AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Mer 7 Jan - 22:08

(HJ: qui rentre dans un café... et plouf MDRRRRR)

Tous les journalistes se déchiraient le droit de parler à Octavia Van Stratt. Elle était vraiment inaccessible. Elle était issue d'une des familles les plus puissantes de la ville, elle était la plus grosse fortune de Ténébris, mais contrairement aux autres, elle semblait fuir les caméras, les scribouillards en tout genre. Bref. Il ne l'avait réellement vu qu'une seule fois, c'était à cette fameuse journée des métiers, à l'école primaire. Elle lui avait laissé une très forte impression. Surtout elle semblait différente d'une simple humaine. Mais bref, elle restait quand même humaine.

Il entra dans le darkness pub, qui venait à peine d'ouvrir. Il n'y avait pas encore de client. Il avait soigneusement choisi son heure. Il demanda à un serveur d'appeler sa patronne. Il ne se fit pas prier quand ce dernier vit sa carte de presse. Vyle était très populaire. En échange d'un simple autographe et hop le tour était joué. Il s'assit à une table, inviter par une serveuse, qui lui apporta un verre d'eau en plus d'un café noir. Il sortit un calepin et un stylo...

_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Octavia Van Stratt

avatar

Race : Banshee
Lieu d'habitation : Quartier Huppé
Métier/Occupation : Présidente de la Van Stratt Weapon Corporation Ainsi que du Darkness Pub

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Dim 11 Jan - 22:07

Ce n'était pas coutume, mais Miss Van Stratt était nerveuse. Elle gérait une fortune immense sous le nez d'une organisation qui traquait les gens comme elle pour en faire du poisson pané. Elle dirigeait un pub de renom toute seule ou presque. Elle était seule au monde, et pire encore, seule contre le monde. Et elle tremblait presque à l'idée de rencontrer le grand et irrévérencieux Vyle Dahl Maz Yien dont elle peinait même à retenir entièrement le nom. Il n'avait peur de rien. Il possédait un pouvoir que l'argent peine à acheter. Et surtout, il avait ce don délicieux que de faire chanter selon son rythme celui qu'il décidait de faire pousser la chansonnette à coup de chantages odieux. Certains crieront à l'arnaque, d'autres diront qu'elle avait eu une étrange intuition. Lorsqu'elle entendit sa serveuse lui annoncer sa présence, elle aurait pu mourir sous le choc si elle n'avait pas déjà succombé de par le passé.
Elle remit ses cheveux en place, tira légèrement sur sa robe noire pour en ôter les plis. Un vent de panique emplit son bureau. Elle congédia la serveuse et respira profondément devant son miroir. Elle ferma les yeux.Une seconde. Deux secondes. Trois secondes. Et elle prit son courage à deux mains. Elle rejoignit la salle, le cherchant du regard. Elle l'avait trouvé. Il avait un calepin. Cette voix aigüe qui dépassait parfois sa pensée dansait dans sa gorge. Avait-il un rapport avec la mort ? Des suicides certainement. Mais elle ne se laissa pas démonter. Avec la force du Taureau qui se lance dans l'arène vers sa mort certaine, elle lança avec une nonchalance parfaitement bien travaillée en s'approchant de son fauteuil.

« Si l'on m'avait dit qu'un jour j'aurais l’extrême honneur de recevoir un si grand homme, je me serais faite livrer un bien meilleur café. »

Elle lui tendit la main.

« Je ne me présente pas, mais je suis ravie de vous voir ici. Votre présence précède d'extraordinaires bénéfices. »

La carte de l'humour. Toujours. Humour et esprit comme rempart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t68-octavia-c-van-stratt#269
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Sam 17 Jan - 23:11

Vyle relisait quelques unes de ses notes en attendant que la patronne des lieux lui fasse l'honneur de sa présence. Bien souvent, certains prenaient le malin plaisir à le faire attendre, pensant le faire languir. Mais plus ils tardaient, plus le journaliste pensait qu'ils cachaient quelque chose. La conscience pas tranquille, ou la colère de le recevoir, cela le mettait souvent sur la voie royale. Et puis il fallait l'avouer, rare étaient les honnêtes citoyens. Et si son travail lui avait bien appris une chose, tout le monde à quelque chose à cacher.

Alors qu'il entendit la douce voie de la propriétaire de ce pub derrière lui, il se leva et lui tendant la main pour la saluer. Il portait ses sempiternel gants rouge-écarlates en cuir. Il ne les ôtait jamais, pour ne pas dévoiler ses serres. Cela faisait partit de son look. Puis bon, avec ses cheveux bi-colore, les gens le prenaient juste pour un marginal ou un excentrique. Il ne put s'empêcher de se dire qu'il y avait à peine un siècle, on l'aurait brûler sur un bûcher pour ça ! Comme quoi, la modernisation avait du bon.

Il sourit aimablement à ses deux blagues. Allons bon, l'humour, cette femme devait être sur la défensive. Il la détaillait du regard. Elle était élégante, une robe noire simple qui la mettait en valeur sans tomber dans le vulgaire. On devinait tout de suite à son maintient qu'elle était issue d'une famille 'noble' de Ténébris. La forte impression qu'elle lui avait faite lors de la semaine des métiers lui restait. Il fallait dire qu'elle avait oser tenir des propos que personne imaginait !

« Voyons, je suis honoré de vous rencontrer en tête à tête enfin ! Vous n'êtes pas facile à interroger. Il faut dire que votre travail doit vous prendre tellement de temps ! »

« Et votre café est très bon, ne vous en faites donc pas ! Mais je doute que ma venue en ces lieux vous fasse venir du monde. Mais c'est flatteur je l'avoue... » dit il avec son petit sourire en coin, en jouant pleinement sa carte de l'hypocrisie.

« Je pense que vous avez une idée sur la raison de ma venue n'est-ce pas ? »

_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Octavia Van Stratt

avatar

Race : Banshee
Lieu d'habitation : Quartier Huppé
Métier/Occupation : Présidente de la Van Stratt Weapon Corporation Ainsi que du Darkness Pub

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Mer 4 Fév - 22:32

Vyle était impressionnant. Et il séduisait ceux qu'il n'effrayait pas. Il n'y avait qu'à croiser le regard de la gentille demoiselle qui l'avait servi. Après leur entrevue courte et insignifiante, elle avait cassé deux verres par inattention. Elle ne pouvait s'empêcher de jeter des regards furtifs au beau journaliste et en perdait par essence même tout professionnalisme. Elle ne la renverrait pas pour si peu, mais c'était une perte de bénéfice considérable. Elle avait cependant une autre sorte de problème. Et elle comptait bien régler celui la, même si ce n'était pas une bonne fois pour toute.

Vyle était grand, Vyle était élancé, Vyle était impressionnant. C'était encore plus flagrant lorsqu'il se levait. Octavia se sentit soudain bien fluette, mais elle ne perdit rien de sa superbe. Elle serra cette main gantée avec toute la force qu'elle pouvait y mettre et sourit délicieusement à son hôte. Il avait commandé, il n'aurait bien entendu pas à régler la note. Parfois, Octavia enviait son métier, mais elle tenait bien trop à pouvoir dormir la n..Journée. Elle sourit poliment à sa "remarque"

"Comme je le dis bien souvent, lorsqu'on a assez de travail pour être injoignable, c'est que les choses vont plutôt bien."

Et c'était surtout un prétexte affreusement pratique lorsqu'il s’agissait d'esquiver les gêneurs. Mais de toute évidence, pas le Pape de l'information douteuse.

"Permettez que je m’assoie également. Une pause ne saurait me faire du mal."

Elle profita de ce temps de placement pour réfléchir à sa réponse. Elle s'appuya sur l'accoudoir gauche du fauteuil et croisa les jambes aussi élégamment qu'elle le put.

"Oh, vous savez, je suis assez sage pour ne pas me risquer à essayer de pénétrer vos pensées, mon cher ami ! Je crains trop ce que je pourrais y découvrir. Après tout, vous savez tout ce qui se cache sous la lumière. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t68-octavia-c-van-stratt#269
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Lun 9 Fév - 14:20

(Hj désolée du pavé ^^)

Vyle observa Octavia pour ne pas perdre une seule réaction de sa part. Alors qu'ils se serraient cordialement la main, il la dominait de sa stature. Il était assez grand, mais il aurait très bien pu lui rendre le compliment. Pour une femme, elle n'était pas non plus petite, mais elle l'était face à lui. Un sourire poli orna son visage impassible de harpie.

Les premières secondes d'un entretien étaient cruciales pour établir le rapport de force qu'il prenait soin de toujours poser avant toutes choses ! Il lui permettait de prendre l'ascendant sur les autres quand il posait des questions gênantes et de bloquer ses interlocuteurs dans leur retranchement les plus lointains. Dire qu'il y prenait plaisir aurait été un euphémisme. Il adorait ça ! C'était tellement plaisantant de les voir se débattre, se justifier et pour finir, lui céder et tout lui dire ! Mais même s'il s'était promis de ne pas trop bousculer la riche héritière, il ne pouvait pas s'empêcher de faire ça. Elle ne voyait jamais les journalistes, c'était une chance inespérée ! Il devait se montrer patient, courtois et laisser une relation fiable se nouer entre eux deux. Mais la chose était loin d'être gagnée ! S'il était parano, elle était également très méfiante ! Et ça il le sentait bien ! Que cachait elle pour être à ce point stressée ?


Malgré tout, elle ne montrait rien. Elle ne semblait nullement atteinte par lui. Elle était sacrément douée ! Dommage qu'elle fusse humaine ! C'était vraiment navrant même ! Il aurait sûrement perdu tout ses moyens s'il avait cherché à la séduire. S'il était habitué à jouer de son charme avec les gens, c'était uniquement pour ses relations professionnelles. Il n'avait aucunement conscience de l'effet qu'il avait fait à la serveuse. Il n'y avait porté aucune attention. Elle ne lui était d'aucune utilité. Mais il restait tout de même courtois. On ne sait jamais qu'il avait besoin d'elle à nouveau. Ce n'était pas pour rien que lorsqu'il se rendait dans les bureaux des grandes entreprises qu'il apportait toujours un gâteau d'un grand pâtissier et des cafés aux secrétaires. Avec ça, il se facilitait bien la vie ! Et puis elles lui parlaient...

Mais, si en effet, il était doué dans son travail, dans sa vie privée c'était une vrai catastrophe ! Combien de fois s'était il ridiculisé en essayant de séduire une femme ? Il n'osait même plus y penser. Il perdait tous ses moyens quand la créature en face de lui, lui faisait de l'effet. Il ne se rendit même pas compte qu'il remerciait le ciel que la patronne du pub soit humaine. Si, cela aurait été... pitoyable !

Il haussa un sourcil de curiosité à sa remarque, évitant par la même occasion de regarder ses jambes croisées, en face de lui. Il s'adossa à son siège perplexe. Quand les gens parlaient entre eux du secret de Ténébris, on utilisait le terme l'ombre de la ville. Il était donc étonnant de la voir parler de lumière. Mais, peut-être que son imagination lui jouait des tours. Mais d'un autre côté, selon ses sources et surtout les registres de commerces, l'UDPH était son plus gros client ! Que savait elle. Le gouvernement n'était pas du genre à crier sur tous les toits qu'il y avait des monstres en liberté... mais quand même. Il se crispa un peu. L'humour...


« L'ombre, la lumière... c'est surfait vous savez ! Je me contente juste de gratter la couche de vernie qui s'écaille, un mensonge ! Les gens n'ont ils pas le droit de savoir ? » dit il avec un sourire enjôleur...

Il sortit un étui argenté et son porte cigarette. Il leva la tête vers elle.

« Vous permettez ? Je ne voudrais pas vous indisposez non plus... » demanda t'il en attendent clairement son approbation.
Laisser à son interlocuteur un choix et il pensera qu'il l'a ! Encore une de ses fichus manœuvres. Pour la manipulation, il était assez doué. S'il ne se jetait pas de fleur non plus c'est que la modestie était indispensable. A tout moment la personne en face de lui peut se réveiller en l'envoyer paître.

« Vous savez, vous m'avez fait une forte impression à la semaine de métiers. Sachez que le jour où vous vous présentez au poste de maire... je vote pour vous tout de suite ! » dit il en riant « Faites moi aussi pensez à ne pas partir sans payer... J'aurais peur d'un coup de calibre 42 dans l'arrière train ! »

Cette petite blague était une qu'il avait souvent avec son prince charmant, alias Gemma. Ils avaient inversé les rôles suite à une mauvaise cuite où il étaient devenus les meilleurs amis du monde. Ils étaient tellement proches que bon nombre de personnes refusaient de croire qu'ils ne sortaient pas ensemble. Ils était juste amis. Point barre. Mais si elle l'avait entendu parlé comme ça, il l'imaginait déjà en train de lui foutre une arme sous le pif pour lui faire peur. Des amis jaloux des autres... c'était cocasse quand même !

« Disons que je fais une chronique sur vous ! Je suis sûr que beaucoup de petites filles rêvent d'être comme vous ! Une sorte de princesse de conte de fée des temps modernes. Vous avez tout pour vous, fortune, jeunesse, pouvoir... Et surtout pas de méchante reine qui veut votre mort... »


_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Octavia Van Stratt

avatar

Race : Banshee
Lieu d'habitation : Quartier Huppé
Métier/Occupation : Présidente de la Van Stratt Weapon Corporation Ainsi que du Darkness Pub

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Jeu 19 Fév - 22:16

Bien qu'elle n'ait jamais été assez curieuse pour pousser la réflexion jusque dans ces retranchements bien précis, Octavia se sentit soudain capable de savoir ce que peuvent bien ressentir les fourmis prises au piège entre deux plaques de glace. Pire encore, coincée sous le regard effrayant d'un enfant qui hésite encore entre le sel, l'acide ou le sol. Épiée, analysée, la seule à n'être pas vraiment consciente que sa fin approche. Sur le plan théorique. Puisque sa fin était déjà arrivée et plus tôt que prévu. Elle n'avait pas grand-chose à perdre sur le plan biologique, mais rien à gagner sur le plan humain. Rien du tout.

Elle se battait contre beaucoup d'émotions contradictoires pour ne pas prendre la poudre d'escampette. C'était tentant. Un vrai rendez vous qui attendait ? Elle priait presque pour que quelqu'un de plus important entre et la sollicite. Ou une livraison. Oh oui une livraison salvatrice ! Mais rien. Rien au monde ne semblait vouloir venir délirer la pauvre damnée qui était de nouveau au supplice. Peut être que c'était ça l'enfer dont on l'avait menacée tant de fois. Un journaliste influent et fouineur.

Elle s'était frottée à bien des mauvaises manières du monde humain et social, elle savait donc l'importance des premières secondes, des jeux de regards, de chacun des mots qui sort d'une bouche parfois un peu trop sûre d'elle. C'est pour ça qu'elle lutait tant. Elle pourrait respirer bientôt mais pour le moment, elle était au coude à coude juste avant la photo de finish. Il avait encore besoin d'elle, elle était assez silencieuse pour intriguer. S'il percait ses secrets à jour, elle perdrait une partie de son avantage marketing. Pour le moment, elle contrôlait aussi bien l'image de sa boite que sa propre réputation. D'une main de Maître. Ca devait être héréditaire, son père était redoutable et redouté à juste titre.

Elle laissa son regard s'égarer sur son partenaire de fortune. Il avait une élégance bien à lui. Sur quelqu'un d'autre, son ensemble aurait très certainement été ridicule. Mais non, sur Vyle c'était juste surprenant. Surprenant dans le sens noble du terme. Il était mis en valeur, et surtout attirait l'oeil de manière irrépressible. Mais son coup d'oeil fut plutôt froid et désintéressé. C'était plus de l'observation que de l'admiration, contrairement à sa serveuse qui rêvassait tellement derrière son comptoir qu'un verre serait ajouté à sa note.

Elle ne remarqua même pas qu'il s'était légèrement renfermé. Il y avait encore beaucoup de choses qui lui passaient sous le nez sans qu'elle s'en rende compte. Un peu trop de candeur peut être.Ou simplement un manque cruel d'informations. Et alors ? Elle vivait pour la deuxième fois, personne ne lui interdisait quelques petites privautés. Il avait parfaitement bien appris sa leçon, et on sentait au son de sa voix qu'il était certain de ses techniques. Elle n'aurait voulu savoir pour rien au monde comment il obtenait ses informations de la part des plus réticents.


« Et quand bien même. S'ils savaient tout, que seraient ils capables de comprendre. »

Elle se rendit compte assez rapidement que ses propos pouvaient être bien mal interprétés. Elle refusa tout aussi courtoisement le paquet tendu.


« Je ne fume pas, mais allez y. Faîtes comme chez moi, vous êtes mon invité. Ce que j'entendais surtout, c'est que malheureusement ils ne sont pas tous ici, éduqués de manière assez complète pour comprendre la situation dans son ensemble. Et sans cette vue d'ensemble, ça ne pourra que les rendre malheureux. »

Elle se perdit un instant dans ses pensées.


« Songez donc. Ils veulent toujours plus. Comment le vivront ils lorsqu'ils apprendront qu'il y a encore plus que ce pour quoi ils crevaient déjà d'envie? »

Ce n'est que lorsqu'il fit une allusion à la semaine des métiers qu'elle revint sur terre. Elle lui sourit, un peu désarçonnée.


« Voyez vous ça ! J'adapte mon discours pour captiver un auditoire de jeunes enfants, et c'est en fait un homme de lettres redoutable qui retient ce qui a été dit. »

Elle souriait, amicalement, contre toute attente.


« Oh, je dois plutôt tenir de Raiponse si vous voulez mon avis. Il doit y avoir quelque part un serpent qui m'offre des sourires mielleux seulement pour profiter de ma blonde chevelure.  Attendez que je le découvre, là on pourra parler calibre.»

Et avant d'aller plus loin, elle compléta.


« Mais je dois vous avouer que vous m'avez fait une forte impression également. Je serais ravie que ce petit tête à tête nous renseigne tous deux d'égale manière. »

Elle ne se faisait pas d'illusions cependant. Il connaissait certainement assez le milieu pour ne pas donner trop d'informations véridiques à ses proies.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t68-octavia-c-van-stratt#269
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Dim 22 Fév - 15:02

Il y avait toujours des choses à dire sur les gens qui fuyaient les médias. La jeune femme en face de Vyle ne faisait pas exception à la règle. En revanche, elle semblait réussir, même nez à nez avec lui. Il se trouvait doué pour ce genre d'exercice délicat. D'une précision presque chirurgicale, il tirait les vers du réseau nasal à l'aide d'une pince à épiler. Octavia quant à elle, tenait visiblement à les garder, ses vers.

« Vous avez raison, si les gens savaient... comment être certain qu'ils comprendraient ? C'est là mon travail, Mademoiselle Van Stratt. Quel piètre journaliste je ferais, si je n'accomplissais pas de la tâche qui m'incombe jusqu'au bout ? En femme instruite que vous êtes, vous n'êtes pas sans savoir que révéler des vérités, n'est pas ma seule mission. Il me faut aussi faire comprendre à mes chers lecteurs, les tenants et les aboutissants des informations que je mets à dispositions. » dit en glissant un filtre dans son sempiternel porte cigarette rouge.

Il alluma cette dernière et aspira la fumée, avant de bloquer sa respiration quelques secondes sans quitter Octavia du regard. Très doucement, il lâcha le tabac contenu dans ses poumons. En silence. Il la laissait mariner dans le jus du stress, la mettant consciemment mal à l'aise. Il jouait avec elle, comme un chat avec une sourie. Parfois, il levait la patte, pour qu'elle pense qu'elle puisse fuir. Et parfois, il la maintenait entre ses grilles. Le but était de la déstabiliser le plus possible pour qu'elle lui parle. Qu'elle parle dans le but de se débarrasser de lui. C'était souvent comme ça que ça fonctionnait la plupart du temps.

« J'ai parfaitement conscience du manque d'éducation de certain de mes lecteurs. Mais doit on pénaliser les gens peu érudits ? Cela serait vraiment injuste. Moi je m'efforce de mettre à niveau. Je trouve injuste de les défavoriser encore plus, sous un prétexte fallacieux, alors qu'il faudrait juste leur expliquer simplement les choses. Décrire une vue d'ensemble, montrer les divers courants de pensées. Cela n'est pas bien difficile. Il faut juste prendre du temps. Comme quoi, le bonheur tient à peu de chose au final. »

Vyle sentait aussi le regard de son interlocutrice sur lui. Ses yeux le parcourait plus avec curiosité qu'avec intérêt. Assez distants et instant à la fois. Il n'aurait su dire pourquoi... mais il n'était pas certain qu'il aimait vraiment, ou pas. Il faisait attention à ne pas perdre son sang froid. Un léger frisson lui parcouru l'échine. Il ne broncha pas, ne se retourna pas non plus. Il ne devait pas monter sa faiblesse. Il s'efforçait de rester concentrer, mais il devait avouer que cette femme le désarmait quelque peu.

« Ah en vouloir toujours plus ! Saviez vous que plus on en sait, moins on en sait ? *» dit il avec philosophie

Alors qu'elle pensait au à la semaine des écoles elle sourit. Elle avait vraiment un très joli sourire. A un tel point qu'il stoppa sa respiration une petite seconde. Il reprit un peu plu fort essayant de rester le plus impassible possible. Cette humaine était douée en communication. D'ailleurs, la preuve était que depuis qu'elle était à la tête de son empire, elle gérait elle même son image. Il avait eu un mal fou à pouvoir la surprendre pour cette interview exclusive.

« Vous avez réussi à vous mettre à la hauteur de votre auditoire ! Les enfants buvaient vos paroles. Et moi aussi, j'avoue. Je n'ai aucun mérite. C'est vous qui avez été passionnante. Vous auriez fait un très bon professeur ! »

« Raiponce ? » dit il avec malice.

Oh la douce information qu'elle venait de lui donner. Il la regarda avec intensité. Les femmes pensaient toujours à plein de princesse pour se définir. Mais rares étaient celles qui choisiraient cette dernière. Il avait l'habitude des blanche-neige. Qui se sentaient, pour la plupart, persécutées par les autres femmes. Les Cendrillon, qui elles pensaient être les servantes des autres. Quelque Belle au Bois Dormants et autres Petite Sirène... Mais Raiponce...

« Dites moi donc pourquoi vous sentez vous prisonnière ? De qui ? »

Bon il ne remettrait pas non plus en cause sa belle chevelure doré. Ni son joli visage. Mais bon, souvent les gens parlaient sans se rendre compte de ce qu'ils disaient. Ni à quel point ils révélaient des informations bien souvent compromettantes pour eux-même

(HJ :*si besoin j'explique cette phrase Wink )

_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Octavia Van Stratt

avatar

Race : Banshee
Lieu d'habitation : Quartier Huppé
Métier/Occupation : Présidente de la Van Stratt Weapon Corporation Ainsi que du Darkness Pub

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Sam 7 Mar - 18:04

[J'adore ton personnage, et l'histoire des vers m'a tellement fait rire x') ]

Elle devait bien l'avouer, elle était parfois lasse de cette comédie ridicule de la vie sociale. Elle aurait aimé une fois dans sa vie pouvoir être honnête, pleine de vie, et croquer cette dernière à pleines dents. Etre libre de ses mouvements, de ses paroles, et pouvoir envoyer paître le monde à chaque coup de tête ou de coeur. Mais en tant qu'héritière de la famille Van Stratt, elle était pieds et poings liés. Non que sa richesse lui fut indispensable, ses moyens étaient tout modérés, mais sa réputation était si bonne qu'elle ne pouvait se permettre de la perdre.
Et de toute évidence, ce requin la avait d'autres plans pour la famille Van Stratt. Un petit scandale ? Réel ? Inventé ? Une rumeur peut être. Ou alors pire, devenir son maître chanteur personnel. Elle n'y comptait pas. La présence permanente de Vyle à ses côtés ? Très peu pour elle. Il la rendait nerveuse, et c'était très désagréable. Elle était habituée à gérer les vieux alcooliques, les jeunes effrontés, mais ce genre d'oiseau la la désemparait. Son discours lui aurait occasionné un frisson si sa peau n'était pas déjà gelée.

«  N'est ce pas un peu arbitraire ? Laisser la compréhension du monde entre les mains d'un seul homme ? D'un seul esprit, à mille lieues de l'objectivité nécessaire pour effectuer ce dit travail ? »

Il ne la lâchait pas d'une pupille. Les efforts qu'elle fournissait en permanence pour ne pas flancher la fatiguaient énormément. Elle aurait besoin d'un verre ou d'une bonne nuit de sommeil une fois qu'il serait parti. Elle inspira très profondément et expira dans un sourire. Le débat était bien plus élevé qu'il en avait l'air, ils touchaient du doigt des vérités bien plus délicates.

«  Votre bonté a de quoi surprendre. Je peux vous assurer, pour voir passer bien de ces hommes peu savants, que vous ne passez pas à tous leurs yeux pour un saint. Certains ont même trinqué à votre perte. N'est ce pas malheureux ? Tant d'efforts salis autour d'un comptoir. »

Elle testait, elle jaugeait. Après tout, l'annonce de cette toute puissance inventée qui éclate au grand jour pouvait peut être équilibrer le combat. Worth a try comme on dit. Elle commanda un verre à sa servante qui se pâmait toujours dans son coin, espérant un regard. Il fut vite amené.

« Merci Mathilde. »

Elle se troubla après un regard à l'objet de ses pensées, Octavia elle luttait toujours pour garder son calme. Elle souriait. C'était un peu tendu, un peu nerveux, mais elle souriait bel et bien.
« Parfaitement ! Et je sais également que le summum de la sagesse c'est savoir que l'on ne sait rien ! »

Socrate. Sa sagesse ne l'a pas sauvé. Il est mort tout aussi misérablement que les autres. Elle se troubla un instant quand il lui soutint qu'elle aurait été un bon professeur. Cette idée chatouillait une fibre maternelle infime chez la jeune Banshee.

« Oh vous savez, impressionner un enfant de 10 ans n'est pas la chose la plus difficile. C'est seulement le jour où quelqu'un comme vous boira mes paroles que je pourrai me trouver un certain mérite. »
Si elle n'avait été aussi mal à l'aise, elle aurait certainement usé de son atout charme bien avant. Et finalement, elle se livra à son interlocuteur.
« Je le fus plus que je le suis. Mais vous savez, nous avons tous des ennemis invisibles. »
Un silence.

« Je suis certaine que vous avez vous aussi cette personne qui complote contre vous.. »

Elle s'avança vers lui de quelques centimètres.
« Cette personne qui pense à vous tous les soirs, mais non pas de la plus douce des manières »
Elle s'avança un peu plus vers lui sans le quitter des yeux.
« Cette personne qui rêve de tenir votre visage entre ses mains. »
Elle s'avança jusqu'à être à une trentaine de centimètres de son visage et termina par une phrase un peu plus brutale, comme un couperet.
« Pour vous tordre le cou ? »

Elle laissa une seconde de silence pour le petit effet, et ce visage qui était figé libéra un sourire malicieux. Elle rit en un soupir.

« Suis-je bête ! »

Elle reprit sa place initiale.

« Qui pourrait en vouloir au pape de la vérité, drapé de ses bonnes intentions ! »


C'était un coup de poker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t68-octavia-c-van-stratt#269
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Lun 9 Mar - 18:29

[HJ : ahaha contente que ça te plaise. J'en ai tout autant à ton honneur ! J'adore Octavia et sa joueuse:p ]

Vyle posa une main sur sa poitrine, mimant ainsi la flatterie. Il aimait bien surjouer des émotions. Cela le rendait presque humain. C'était assez risible, qu'il déteste autant cette race et que pourtant, il fasse tout pour leur ressembler. Mais tant qu'ils avaient le monopole, que les autres créatures refusaient de sortir du placards, tous autant qu'ils sont, étaient condamnés à faire semblant. C'était tellement pitoyable que cela en était risible. La race inférieure était la plus forte.

« Oh vous me flattez ! Croire que je suis le seul homme à vouloir que le monde sache et comprennent. Ma chère amie, sachez que tout bon journaliste qui se respecte pense comme moi. Nous sommes nombreux. Il n'y a donc rien d'arbitraire à laisser la compréhension du monde dans la main d'une personne... mais de plusieurs ! »

Cette femme était foutrement intelligente. Il allait avoir du mal à jouer au crêpier avec elle pour la retourner et l'enduire de confiture. Il allait devoir jouer prudemment, avancer ses pions avec circonspection et être discret. Que cela était amusant. Ça faisait longtemps qu'il n'avait plus eu de tel défi. Il l'écoutait avec attention. Rien ne devait lui échapper. Elle pouvait se trahir avec un mot, une expression, ou un non dit visible. Il guettait le lapsus, comme un chat guette une souris trop friande de fromage...

« Ce que vous me dites me fait plaisir. Savoir que certain me maudissent ! N'est ce pas là la preuve qu'un point névralgique a été toucher ? Qu'une vérité trop bien cachée a été révélée ? Les inimités des uns ne sont ni plus ni moins une preuve de culpabilité pour les autres. Seul le journaliste détesté est lu de tous Et à lui seul il peut influencer l'histoire. Sinon, pourquoi donc méprisé un écrit ? La plume sera toujours plus forte que l'épée... C'est elle qui conditionne des guerres... et les traités de paix. Le combat n'est qu'un leurre. Destiné à détourner le regard des moins érudits. La conséquence d'un acte créé par la plume... »

Le harpie parlait avec malice. Un sourire aux lèvres. Il ne feignait nullement le plaisir qu'il avait d'être en compagnie de la jeune femme en face de lui. Vive d'esprit, mais humaine. Que pouvait elle bien comprendre des secrets de la ville? Elle vivait dans sa haute où elle s'était elle-même cloîtrée. Ne sortant que pour fréquenter des gens en quête d'ivresse. Elle se voyait comme Raiponce, mais elle avait elle-même choisie son tourment, sa conséquence.

Alors que la serveuse apportait un verre à sa patronne, il en profita pour lui commander un café. Il lui parla poliment. Ayant entendu son prénom, prononcer juste quelques secondes plus tôt, il l'utilisa. Trop habitué à jouer de son charme sur les assistantes et les secrétaires, la serveuse ne fit pas exception à la règle. Cependant, il était tout de même assez stoïque, plus intéressé par la patronne que l'employée. Il ne la vit pas rougir. De toute façon, il ne regardait jamais les humaines comme ça. Quand elle revint avec sa boisson, il la remercia.

« Merci bien Mathilde, vous êtes vraiment serviable... »

Puis il se détourna immédiatement vers le regard d'Octavia, ne s'intéressant plus du tout à l'autre jeune femme. Il écoutait donc ce qu'elle avait à lui dire. Ah Socrate ! Brillant philosophe. La vie n'épargne pas les gens brillants. Elle se contente de tirer le meilleur d'eux avant de les faire plonger dans la plus misérable décrépitude. Mozart en était l'exemple même !

Alors qu'il buvait ses paroles, attentif à tout ce qu'elle disait, comment elle le disait et à sa gestuelle, son discours changea. Elle parlait d'un sentiment qu'il ne connaissait que trop bien. Celui-ci commençait même à l'envahir. Il restait coite. Il ne bougeait pas ne réagissait pas. Mais son coeur battait la chamade. Sa mâchoire était crispée. Il n'arrivait pas à réagir. Il se forçait à rester sur place et à ne pas céder à la paranoïa qui prenait petit à petit. Comment savait-elle tout ça ? Elle s'approchait de lui, petit à petit. Et son effet de surprise fonctionna à merveille. Vyle sursauta. Il lâcha sa tasse à moitié pleine, ou vide question de point de vue, qui s'écrasa au sol. Il ne dit rien un moment laissant le silence prendre possession des lieux. Il déglutit bruyamment. L'oiseau ne chantait plus. Était ce une menace ? Un constat ? Il aurait donné n'importe quoi pour que le Prince Charmant soit assise à ses côtés. Il arrivait mieux à faire le fanfaron et lutter contre ses peurs en sa présence. Mouais, il aurait voulu que Gemma soit avec lui...

« Comment dois je prendre ce message ? » dit il très doucement avec méfiance.

Il devait se ressaisir. Si elle le menaçait c'est qu'il faudrait creuser. Sinon... c'est qu'il pourrait creuser en paix. Il avait bien l'intention d'y mettre son grain de sel. Cette histoire était trop étrange pour lui. Il était journaliste d'investigation merde ! Il avait été mainte fois menacé, mais il n'avait jamais eu peur d'un politique comme il avait peur de cette presque gamine. Toujours crispé, il essayait de se rependre... Mais il avait du mal...

_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Octavia Van Stratt

avatar

Race : Banshee
Lieu d'habitation : Quartier Huppé
Métier/Occupation : Présidente de la Van Stratt Weapon Corporation Ainsi que du Darkness Pub

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Ven 26 Juin - 11:49

(Jouer le crépier, j'ai ri )

Il ne l'aurait pas. Ah ça non. L'appréhension se dissipait au fur et à mesure qu'elle reprenait du poil de la bête. Il avait déglutit, elle avait pris de l'avance. Un pas, qui pourrait être décisif pour la suite des évènements. Le premier pas d'une suite d'autres, inversant le rapport de force avec une délectation certaine. Oh rien n'était gagné, il avait de la ressource. Mais elle n'était pas née de la dernière pluie et était sortie intacte de la mort. Raison de plus d'avoir confiance en la possible victoire. Cependant, il y avait une autre sorte de trouble qui ne facilitait pas ses affaires. Un trouble qui aurait presque pu faire prendre un peu de couleur à ses joues. Presque. Ne surtout pas crier victoire trop vite.

Vyle était impressionnant, c'est le moins que l'on puisse dire. Grand, toujours dans l'exagération. Ce qui faisait son charme tout en le rendant terrible. Il faisait semblant d'une manière à montrer que c'était feint, tout en conservant quelque part un petit doute sur ce qu'il en pensait vraiment. Sa force ainsi que sa faiblesse. A force de tout jouer, il ne devait plus avoir dans la ville grand monde à qui faire confiance. Parfois, entre deux craintes, Octy y pensait, et ça la rendait triste pour lui. Mais peu de temps. Très peu de temps. Après tout, il avait été si odieux avec plus de la moitié de la ville qu'il ne devait plus mériter de clémence depuis bien longtemps.

« Vous êtes certainement nombreux, mais ne nous mentons pas, cher ami. Ils ne vous arrivent pas même à l'orteil ! »

Flatterie ? Sincérité feinte ou pensée ? Grande question à laquelle il n'aurait pas de réponse tout de suite. Peut être qu'elle même ne le savait pas d'ailleurs. Elle ne savait pas vraiment quoi penser de lui. Elle savait que la confiance en elle serait un piège. C'est quand on baisse sa garde, qu'on se sent à l'aise qu'on se trahit. Ainsi donc il appréciait d'être détesté. Point de vue particulièrement intéressant quand on se penche un tant soit peu sur le personnage.

« Il est vrai que la disgrâce est facile en ces temps troublés. Ils n'ont rien d'honorable, c'est purement une question d'intérêts entremêlés. Mais on ne m'ôtera pas de l'idée qu'il y a chez vous quelque chose de particulier. Quelque chose qui fait que ne pouvant vous apprécier, on ne peut s'empêcher d'avoir envie de vous tordre le cou. »

Oups. Voilà qui aurait pu être pris pour argent comptant. Mais peu importe, le sujet n'était plus aux flatteries depuis bien longtemps. Elle anticipait d'ailleurs déjà le moment où elle aurait à parler business. Elle n'avait rien à cacher, mais un peu comme les inspecteurs du permis, elle savait très bien qu'il la pousserait à la faute. Quitte à en inventer une. Il était toujours trop à l'aise, elle en voulait pour preuve ce sourire victorieux. Un peu passé, mais toujours victorieux. Mathilde fut un interlude agréable qui lui permit d'observer à loisir son interlocuteur. La pauvre se troubla tant qu'elle manqua de peu de trébucher sur le rebord d'un tapis. Vyle était un garçon charmant. Si sa serveuse avait su de quoi il était capable, elle n'aurait certainement pas rougi.

Son petit cinéma avait fait son petit effet. Le pauvre avait presque perdu un peu de sa couleur, et pourtant, dieu sait qu'il n'était pas vraiment bronzé. Elle savait qu'elle avait gagné une bataille pour la simple et bonne raison qu'il ne disait plus rien. Vyle silencieux, c'et Vyle troublé. Et Vyle troublé, c'est 10 points, balle de match. Il en lâcha même sa tasse. Octavia n'eût rien à dire. Mathilde, professionnelle jusqu'àu bout du tablier jusqu'à la première fois de sa vie s'était empressée de nettoyer le tout avec soin.

« Merci Mathilde ! Vous avez l'oeil partout. »
« Haha Merci Madame »
« Je m'occuperai du reste, merci. »
Octavia lui fit signe de lui faire passer la serviette ramenée spécialement pour l'occasion. Mathilde s'était occupée du verre brisé. Octavia tendit la serviette à son hôte. Elle eût cependant l'air un peu déçue sous la plaisanterie. Comme si elle avait espéré plus de challenge dans leur combat à mort qui arrivait à grand pas.

« Allons allons ! Ne vous troublez pas tant. Je vous pensais plus solide, mon pauvre ami ! »

Notons qu'elle n'avait pas répondu. Et qu'elle ne répondit pas plus par la suite. Elle s'adoucit.

« Vous ne vous êtes pas brûlé j'espère ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t68-octavia-c-van-stratt#269
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Sam 5 Sep - 17:09

Vyle avait été maladroit. Il s'était laissé impressionner par une gamine qui savait manier le verbe presque aussi bien que lui. De quoi pouvait-elle donc le menacer ? Qui était-elle pour avoir la ressource nécessaire pour se le permettre ? Il essaya de faire marcher sa mémoire, triant mentalement les informations qu'il avait eu sur elle. Elle était à peine plus jeune que lui au final. Le harpie n'aimait pas ce sentiment, celui d'être menacer par une personne qui gardait son ton et son visage innocent. Il préférait nettement quand les hommes politiques se levaient en s'insurgeant et haussaient la voix en pointant vers lui leurs doigts accusateur. Là, au moins, il savait à quoi s'en tenir. Pour le moment il n'était pas vraiment certain de comprendre ce qui lui semblait comprendre. C'était vraiment une situation qui lui était insupportable.

Ah ! Si seulement il avait Gemma à ses côtés. Elle aurait sur gérer cette situation. Son Prince charmant avait beau être une femme, elle n'aurait pas hésité une seule seconde à dégainer si elle avait le moindre doute sur un danger qui menacerait son meilleur ami. Elle n'aimait pas trop que l'on s'approche de son poisson, à elle ! Un brin possessive sur les borts les drown. Pire qu'une fiancée jalouse. C'était d'ailleurs une des nombreuse raison pour laquelle Vyle ne lui parlait pas de sa vie sentimentale. Elle n'était pas objective. Et lui trop pudique. Mais qu'a cela ne tienne ! Le harpie savait qu'il devait se ressaisir. Et vite !

Il lui fallait reconnaître qu'il avait été assez surpris par le petit numéro d'alouette que lui avait jouer Octavia. Il en avait été carrément intimidé. Il n'était pas du genre à se laisser déplumer sans réagir, sans mauvais jeu de mot ! Elle avait parler de lui tordre le cou quand même ! Il avait tellement été ahuri qu'il en avait lâcher sa tasse. La serveuse ne s'était pas faite prier pour intervenir au plus vite. Il n'avait pas prononcer un seul mot. Stoïque, il regardait la patronne de l'établissement droit dans les yeux, enfin lentilles face aux lentilles, puisque aucun d'entre eux n'avait sa vrai couleur de pupille. Deux créatures se faisant croire mutuellement qu'elles étaient humaines, ayant crainte d'être percer à jour par son adversaire de joute verbale. Quelle situation rocambolesque !

Il n'en était pas moins que le vrai journaliste laissait l'humaine et la fausse humaine, réparer ses dégâts. Il inspira un bon coup et se repris en main. Il ferma ses serres contre ses paumes. Il hocha la tête et son sourire de façade réapparu sur son visage carnassier. Il se sentait honteux mais il devait camoufler ses émotions. Il ne voulait pas l'air faible. Il se redressa lui-même et tenta même une petite bague.

« Je vous rassure tout de même je ne suis pas fais de sucre. Ce n'est pas un peu de café qui me fera du mal. Je suis d'avantage courroucé par ma maladresse que j'ai gâché un très bon café... fait avec professionnalisme. »

N'aillant pas eu le temps de réagir avant, il se contenta de remercier l'humaine et il lui demanda pardon pour sa maladresse. Il se tourna à nouveau vers la patronne. Pas question de se faire avoir comme un bleu. Il était peu être jeune, mais il avait vite grimpé les marche des la rédaction avec son bagout surprenant et sa plume étonnante.

« Je suis navré d'avoir casser une de vos tasses. Il est facile de laisser tomber quelque que chose et de le laisser ce briser au sol sans avoir le temps de réagir... » dit en faisant une allusion très dissimilée.

« Je suis également flatté que vous pensiez que je suis le meilleur ! Je vois une preuve que mon travail acharné porte ses fruits. Et soyons francs, de vous à moi, je sais parfaitement que je dérange. Mais je ne dérange que ceux qui ont quelque chose à caché Mademoiselle Van Stratt. Et voyez-vous... j'ai le sentiment que ma présence vous importune... à certain moment. Auriez vous quelques squelettes habilement dissimulés dans la chambre froide votre bar ma chère amie ? » dit il avec un sourire narquois.

Il s'adossa dans son fauteuil avec un petit air satisfait sur le visage. Bon okay, il avait un peu peur. Mais qu'allait il donc lui arriver ? En plein jour ? Et puis bon un simple tueur à gage ne pourrait pas venir a bout d'un harpie avec une simple bal ou bien avec le meilleur couteau bien aiguiser... Rare était ceux qui se baladait avec des balle en argent dans la chambre de leur calibre neuf millimètres ! Et puis s'il pensait qu'il était suivit, il laisserait Gemma gérer le problème. Et si c'était plus grave... il fera appelle à Luce... Il avait déjà une dette envers elle. Il devrait jute faire un nouveau crédit !

_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Octavia Van Stratt

avatar

Race : Banshee
Lieu d'habitation : Quartier Huppé
Métier/Occupation : Présidente de la Van Stratt Weapon Corporation Ainsi que du Darkness Pub

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Mer 7 Oct - 21:18

Si les choses avaient été différentes, Octavia serait certainement tombée directement dans ses bras. A la place de Mathilde elle aurait certainement agi de la même manière. Sans toutes ces responsabilités, elle aurait fait en sorte de pouvoir discuter avec lui, peut être même lui offrir un verre pour montrer qu'elle était différente, et pas juste quelqu'un qui profite de son argent ou de sa notoriété. Si les choses avaient été différentes, elle n'aurait rien eu à craindre, et elle aurait pu s'abandonner à son charme fou. Mais voila, elle n'était pas Mathilde et elle avait plusieurs affaires à tenir à flots. Ce qui n'était pas une mince affaire, surtout au vu de la situation actuelle de la ville. On voulait la faire tomber. Elle ne savait pas exactement qui, mais ça ne l'empêchait pas d'en avoir une vague idée. Et il pouvait très bien en faire partie. Faire tomber un jeune oiseau du nid pour faire les choux gras de la presse, c'était un peu le genre de méthode du rapace en question. Dommage qu'il soit si méchant .

Si ses parents étaient encore de ce monde, ils auraient certainement été fiers de voir ce qu'elle était devenue, et ce qu'elle était capable de faire. Bien entendu, la savoir barmaid occasionnelle les avait certainement fait se retourner plusieurs fois dans leur tombe, mais ceci mis à part, elle n'avait rien de l'héritière indigne et ingrate qui se contente de dilapider l'argent familial et d'aller pleurer ensuite, ou se jeter dans les bras d'un vieux plus riche encore, vendre ses fesses pour quelques pièces et une étole vuitton. Non, Octavia, elle se démène, elle cloue le bec aux oiseaux un peu trop vantards et même sans préparation. Piew piew piew.

Mais rien n'était de toute façon gagné. Elle avait joué, gagné une petite bataille, mais ce volatile la n'était pas homme à perdre des guerres. Surtout celles qu'il avait préparé. Depuis combien de temps il préparait cette entrevue ? Elle ne préférait même pas imaginer, au risque de perdre ses moyens illico presto. Et ça, vu où elle en était arrivée, ça serait la pire des choses qui pourrait lui tomber sur le coin du museau. Malheureusement pour elle, il avait repris du poil de la bête. Un peu trop rapidement à son goût. Il savait y faire le moineau. Il la fixa droit dans les yeux. Si elle avait été humaine, et surtout encore vivante, le rouge lui serait montée aux joues. L'avantage majeur dans cet état relatif d'existence, c'est que son trouble n'était plus visible, ou du moins pas au niveau des pommettes.

Et le second round pouvait commencer. Un peu secoué mais toujours aussi vif, il reprit son sourire d'apparat et remonta sur son char doré. D'ailleurs, elle regretta d'avoir sonné aussi agréable, et « caring » en lui demandait s'il ne s'était pas brûlé, elle aurait du y mettre un peu plus de cynisme, c'était bien trop sincère. Mais heureusement, il avait repris son ton assuré et jovial. Redevenu parfaitement détestable, ça n'en était que plus facile pour elle de le détester. Mathilde se troubla, elle, sous le compliment. Octavia la vit glousser pour elle même derrière le comptoir. Si elle avait un jour douté qu'elle puisse avoir une parfaite audition, elle en était désormais certaine. Elle se retint de justesse de hausser un sourcil. Il y avait un message, mais il lui avait à moitié échappé. Elle hocha la tête d'un air entendu, avec un petit sourire tout aussi entendu, et surtout particulièrement hypocrite. Et finalement il lâcha un petit pavé dans la mare. Elle finit par hausser ce dit sourcil. Brièvement. Oh que non elle n'allait pas se laisser avoir par ce retournement de veste et de situation. Mathilde apporta des petits gâteaux, un nouveau café, elle se servit sur la coupelle d'un petit cookie.

« Ne nous avançons pas trop. Voyez l'état dans lequel vous mettez Mathilde. Un œil non averti la verrait également bien importunée. Elle tremble, elle vous parle autant qu'elle vous regarde droit dans les yeux, vous semblez la mettre mal à l'aise. »

Elle jeta un regard à la pauvre enfant qui, grâce à son ouïe savait qu'on avait glissé son nom, avait préféré s'occuper d'un habitué.

« Et pourtant, je peux vous assurer qu'à part deux ou trois pieux mensonges, elle n'a rien à cacher. »

Elle n'avait effectivement pas à rougir de grand-chose, cette pauvre enfant était douce et bienveillante. Octavia se redressa.

« Et puis, garde-t'on aussi longtemps quelqu'un dont on craint le regard à ses côtés ? J'en doute. Vous offre-t'on autant de cafés là où vous n'êtes vous pas le bienvenu ? Vous remplit-on un verre que vous venez de briser au lieu de vous conseiller de rentrer chez vous pour vous changer ? Voyons. Je vous garderais toute la nuit si je n'avais pas un établissement à faire tourner. Je vous aurais montré des choses que vous auriez pu coucher sur papier aussitôt rentré. »

Certainement pas. Elle sourit de nouveau.

« D'ailleurs, je vous retiens, mais peut être avez vous à faire ailleurs. »

A pas de velours. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t68-octavia-c-van-stratt#269
Vyle Dahl Maz Yien

avatar

Race : Harpie

MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   Mar 1 Déc - 11:25

(hj vraiment désolée pour le retard <3 )

Vyle était à sa façon un grand séducteur. Il aimait séduire les foules, les gens, mais à aucun moment il essayait de séduire des femmes en ayant pour but de les mettre dans son lit. Il n'y pensait même pas, il ne voulait pas de cela. Il respectait un peu trop le beau sexe pour s'abaisser à ce genre de pratique. Et quand il charmait une femme, il ne s'en apercevait pas. Il ne le faisait pas exprès. Ce petit trait d'innocence le rendait parfois encore plus craquant encore aux yeux de membres de la gente féminine. Mais bien entendu il ne s'en apercevait pas. D'ailleurs cette naïveté sans pareille donnait envie à Gemma, son Prince Charmant de le serrer encore plus fort dans ses bras.

Le journaliste ne comprenait donc pas qu'il ne laissait pas de marbre la serveuse et ne s'inquiétait pas de l'indifférence quasiment méprisante de son hôtesse. Il ne se serait jamais aperçu de rien si le petit oiseau en face de lui ne lui avait pas soufflé. Il connaissait le sens des mots et il n'était pas assez stupide pour ne pas deviner où voulais en venir la tenancière de l'établissement. Il écarquilla les yeux de surprise. Il n'avait pas vraiment fait attention à la jeune Mathilde. Enfin si, mais pas comme ça. Il avait vu davantage en elle une employée fidèle à sa patronne et un brin maladroite. Mais là... Qu'une femme le regarde le troublait. Il était assez mal à l'aise dans l'art de la romance. Il se racla la gorge et massa la nuque.

« Alors ça, je vous assure que ce n'était en rien dans mes aspirations de... de... enfin je veux dire par là, qu'à aucun moment j'ai cherché à...à... Hum bref passons... » dit il rouge de confusion

« Et je doute que je vous mette mal à l'aise pour les mêmes raisons ! Alors, ne détournez pas la conversation ! » ajouta t'il en essayant de parler un peu sèchement. Ce qui était un cuisant échec.

Oh le malaise ! Décidément cette bonne femme attaquait de toute part ! Il ne savait plus où se mettre. C'était quand même assez galère cette histoire. Entre sa paranoïa et sa timidité envers la gente féminine et son romantisme, il était servi tiens ! Elle mettait dans le mille à chaque fois !

« C'est de vous qu'il s'agit Mademoiselle Van Stratt ! Et je doute que vous soyez femme à.. euuh... bref. Je pense que vous assez de caractère pour ne pas vous faire charmer par le premier venu ! » il était toujours un peu gêné, mais aussi agacé cette fois !

Il regardait l'assiette de cookies en face de lui avec dégoût. Pouwa ! La nourriture pour humain ! Une vraie catastrophe ! D'ailleurs, les harpies ne la digéraient pas du tout. Cela les rendait vraiment malade. Mais étonnamment il n'y avait pas de soucis avec les boissons, comme le café et surtout l'alcool ! Il pouvait toujours se prendre des cuites monumentales et d'ailleurs il ne manquait jamais une occasion pour ça. Il porta le nouveau café à ses lèvres et en avala une gorgée. Il devait reconnaître qu'il était vraiment très bon ici. Okay, il validait mentalement une prochaine cuite à l'irish coffee ici avec Gemma !

Il leva à nouveau le regard vers la banshee. Et dire que s'il savait vraiment qui elle était, il serait au petit soin, il ferait en sorte que l'OM la protège des risques que l'UDPH fasse une décente ici. Comme quoi parfois la vie réserve quelques sacrés coups du sort ! En attendant, il cherchait ses cadavres ! Et il ignorait qu'en regardant de plus près, les deux premiers étaient mère et amant. Mais il n'eut pas le temps de réfléchir plus longuement qu'elle le poussait avec une grande délicatesse vers la sortie. Il lui fit un sourire carnassier. Puisqu'elle voulait jouer à ce petit jeu, jouons donc, se dit-il !

« Vous savez quoi ? J'ai bien hâte de voir toutes ses choses, que je pourrais coucher sur papier ! Vraiment ! Et vous savez ce qui tombe bien ? C'est que j'ai réservé le reste de ma journée pour vous ! Quel heureux hasard n'est-ce pas ? Je vous assure que je serais être un journaliste qui ne vous dérange pas... enfin presque pas ! »

_________________
Double compte: Raphaëlle Focifère

Le Choléra
MDM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscure-clarte.forumactif.org/t86-vyle-dahl-maz-yien
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est l’histoire d'une banshee et d'un harpie... (PV)
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Obscure Clarté :: Le Centre Ville :: Le Darkness Pub-
Sauter vers: