens sortirent de derrière une poubelle en aboyant et s'arrêtèrent devant l'humaine. Ils se regardèrent dans le blanc des yeux, quoi, trois secondes tout au plus et Raphaëlle Focifère s'enfuit en hurlant.

Ty était vraiment surpris de sa réaction. Qu'avait-elle donc ? Avait-elle vu un fantôme dans la ruelle ou un monstre ? Mais, elle n'était donc pas du genre à s'enfuir devant les pires créatures de Ténébris, puisqu'elle se laissait mordre par un vampire nouveau né... L'avait-elle vu dans l'ombre ? Non, ce n'était absolument pas possible. N'empêche que pendant qu'il se posait toutes ses questions, elle était en train de courir loin et il ne devait absolument pas la perdre. Au moment où il s'élança à sa poursuite, les chiens, qui se trouvaient entre lui et la demoiselle en détresse, se mirent à courir aussi.

Les deux molosses n'en avaient que faire de la rousse. Ils avaient peur d'une bête plus grosse, plus puissante, plus dangereuse qu'eux... Ils avaient peur du loup garou, d'autant plus que le loup garou en question était un alpha. Donc, en gros, si Tyee courait à la poursuite de Raphaëlle, les chiens se sentaient menacés et fuyaient dans la même direction qu'elle. Le cercle course/poursuite n'avait visiblement pas de fin. Combien de temps aurait-il couru comme ça dans les ruelles sombres de Ténébris si la rousse n'était pas tombée dans l'eau, il ne le savait pas.

Attendez, Raphaëlle Focifère venait bien de plonger tête la première dans le fleuve, qui traversait la ville ? L'indien s'arrêta au bord du ponton dans une glissade. Les chiens continuèrent le chemin en aboyant avec force se sentant enfin libre de menace. Il ne leur prêta aucune attention et attendit scrutant l'eau de ses yeux ambrés. Mais, où était-elle ? Elle devait déjà être remontée à la surface à l'heure qu'il était. Allez Raphaëlle, nage ! Des passants commencèrent à se rassembler autour de la scène du crime, s'inquiétant également de sa disparition. Bon Dieu ! Elle ne remontait pas à la surface !

Alors qu'une bonne femme s'écriait qu'il fallait appeler les urgences, la police, l'UDPH, superman..., Tyee était une nouvelle fois confronter au même choix. Vie ou mort ? Il pourrait enfin se débarrasser de la peste. Si elle ne remontait pas à la surface de l'eau, c'est qu'elle se noyait... Fini les emmerdes, il pouvait même dire adieu à une scientifique au génie respectée par ses propres ennemis... Mais ! Il y avait toujours et encore ce même mais. Il poussa un long soupir de mécontentement. Il ne se comprenait vraiment plus.

Ty tourna alors le dos à l'eau et fit quelques pas. Il croisa le regard d'une jeune femme curieuse et inquiète et poussa un nouveau soupir désespéré. Puis, il prit sa décision. Rapidement, il enleva son veston à capuche noir et son tee shirt à manche longue et les jetèrent un peu plus loin sur le trottoir. Involontairement, ils tombèrent au pied d'une bande de gamine qui se sentirent pousser des ailes. Puis, il se retourna et prit son élan. Il plongea comme un pro dans l'eau froide et chercha sa naïade en détresse...

L'indien remonta plusieurs fois à la surface pour reprendre son souffle. Mais, au bout d'une ou deux minutes, il plongea plus profondément encore et finit par la trouver. Il l'attrapa sous les épaules et l'emmena avec lui vers la surface de l'eau et la terre ferme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t79-tyee-amarok
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Sam 28 Fév - 19:21

Raphaëlle ne s'était pas du temps tendu compte pendant sa course que les chiens ne la suivaient pas vraiment et qu'il fuyait une bête bien plus dangereuse qu'eux. Et même si elle l'avait su, cela n'aurait rien changé. Elle avait tellement peur de ses horribles canidés qu'elle perdait tout contact avec la réalité. La terreur la tétanisait complètement. Il lui avait fallu beaucoup de force et de courage pour arriver à fuir. Mais, elle avait si peur ! Elle pensait qu'ils allaient la manger. Se faire dévorer vivante devait être une chose horrible ! Elle réprouvait la chasse. Proie ou prédateur, elle avait réussi à sortir de ce cercle viseux. Mais pas pour ces monstres là. Elle serait et resterait une éternelle proie, traquée et poursuivit pas eux. Sauf si...

Dans le fond de la rivière, elle sentait l'eau remplir ses poumons et la brûler. Elle ne se débattait même pas. Oh, elle remuait un peu. Son organisme chercher à récupérer de l'air... mais pas elle. Plus son corps cherchait la survit, plus elle laissait la mort l'embrasser. Qu'elle était proche, enfin ! Une véritable délivrance. Quitter ce monde de peine, de douleur, de peur et d'injustice. Elle avait promis de ne pas partir d'elle-même... mais elle n'avait jamais juré qu'elle ferait tout pour rester en vie. Pourquoi rester dans un univers qui n'était pas fait pour elle ? Elle ne s'était jamais vraiment sentit à sa place. Comme une inconnue qui visite une société qui n'était pas la sienne. Complètement étrangère aux us et coutumes de cet univers.

Dans le fond de l'eau, elle était inanimée. Il fait froid, noire et elle avait perdue connaissance. Elle ne savait qu'au dessus d'elle, le terriblement sexy Docteur Amarok la cherchait du regard inquiet. Qu'il luttait encore une fois ses démons. Devait il enfin se débarrasser d'elle ? Ou non ? D'un côté il voulait qu'elle vive, de l'autre il méprisait l'humaine employée à l'UDPH qu'elle était. Choix cornélien qui se solda par un plongeon. Oh, elle aurait aimé voir ça... si elle avait été hors de l'eau. D'ailleurs s'il n'avait pas été aussi insupportable, elle lui aurait fait des avances ! Mais pour le moment... elle coulait.

La rouquine n'avait plus conscience de rien. Elle ne le voyait pas en train de se démener pour la chercher dans le fond. Elle ne le sentit pas quand il la trouva enfin, l'attrapant sous les épaules. Alors qu'il la tirait hors de l'eau, elle ne quittait pas l'état de léthargie dans lequel elle se trouvait. Ils rejoignirent enfin la terre ferme. Raphaëlle ne respirait plus, son coeur ne battait plus... La mort était entrain de s'emparer d'elle...

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Tyee Amarok

avatar

Race : Loup Garou
Lieu d'habitation : une cabane dans la forêt
Métier/Occupation : Médecin, Secrétaire général de l'OM

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Dim 1 Mar - 8:55

Le problème de nager dans un fleuve c'est le courant. En règle générale, seuls les très bons nageurs s'aventuraient dans l'eau froide du centre ville de Ténébris et arrivaient à le traverser sans se noyer ou sans finir leur course dans la mer. Tyee était certes un très, très bon nageur, comme la plupart des canidés d'ailleurs. Mais, nager avec un poids mort sur le dos était une autre histoire. Plusieurs fois, il se sentit attiré vers le fond à cause des caprices du fleuve. Plusieurs fois, il sentit Raphaëlle glisser et retourner la tête sous la surface. Plusieurs fois, il pesta dans l'eau buvant la tasse.

Alors qu'il arrivait progressivement sur le rivage, Ty n'entendit pas les hurlements horrifiés de la foule, ni les sirènes de la police qui arrivait au loin. Au niveau des quais, alors qu'il luttait pour trouver une prise pour se hisser à la surface, il sentit la fatigue le submerger et l'engourdissement du froid. Cependant, il remarqua alors les nombreuses mains tendues au dessus de lui et en attrapa une au passage. Il s'y accrocha avec les dernières forces qu'il lui restait. Les Ténébrissois le sortirent de l'eau, Raphaëlle aussi.

L'indien ne capta pas les hourras de la foule qui avait afflué autour d'eux. Il se coucha sur le dos en toussant et recrachant l'eau qu'il avait avalé malencontreusement. Il ferma les yeux. Bon sang ! Il avait fallu qu'il plonge. Il frissonna, il avait froid, trempé jusqu'aux os et à moitié nu. Seulement, quelqu'un s'écria que la rousse ne respirait plus, que son coeur ne battait plus. Sur le coup, Tyee avait presque eu envie de lui répondre que c'était presque normal pour quelqu'un qui venait de passer de longues minutes sous l'eau sans reprendre sa respiration. Il sourit mentalement à sa blague, mais ne comprit pas le véritable sens de l'affolement des gens.

Merde ! Elle ne respire plus.

Ty se leva avec précipitation et écarta la foule avec froideur. Il se mit à genou à côté d'elle et prit son pouls au niveau de sa main et se pencha en avant pour écouter sa respiration. Effectivement, elle ne vivait plus. Merde ! Que devait-il faire devant tous ces gens ? Merde ! Merde ! Il se sentait obligé de la sauver. Il devait la sauver. Il ne pouvait pas la laisser comme ça alors qu'il venait de la sortir de l'eau. Ca aurait paru suspect ! Il ne pouvait pas non plus en tant que médecin la laisser pour morte. Merde ! Merde ! Merde ! Il s'écria :


"Laissez moi faire ! Je suis médecin. Appelez l'hôpital et dites leur que le docteur Amarok a besoin d'une ambulance rapidement."

Tyee regarda une dernière fois le visage blanc sans vie de Raphaëlle Focifère et un millier de sentiment passèrent sur le sien, inquiet. Il attrapa sa capeline rouge et l'ouvrit. Puis, il agrippa les bords de son chemisier et l'arracha, dévoilant ainsi sa jolie poitrine, superbement taillée dans un magnifique soutien gorge, soit disant au passage. Mais pas que ça. Ty s'arrêta devant les cicatrices horribles qui marquaient son corps. Il savait quel monstre était capable d'une telle chose... Le comble dans tout ça c'est qu'il était en train de sauver la proie de l'un de ses frères...

Le médecin plaça ses mains sur la poitrine de Focifère et commença son massage cardiaque. Ce type de mouvement, il l'avait déjà répété de nombreuses fois. Il conta jusqu'à 30, le nombre de fois qu'il compressait son pauvre petit corps. Puis, il posa deux doigts sous son menton et deux autres sur son nez. Il hésita. Il ouvrit sa bouche et ferma les yeux. Alors que ses lèvres rentraient en contact avec ceux de la morte, il sentit un poids dans son estomac. C'était pas le moment de flancher, hein ! Il souffla. Deux fois. Puis, comme une délivrance, il s'éloigna et recommença à appuyer sur la poitrine de la rouquine, à la même vitesse que les pulsations affolantes de son propre coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t79-tyee-amarok
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Dim 1 Mar - 16:02

Raphaëlle dormait dans les bras de La Mort. Elle se refroidissait de plus en plus. Elle ne savait pas à quel point son insupportable médecin luttait pour la ramener avec lui sur la rive. Il aurait pu la laisser tomber et sauver sa propre peau. Mais au lieu de ça, il avait persisté. Il lui sauvait la vie... encore une fois. Ce sont les badauds qui les aidèrent à s'extirper du fleuve aux courants houleux. Très vite les gens constatèrent qu'elle était inanimée. Une personne s'écrit qu'elle ne respirait plus, que son cœur s'était arrêté.

Le docteur, à moitié noyé également, réagit assez vite malgré tout. Heureusement qu'elle était inconsciente, parce qu'elle était extrêmement pudique. Savoir qu'elle se retrouvait quasi nue devant une foule aussi dense !!! Son chemisier était en lambeau. Sa poitrine était à peine cachée dans son soutien-gorge en dentelle noire. Ses cicatrises étaient plus que visibles. Elle peinait tant à les dissimuler sous ses vêtements. Plusieurs curieux eurent un mouvent de recul en la découvrant. Fallait avouer qu'elle était assez grande. Elle la parcourait du sternum au nombril. Raphaëlle détestait quand ses amants et maîtresses réagissaient aussi face à ça. L'alcool l'aidait beaucoup à passer outre ce complexe que lui avait laissé un loup-garou en gage de souvenir.

Les mains du Docteur Amarok essayaient de relancer son coeur qui ne battait plus. Puis leurs deux bouches entrèrent en contact. Le but était bien sûr de la réanimer. Une femme dans l'assemblée émit un gloussement et murmura un commentaire du genre ''j'aimerais bien être à sa place moi...'' qui trouva vite l'approbation d'un groupe de femmes gloussant en disant qu'elles approuvaient. D'ailleurs, elle n'aurait pas été inconsciente, la poitrine à l'air à la vue et aux yeux de tous... la rouquine ne se serait pas plainte non plus... Mais pour le moment, elle avait un autre soucis... son coeur ne battait toujours pas !

Il recommença le massage cardiaque. Un peu trop fort peut être... Deux de ses côtes se fêlèrent et une autre se brisa. Il fallut plusieurs tentatives de réanimation et bouche à bouche. Il semblait qu'elle était très proche des limbes. Il s'en fallait de peut pour commencer l'acharnement thérapeutique. Mais contre toute attente, le cœur repartit enfin...

Raphaëlle, toujours allongée, expulsa l'eau de ses poumons d'un coup. Elle toussa un moment avant de pouvoir ouvrir les yeux, trempés. Elle ne savait pas où elle était, ce qu'elle faisait là ou même pourquoi elle était allongée sur le sol. Elle cligna plusieurs fois. La réalité s'imposa à elle avec violence. Les chiens, sa peur, ses angoisses... son interminable existence. Elle voyait un peu flou, elle était abasourdit par le bruit de la foule. Petit à petit le seul visage qui se dessinait était celui de l'homme qui venait de la sauver. Encore lui. Alors qu'elle était visiblement paniquée, elle le repoussa avec ses jambes.

« Vous en avez pas marre de me sauver la vie ! Laissez-moi mourir en paix, merde ! » dit elle avant de fondre en larme

Alors qu'elle passait une main sur sa poitrine, elle découvrit qu'elle était quasi nue dans une foule qui ne semblait pas manquer une miette du spectacle. Plus que jamais, elle voulait disparaître de cet univers qui n'était pas le sien, de ce monde ignoble. Humiliée, bafouée et terrorisée...

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Tyee Amarok

avatar

Race : Loup Garou
Lieu d'habitation : une cabane dans la forêt
Métier/Occupation : Médecin, Secrétaire général de l'OM

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Lun 2 Mar - 19:58

"Allez, docteur, revenez... C'est pas le moment de me lâcher ! Allez, docteur !"

Tyee l'embrassa une nouvelle fois pour insuffler de l'air dans ses poumons, puis recommença son massage. Il y allait plus doucement que lors de sa deuxième tentative parce qu'il avait senti les craquements dans le torse de la jeune femme. Il savait qu'il lui avait cassé une côte, et fait peut être plus de dégâts encore... Elle était vraiment en carton mâché cette rousse. Mais pourtant, plus le temps passait où elle ne respirait pas et plus il stressait. Il sentait l'adrénaline de la peur lui mordre le ventre et refroidir son propre coeur. Elle devait se réveiller, il le fallait.

Alors que le médecin allait encore oxygéner son corps par deux bouffées d'air, Raphaëlle Focifère se réveilla et cracha l'eau qu'elle avait dans les poumons. Il poussa un long soupir de soulagement, il lui maintînt les épaules pour éviter qu'elle ne se relève d'un coup. Elle ne devait pas déplacer ses côtes cassées. La foule autour de lui poussa des hourras et l'applaudit longuement. Mais, il ne s'en rendit pas compte. Il cherchait d'une main le pouls de la rousse sur son cou et le bleu de ses yeux de son regard ambré.

Ty les trouva, ses yeux. Il trouva ce ciel triste et perdu qui le calmait tant. Il laissa sa fascination l'imprégner et sentit à peine les jambes de la jeune femme le pousser. Cependant, il entendit son murmure. Il comprit son désarroi, son désespoir et son envie de suicide. Sa phrase s'inscrivit dans son cerveau comme une lame. Il fronça les sourcils alors que son coeur battait la chamade et son instinct lui dictait de s'occuper d'elle plus attentivement. Quand les larmes perlèrent sur ses joues, c'était comme s'il prenait une douche froide. Il frissonna. Il remarqua alors ses mains couvrant sa poitrine dénudée, mais aussi ses cicatrices et n'hésita pas une seule seconde.

Lentement, l'indien passa ses deux mains dans le dos de la rouquine, une derrière sa nuque, l'autre entre les deux omoplates, comme quand on veut tenir un bébé. Puis, il l'aida à se soulever sans effort, avec précaution, comme s'il s'agissait d'une poupée en porcelaine. Avec la même lenteur, il s'approcha d'elle un peu plus et la prit dans le creux de ses grands bras musclés. Sa poitrine et ses cicatrices étaient ainsi cachées derrière son torse et son visage posé dans son cou. Il posa sa tête sur le côté de la sienne et doucement, il commença à frictionner son dos. Ils étaient trempés et ils avaient froids, tous les deux.

Ses longs cheveux noirs collaient dans son dos et les deux petites plumes sur sa tête goûtaient. Tyee était pétrifié. Pas parce qu'il avait froid, non, non. Parce qu'il avait lui-même entamé le mouvement vers elle. Parce qu'il avait lui-même chercher le contact physique avec une humaine. Au fond de lui, il se sentait complètement perdu, mais seuls les battements irréguliers et rapides de son coeur traduisaient son affolement.

Tyee regarda les gens autour d'eux et son regard se fit dur. D'une voix froide et grave, avec toute l'autorité dont un alpha savait faire preuve, il leur ordonna :


"Ecartez-vous ! Laissez-nous de l'air. Il n'y a plus rien à voir. Allez !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t79-tyee-amarok
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Mar 3 Mar - 15:25

Alors qu'elle toussait pour extraire l'eau restante de ses poumons, Raphaëlle sentit une douleur vive et intense la parcourir. Elle ne rêvait pas, ne cauchemardait pas ! Si elle en avait encore douté, l'élancement violent dans sa poitrine la rappelait inlassablement à la réalité. Elle pensait encore aux monstres qui l'avaient poursuivi avant qu'elle ne tombe dans la rivière houleuse. La terreur qu'elle éprouvait se refit tout aussi instance. Mais, elle n'eut pas le temps de paniquer une nouvelle fois, qu'elle sentit les bras du Docteur Amarok se refermer sur elle. Malgré la douceur inhabituelle dont il faisait preuve, elle soufra à nouveau lorsqu'elle se redressa. Sa poitrine lui faisait atrocement mal !

Elle pleurait comme une enfant qui avait perdue ses parents. Des sanglots lourds et douloureux. Chaque fois que sa poitrine devait se soulever pour respirer, rependre de l'air afin de pleurer de plus belle, elle subissait un fort élancement dans sa poitrine. Elle grelottait, elle avait tellement froid. Elle ne se rendait même pas compte que le type sur lequel elle fantasmait depuis de longues semaines la serrait contre lui. Pour l'instant elle n'avait conscience de rien d'autre que sa souffrance à elle.

« Les chiens, les chiens... » sanglotait elle

Ils devaient peut-être attendre, tapis dans l'ombre, pour l'attaquer plus tard. Ils allaient la manger. Vivante. Elle paniquait presque. Mais doucement, en sentant les mains de l'indien lui frictionner le dos, elle commençait à se calmer. Si ses larmes ne tarissaient pas, ses sanglots étaient cependant moins fort. Elle commençait à se sentir en sécurité. Elle n'aurait pas su dire ce qui se passait, ou bien pourquoi cela se passait. Mais c'était un fait. Sa présence l'apaisait. Elle était quasi torse nu, contre lui. Sa poitrine était contre son buste. Même si aucun d'eux ne diffusaient de la chaleur, elle avait le sentiment de la ressentir.

Puis, il essaya de disperser la foule. Sa voix froide et tranchante tonna. Elle entendait au loin le bruit des sirènes. Elle était dans l'incapacité de dire si c'était pompier, ambulance ou police. Si ça avait été l'UDPH elle l'aurait tout de suite su en revanche. Petit à petit c'est comme si plus rien d'autre que lui et elle existaient. Elle commençait à faire abstraction de la foule et du bruit... Elle déplaça ses mains dans le bah du dos de Tyee, sans pour autant cesser de pleurer.

Elle tomba à nouveau dans un mutisme sourd. S'enfermant sur elle-même. Elle avait mal, peur, froid. Mais elle sentait un apaisement non négligeable. Comme prise de vertige. Malgré l'humidité, elle sentait l'odeur de l'indigène. Si boisée... Ses cheveux noirs collaient dans son dos. Elle ne voyait pas son visage, mais il ne devait pas afficher sur son faciès le mépris qu'il montrait toujours. Elle avait le sentiment qu'il était doux et délicat... Et dire qu'il y avait quelques heures à peine, elle aurait pu payer pour voir ça, là, elle agissait avec indifférence, recherchant uniquement le réconfort dans ses bras puissants...

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Tyee Amarok

avatar

Race : Loup Garou
Lieu d'habitation : une cabane dans la forêt
Métier/Occupation : Médecin, Secrétaire général de l'OM

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Ven 20 Mar - 17:44

Voyant que les passants ne se dispersaient pas sous le coup de la menace verbale, Tyee fronça les sourcils et lança des regards noirs pleins de colère et de rage. Son aura d'alpha s'accrut. Il avait horreur des inconnus, horreur des étrangers, horreur des humains. Cette vermine était pire que curieuse. Ils cherchaient sans arrêt à avoir le scoop du siècle pour illuminer leur quotidien sans couleurs. Ils s'étaient imposés une vie cadrée où la différence n'était pas acceptée. Ils avaient donc choisi ce gris monotone pour leur société soit disant parfaite, faite de technologie et d'égoïsme. Ce monde n'était pas le sien. Il avait envie de leur dire : regardez, regardez bien ce que ça vous apporte tout ça !! Une belle noyade !

Les plus proches spectateurs commencèrent à hésiter et reculèrent un peu. Satisfait, Ty reporta son attention vers sa perturbatrice qu'il tenait dans ses bras. Elle pleurait à chaudes larmes et il ne savait absolument pas quoi faire pour la calmer. Il n'avait jamais fait ça. Il n'était pas vraiment l'épaule sur laquelle les têtes venaient se poser naturellement. Il laissait ce rôle à Hea en règle générale. Mais là, pas de Hea. Que devait-il faire ? Il la caressait dans le dos, mais ce n'était visiblement pas suffisant. Embarrassé, il lui murmura la première chose qui lui passait dans la tête.


"Les chiens ne sont plus là. Il n'y a rien d'autres. Il n'y a que nous. Nous deux, Raph... Docteur Focifère."

L'indien fit une grimace. Il avait buté sur son nom. Il avait failli devenir familier avec elle... Attention, le terrain était glissant, il devait rester professionnel. Et pourtant, c'était par là qu'il devait commencer s'il voulait l'approcher non ? Et, en même temps, il se sentait si proche d'elle ! Était-ce parce qu'elle venait de passer ses mains dans le bas de son dos et qu'elle lui rendait son étreinte ? Il écarquilla des yeux alors qu'il venait de comprendre qu'elle l'enlaçait également. Il se pétrifia à son tour.

Pourtant, pour la première fois depuis le décès de sa mère, le loup se sentit apaisé. L'ouragan qui tournait en lui comme une furie se tut, enfin. Son âme fut en un instant calme et sereine. Il se prit à fermer les yeux et apprécier le moment à sa juste valeur. Il y avait enfin une lumière dans les ténèbres de son esprit et une main tendue à laquelle il pouvait se raccrocher. Il ne devait seulement pas la perdre.

Alors qu'une main se posait sur son épaule, Tyee retrouva la réalité. Il ouvrit les yeux et leva la tête vers le visage inquiet d'un ambulancier qui venait de lui demander :
"Docteur Amarok, tout va bien ?" Il acquiesça d'un signe de tête et évalua la situation. Comment transporter Raphaëlle vers l'ambulance en la cachant de la vue de tout le monde ? Sa voix grave et froide retentit :

"Il faut emmener le docteur Focifère de toute urgence à l'hôpital. Elle vient de se noyer. J'ai effectué un massage cardiaque et elle a repris connaissance. Seulement, je pense qu'elle a quelques côtes de casser. Il faudra donc que le transport se face sans encombre ! Pourriez-vous me ramener la civière ici ? On s'installera tous les deux dessus et je la maintiendrai droite pendant tout le voyage."

Les ambulanciers s'exécutèrent et s'empressèrent d'aller chercher la civière, sans faire aucunes objections.

"Tout ira bien, docteur. Je vais rester à vos côtés." Tout bas, sur le coup de l'instinct, la voix perdu au fin fond des méandres de la bête qui le hantait, il ajouta dans un murmure : "A jamais..."

A l'origine :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t79-tyee-amarok
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Dim 22 Mar - 18:42

Quand la voix grave de Tyee résonna dans son oreille, Raphaëlle soupira de soulagement. Plus de chien, c'était fini. Ils étaient partis. Pour la première fois en vingt ans, elle se sentit en sécurité. Étrange sentiment. C'est comme si tout était loin d'elle, qu'elle était spectatrice de sa vie. Avant, il est vrai que les Vasseur veillaient sur elle. Mais elle sentait que le danger rodait. Là... non. C'est comme si toutes ses angoisses avaient disparues au son des paroles du Docteur Amarok. Elle tremblait encore, mais cette fois-ci c'était le froid. Une bourrasque de vent souffla si fort que ses mèches humides virevoltaient. Ses sanglots s'étaient tus et ses larmes taris. Elle ferma les yeux quelques secondes.

Du fin fond de son mutisme, elle entendait ses paroles. Plus de chien. Plus rien. Plus qu'eux deux. Elle l'entendit buter sur son nom. Une partie d'elle lui aurait bien dit que ce n'était pas un problème. Qu'il pouvait bien se permettre d'être un peu plus familier, que cela lui était égal, qu'elle ne voyait aucun inconvénient à ce qu'il la nomme ainsi. Mais l'autre partie, elle n'avait pas envie de parler, d'émettre le moindre bruit. Elle n'avait pas envie de parler. Cela lui aurait demandé des efforts considérables qu'elle n'était pas capable de fournir. Elle était lasse, fatiguée, épuisée. Elle n'avait pas non plus envie de briser la magie du moment. Elle ne dit donc rien. Elle se contenta d'émettre un tout petit 'hum' très discret. Cela lui avait demandé plus qu'efforts qu'elle ne pensait. Pourtant, c'était aussi fort qu'un simple soupir. Elle restait immobile et silencieuse dans la sécurité que lui procurait cet homme.

Combien de temps se déroulait ? Si les gens étaient encore autour d'eux elle n'aurait pas su le dire. Mais elle sentait la réalité lui revenir droit dans sa troche comme un boomerang. Elle accusa le coup. Civière ? Hôpital ? Urgence ? Oh non ! Elle n'avait aucune envie de retourner là-bah. Alors que l'ambulancier obéissait sagement aux ordres du médecin, elle se crispa puis redressa la tête. Elle lança un regard de détresse à Tyee. Elle n'avait pas envie d'y aller. Elle voulait juste aller chez elle, dans son lit, avec ses chats et dormir tout son saoul et aussi pleurer encore. Elle avait tellement mal à la poitrine, c'est comme si son coeur était percé. Elle secoua la tête sans un mot. Non, elle n'avait pas envie d'y aller.

Il disait que tout irai bien. Mais à chaque fois qu'elle allait la-bah ça finissait mal. Elle se disputait avec lui et finissait complètement droguée à la benzodiazépine. Mais là, c'était différent. Elle savait aussi ce qui se passerait si ses parents débarquaient alors qu'elle était dans cet état. Ils allaient encore être insupportables ! Ils allaient aussi exiger qu'elle refasse en tour en psychiatrie, pensant qu'elle avait fait une tentative de suicide. Et même s'ils ne pensaient pas cela, le mutisme dans lequel elle s'enfermait, quand elle allait mal, allait les convaincre que ce serait mieux pour elle. Puis, elle entendit, comme un murmure prononcé inconsciemment. Elle se figea puis se redressa douloureusement. Elle avait mal partout. De ses yeux bleus, elle chercha le regard ambré du docteur. Elle ne dit rien mais son message était clair. Elle n'était pas étonnée, juste confiante et indéfectible. Elle hocha la tête.

Il n'avait pas intérêt à avoir mentit. Il n'avait pas intérêt à la laisser tomber. Elle acceptait de lui faire confiance... pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient. S'il lui arrivait quoi que ce soit, il se devait désormais d'être là ! Le dernier qui lui avait promis de veiller sur elle, était mort, la laissant seule dans ce monde doux-amer...

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Tyee Amarok

avatar

Race : Loup Garou
Lieu d'habitation : une cabane dans la forêt
Métier/Occupation : Médecin, Secrétaire général de l'OM

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Mar 31 Mar - 16:28

Tyee sentit la jeune femme se redresser contre lui. Il prit un tout petit peu de recul et croisa son regard bleu azur. Il y plongea d'un bond, comme elle avait plongé dans l'eau froide du fleuve. Il comprit sa détresse et son désarroi aussi facilement que si elle le lui avait dit. Mais, il ne pouvait en être autrement. Elle devait le suivre à l'hôpital. Son état physique en dépendait. Encore une fois, il n'avait pas le choix, il devait la forcer à le suivre et à lui faire confiance. Il s'attendit donc à une nouvelle crise de nerf. Comme elle avait l'habitude de le faire. Mais, Raphaëlle Focifère resta muette.

Ses grands yeux bleus laissaient transparaître le fond de son âme. Sa peur, sa méfiance, son inconstance. Il y avait ce quelque chose de fou dans cet océan qui le perturbait, le touchait personnellement. En fait, ils étaient pareil l'un comme l'autre. Ils avaient chacun leur propre démon à combattre au quotidien. D'instinct, il comprit qu'elle le laisserait faire, mais qu'en retour il devait la protéger. Inconsciemment, il était amplement d'accord avec ce contrat. Il sera toujours là, quoi qu'il arrive pour la sortir du pétrin, comme il l'avait déjà fait, trois fois.

Doucement, Ty glissa sur son visage de marbre un petit sourire timide. Les infirmiers venaient d'arriver avec la civière, qu'ils posèrent à terre. Sans relâcher son étreinte, il se glissa dessus avec délicatesse. Puis, sans rien demander au docteur en physique, il passa une main sous ses fesses et déplaça son poids plume avec douceur, jusque sur le bout de tissus d'urgence. Son sourire ne s'éteint pas, mais se fit encore plus mince, gêné qu'il était d'avoir posé une main sur le postérieur ferme de la rousse.

Puis, lentement, les infirmiers les emmenèrent jusqu'à l'ambulance où ils débarquèrent sans encombre. Direction l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t79-tyee-amarok
Raphaëlle Focifère

avatar

Age : 32 ans
Race : Humain
Lieu d'habitation : HLM
Métier/Occupation : Physicienne à L'UDPH

MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   Mar 14 Avr - 13:28

Raphaëlle d'habitude si bavarde ne pipait mot. Le silence qui s'offrait entre elle et le Docteur Amarok était plus parlant que n'importe quel discours. Muets et pourtant l'échange était intense. L'ambulancier s'approcha d'eux et déposa au sol la civière. Elle n'avait aucune envie d'aller dessus, pas plus qu'elle voulait aller à l'hôpital ou bien dans entrer dans l'ambulance. Alors qu'elle s'apprêtait à grimacer, sur le visage du beau médecin s'esquissa un timide sourire. Elle n'en revenait pas. Lui qui avait toujours un air impassible... Pour un peu, elle en aurait rougi, si la douleur de ses côtes ne l'avait pas rappelée à l'ordre.

Il se déplaça sur la civière avec elle, passant une main sous ses fesses. En tant normal, si un homme effleurait cette partie de son anatomie, il se retrouvait avec une charmante empreinte de doigts sur la joue. Mais cette fois-ci, c'était un un but médical. Puis, vu ce qu'il s'était passé quelques minutes avant, elle n'était plus à ça près. Elle s'était quand même retrouvée quasiment seins nus, face à lui. Sans oublier le massage cardiaque ou le bouche-à-bouche. Tous ses actes intrusifs la firent rougir. Mais quand Tyee la déplaça, même avec toute la délicatesse qu'il put, un petit cri de douleur s'échappa de ses lèvres. Elle referma ses poings, se plantant les ongles dans les paumes en les faisant saigner, comme si le fait de se faire mal elle-même diminuait la souffrance qu'elle ressentait dans sa poitrine.

Elle laissa sa tête tomber contre la poitrine du jeune homme. Elle était crispée de douleur, de stress, de peur. Elle ne dit toujours rien, se laissant porter sur la civière en direction de l'ambulance... et de l'hôpital.

_________________

Double compte: Vyle Dahl Maz Yien
La Peste
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t27-admin-raphaelle-focifere#63/ http://plumpheit.blog4ever.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FINI] Les gens se suivent mais ne se ressemblent pas (PV)
» DEVENIR PARTENAIRES ?
» 2. RÈGLEMENT ∆ les quelques règles du forum.
» des gens normaux y'en a plein dehors, mais j'les regarde à la télé - 02/10 - 1h30
» Tahanie ✞ « La douleur change les gens, mais elle les rend également plus forts »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Obscure Clarté :: Le Centre Ville :: Les Ruelles Piétonnes-
Sauter vers: